L'Histoire d'Évreux

1843 - 1846

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que 1 738 personnes sur une population de 11 802 habitants bénéficient de l'aide alimentaire.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1843


En 1843
Le conseil municipal rejette le projet d'ouvrir une rue qui irait de l'avenue de Cambolle (actuelle avenue du Maréchal-Foch) jusqu'au chemin de la Rochette (actuelle rue de la Rochette).

La même année (1843)
La municipalité engage d'importants travaux de terrassement dans la rue de Barrey et dans les rues avoisinantes.

La même année (1843)
Mort à Évreux de Louise de Laporte, supérieure générale de la congrégation des soeurs de la Providence.

La même année (1843)
Une fabrique d'épingles puis de dés à coudre est installée aux usines de cuivre de Navarre, propriété de M. Bouillant-Dupont.

La même année (1843)
Préfet de l'Eure depuis 1841, Pierre-Amédée Zédé est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure. Il succède à M. Cassen, ancien receveur de l'enregistrement à Évreux.

Le 28 janvier 1843
Condamné à mort pour assassinat suivi de vol, l'ouvrier cordonnier Louis-Edmé Dangeul est exécuté sur le pré du Bel-Ébat, à neuf heures du matin, après avoir été accompagné, depuis la prison d'Évreux jusqu'à l'échaffaud, par un jeune vicaire de Saint-Taurin.

En février 1843
Moyennant la somme conséquente de 800 francs, tout appelé de la classe 1842 qui aurait été tiré au sort pour le service militaire, mais souhaiterait assurer son remplacement par un autre jeune homme, a la possibilité de se mettre en relation avec M. Portevin, huissier d'Évreux en collaboration avec l'Égide des familles, organisme situé 23 rue du Faubourg-Montmartre à Paris.

Le 4 février 1843
Le préfet de l'Eure valide les plans d'alignement que le conseil municipal avait adoptés en 30 mars 1832.

Vers le 11 février 1843
Ancien membre du directoire de l'Eure et conseiller général, Pierre-Nicolas L'Hopital est nommé maire d'Évreux par le roi Louis-Philippe Ier, tandis qu'Olivier Del'homme (ou Delhomme) et M. Thirouin deviennent ses adjoints.

Le 7 mars 1843
Le jury de la nouvelle session de la cour d'assises de l'Eure compte plusieurs Ébroïciens : Théodore Del'homme (ou Delhomme) et M. Chesnon, licenciés ès-lettres ; Jean Fétis, architecte ; M. Chevereaux, avocat ; M. Darnaudie, capitaine à la retraite ; ainsi que MM. Baudard, Hochon, Dehaumont et Soligny, tous propriétaires.

Le 11 mars 1843
Déjà locataires, les britanniques John Lindsay Ormsby et John Oliver York devient propriétaire de l'usine amont du site industriel de Saint-Germain-de-Navarre (actuel quartier de Navarre).

Le 21 mars 1843
Naissance à Évreux de Paul Niel, fondateur et dirigeant de la Société des moteurs Niel et fondateur et ingénieur de la Société des moteurs Duplex.

Le 2 avril 1843
Accompagné d'une jeune fille, un vieillard qui se dit âgé de 104 ans, et qui prétend avoir servi dans l'armée sous Louis XVI, fait la mendicité au porte à porte depuis plusieurs jours.

Le 13 avril 1843
Un plan détaillé du site des usines de Navarre est réalisé par l'architecte Jean Fétis.

Le 28 avril 1843
Exécuteur des sentences criminelles du département de l'Eure depuis 1824, Armand Leroy remplace son collègue de Rouen pour l'exécution du condamné à mort Tribert.

Vers le 6 mai 1843
Respectivement doyen des conseillers et secrétaire général de la préfecture de l'Eure, Pierre Duwarnet et M. Hurel sont faits chevalier de la Légion d'honneur par ordonnance du roi Louis-Philippe Ier.

Vers le 15 mai 1843
Ingénieur ordinaire de 1re classe à Évreux, M. Méry est nommé ingénieur en chef de 2e classe des ponts et chaussées.

Le 26 mai 1843
Naissance au domicile de ses parents situé rue Chartraine de Pierre Henry Landrin, fabriquant de registres, imprimeur-papetier, directeur de l'école professionnelle de la chambre syndicale du papier à Paris, adjoint au maire du 16e arrondissement de Paris et chevalier de la Légion d'honneur.

En juin 1843
La mise au jour par Théodose Bonnin, historien, inspecteur des monuments historiques de l'Eure, des vestiges d'un théâtre romain, entre l'ancienne route de Paris et les jardins attenant à la ruelle Saint-Louis, semble remettre profondément en cause l'idée de l'installation précipitée des Gallo-romains de Gisacum vers Mediolanum Aulercorum pendant les invasions germaniques, et suggère à certains observateurs locaux l'idée d'un établissement romain antérieur à cette période trouble.

Le 5 juin 1843
Le jury de la nouvelle session de la cour d'assises de l'Eure compte plusieurs Ébroïciens : M. Nouvel, ancien receveur général ; M. Closset, boulanger ; M. Amiot-Héron, fabricant de coutils ; M. Lauvray, marchand de meubles ; M. Signot, chandelier ; M. Guéroult, maître d'hôtel ; M. Verney, libraire ; M. Saugeron, négociant ; ainsi que Paul (?) Lemarié, Gilain de Cernay et MM. Gouillart et Échard, tous propriétaires ou rentiers.

Le 7 juillet 1843
Le conseil municipal reporte l'élargissement de la rue des Lombards pour des questions financières.

Le même jour (7.7.1843)
Le conseil municipal approuve la réfection de la rue du Puits-Carré en réalisant un déblaiement d'une hauteur moyenne d'homme, ce qui donnera au point culminant un nivellement correct avec l'ancienne rue de Paris.

Le même jour (7.7.1843)
Les habitants de la rue du Chariot obtiennent le pavage de cette voie pour qu'elle soit raccordée avec la rue Trianon (actuelle rue Saint-Louis).

Le 31 août 1843
Relevant de la zone d'approvisionnement de Paris, le marché d'Évreux aura proposé en août le blé de première qualité de 23 à 24,50 francs, le blé de seconde qualité de 22 à 22,50 francs, le méteil à 17 francs, le seigle de 9,50 à 12 francs, l'orge de 11,50 à 12 francs et l'avoine de 8,50 à 10 francs.

Le 9 septembre 1843
Avoué au 72 rue Saint-Léger, M. Prieur met en adjudication au tribunal civil de première instance une usine de fabrication et épuration des huiles de graines, installée sur le secteur industriel de Saint-Germain-de-Navarre (actuel quartier de Navarre) et fonctionnant grâce à une roue hydraulique de la puissance de douze chevaux.

Le 19 septembre 1843
Respectivement avocat et vérificateur des poids et mesures, MM. Avril et Desloges se blessent sérieusement en sautant de leur voiture, après que leur cheval s'est emballé, effrayé par la détonation accidentelle et simultanée de leurs deux fusils de chasse.

Le 19 septembre 1843
Propriétaire et gérant, A.-J. Costerousse lance à Évreux le premier numéro du périodique Mémorial d'Évreux et du département de l'Eure, hebdomadaire qui ne se maintiendra pas et cessera de paraître l'année suivante.

Le 28 septembre 1843
Sage-femme domiciliée rue de l'Horloge à la recherche d'une nourrice, Mlle Desrues fait paraître une annonce dans le Journal de Rouen.

Le 5 novembre 1843
Le facteur anglais John Abbey procède au relevage du grand orgue de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

Le 13 novembre 1843
Respectivement propriétaire et aubergiste, MM. de Planterose et Lemarchand sont nommés jurés supplémentaires à l'ouverture des assises du département de l'Eure.

Le 11 décembre 1843
MM. Pétel et Bougrain, notaires à Évreux, font paraître deux annonces successives dans le Journal de Rouen :
1 ° La terre de la Noé, située commune de la Bonneville, à un myriamètre d'Évreux, sur le bord de la grande route tendant d'Évreux à Conches, se composant de château avec jardins à l'anglaise et communs, d'un moulin à blé, de bâtiments ruraux, terres de labour, prairies et bois ; le tout d'une contenance de 45 hectares, traversé par plusieurs bras de la rivière d'Iton, qui permettraient d'établir des usines dans le propriété.

2 ° Et une très-belle [sic] maison de maître nouvellement décorée, située à Évreux, rue Chartraine, garnie d'un mobilier riche et moderne, que l'on pourra vendre avec la maison.

Le 31 décembre 1843
Ce sont précisément 76 personnes qui auront été jugées en 1843 par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

1844


En 1844
Les travaux de déblaiement et de nivellement de la place de la cathédrale Notre-Dame sont lancés.

La même année (1844)
Maître verrier originaire de Breteuil, Jean-Gabriel Marette installe à Évreux son atelier de vitraux, lequel deviendra le réputé atelier Duhamel-Marette lorsqu'il s'associera à Louis-Gustave Duhamel.

La même année (1844)
Ancien élève du collège d'Évreux et juge au tribunal de première instance, Jacques Ange Petit est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure. Il succède au préfet Pierre-Amédée Zédé.

La même année (1844)
Il faut cinq heures pour faire le trajet Paris-Évreux en train.

Le 22 mars 1844
Le conseil municipal approuve le budget de 640 francs alloué au nouveau numérotage des rues de la ville comme le demandait le maire Pierre-Nicolas L'Hopital.

Le 22 avril 1844
L'architecte Jean Fétis réalise un nouveau plan détaillé d'une partie des usines de Navarre.

Le 26 avril 1844
Naissance au domicile de ses parents situé rue aux Juifs (actuelle rue des Lombards) d'Adolphe Eugène Leclerc, colonel d'artillerie, commandant du 29e régiment d'artillerie, vétéran de la Guerre franco-allemande de 1870, vétéran des opérations militaires en Afrique, directeur de l'état-major d'artillerie d'Épinal et officier de la Légion d'honneur.

Le 1er mai 1844
Parmi les 3 960 exposants de la 9e édition de l'Exposition des produits de l'industrie française qui se tient jusqu'au 29 juin aux Champs-Élysées à Paris se trouve M. Colombel, cultivateur à Claville. Cette figure respectée du pays d'Évreux est l'inventeur du « fouilleur », un engin agricole pourvu de trois socs pour remuer le sous-sol.

Le 15 mai 1844
Aliment essentiel des classes populaires, le pain bis blanc est taxé à 0,32 francs le kilo.

Le 8 juin 1844
Le conseil municipal est informé de la vente de deux maisons attenant à la tour de l'Horloge, dont l'auberge du Coq chantant.

Le 15 juin 1844
Le conseil municipal vote le rachat d'une maison pour permettre l'ouverture sur la rue Ferrée (partie de l'actuelle rue de la Harpe) du boulevard Saint-Jean (actuelle rue Victor-Hugo).

Le 26 août 1844
En hommage au préfet de l'Eure, des riverains demandent que le nom de « rue Zédé » soit donné à la portion allant du carrefour de la Crosse à la rue du Meilet.

En septembre 1844
Un prospectus lance un appel à souscription pour fonder en ville le trihebdomadaire Le Patriote de l'Eure, journal politique et commercial. Dramaturge, journaliste et rédacteur en chef du Journal de l'Eure de 1841 à 1842, Philippe Auguste Selme-Davenay y signera des chroniques judiciaires.

Le 23 octobre 1844
Naissance au domicile de ses parents situé rue Saint-Léger de Xavier Havage, capitaine au 7e régiment d'infanterie de ligne et chevalier de la Légion d'honneur.

Vers décembre 1844
Les travaux de déblaiement et de nivellement de la place de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux sont suspendus.

Le 1er décembre 1844
L'imprimeur Du Breuil publie au format in-octavo Opinion d'un électeur municipal sur l'établissement d'un marché aux bestiaux, aux fourrages et au bois à Évreux de M. Porreaux.

Le 31 décembre 1844
Ce sont précisément 98 personnes qui auront été jugées en 1844 par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

1845


En 1845
L'imprimerie ébroïcienne de Louis Jules Ancelle sort de ses presses Opuscules et mélanges historiques sur la ville d'Évreux et le département de l'Eure de Théodose Bonnin, historien, archéologue et inspecteur des monuments historiques de l'Eure. L'ouvrage offre en fin de lecture une représentation de la ville par l'artiste rouennais Achille Bligny.
Phot

Vue d'Évreux en 1845, dessin au graphite avec rehauts de gouache blanche par Achille Bligny, Joconde 07030005171
© Jean-Pierre Godais / RMN (Musée d'Art-Histoire-Archéologie d'Évreux)
Voir Mentions légales


La même année (1845)
Diplômé des Arts et Métiers, Alphonse Lego est nommé directeur des usines à cuivre de Navarre, propriété de M. Bouillant-Dupont. Il restera dans ses fonctions jusqu'en 1848.

La même année (1845)
L'archéologue et musicologue Stanislas de Gaillard de Saint-Germain achève à Évreux la composition d’une messe en quatuor avec accompagnement d’orgue qu’il avait commencée trois ans auparavant.

Le 27 janvier 1845
Journal politique, littéraire et commercial, Le Constitutionnel revient longuement et ironise quelque peu sur l’immense succés du Lys d’Évreux, tragédie en cinq actes de M. Loyau de Lacy jouée sur les planches du Second Théâtre-Français, actuel Théâtre national de l’Odéon à Paris.

Le 22 mai 1845
Atteinte de fièvre typhoïde, Mme Saugeron meurt après que le docteur Signoret, médecin parisien, a prescrit par écrit une purgation énergique par la méthode dite « Leroy ».

Le 20 juillet 1845
Naissance au domicile de ses parents situé rue des Lombards d'Henry Édouard Féray (ou Ferray), pharmacien, spéléologue, président de la chambre consultative des arts et manufactures d'Évreux, fondateur et président de l'Association amicale des anciens élèves du lycée d'Évreux, fondateur et président de la chambre de commerce d'Évreux, membre de la commission d'inspection des pharmacies, maire d'Évreux de 1899 à 1903 et chevalier de la Légion d'honneur :
L'an mil huit cent quarante cinq, le vingt deux juillet, dix heures du matin, à Évreux, en l'hôtel de ville, devant nous Olivier Delhomme, Adjoint au Maire et officier de l'État civil délégué, est comparu le sieur César Napoléon Féray, teinturier, âgé de trente un ans, demeurant en cette ville rue des Lombards, accompagné de sieur Jacques Louis Victor Huré, Marchand chapelier, âgé de trente ans et Jean-Jacques Meslier, Maître cordonnier, âgé de trente six ans, demeurant tous les deux à Évreux, rue de l'horloge et des Lombards ; lequel dit sieur Féray nous a déclaré que Rosalie Hébert, son épouse, Teinturière, âgée de vingt sept ans, est accouchée en leur susdit domicile, le vingt de ce mois, à deux heures après midi, d'un enfant du sexe masculin, qu'il nous a fait présenter et auquel il a donné les prénoms de Henry Édouard ; D'après ces déclarations et présentation, Nous avons rédigé le présent acte, que le père et les témoins ont signé avec nous, après lecture. Ferray. Victor Huré. Meslier. O. Delhomme.

Le 26 août 1845
Le conseil général de l'Eure accorde des subventions à hauteur de 1 000 francs pour l'église Saint-Taurin et 2 000 francs pour la tour de l'Horloge.
Photo

Mécanisme de la porte sud de l'église Saint-Taurin d'Évreux
© X-Javier / CC BY-SA 3.0
Voir mentions légales


Le 29 août 1845
Une ordonnance royale charge la municipalité d'assumer une partie conséquente du budget du nivellement de la place Notre-Dame, bien que les travaux aient été ordonnés par le département.

Le 31 août 1845
Le préfet Pierre-Amédée Zédé est élu une seconde fois président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure. Il succède au juge Jacques Ange Petit.

Le même jour (31.8.1845)
Le conseil général de l'Eure vote en faveur de l'établissement d'un collège royal à Évreux.

En septembre 1845
Sur l'initiative de M. de Caumont, directeur de la Société française pour la conservation des monuments historiques, l'archéologue et musicologue Stanislas de Gaillard de Saint-Germain organise une réunion archéologique à Évreux.

Le 31 octobre 1845
Veuf depuis quelques mois, François-Gabriel Vierray dépose en compagnie des héritiers de sa défunte épouse une nouvelle déclaration fiscale au bureau de l’enregistrement d’Évreux. Des complications juridiques apparaîtront rapidement dans son dossier dont la procédure sera examinée in fine par la Cour de cassation.

Le 25 novembre 1845
La Cour de cassation annule un jugement rendu par la cour royale de Rouen en avril 1842 qui condamnait en appel le prince Victor (?) de Rohan, héritier des ducs de Bouillon, à faire réparer et consolider les berges de l’Iton de l’ancien domaine de Navarre, dont une partie est la propriété du marquis de Dauvet.

Le 5 décembre 1845
La cour royale de Rouen annule la condamnation du docteur Signoret sur sa responsabilité dans la mort, le 22 mai précédent à Évreux, de Mme Saugeron qui avait reçu un traitement contre la fièvre typhoïde.

Le 9 décembre 1845
Préfet du Cantal, Francisque Petit de Bantel est nommé préfet de l'Eure en remplacement de Pierre-Amédée Zédé qui rejoint l'Aube.

Le 31 décembre 1845
Ce sont précisément 70 personnes qui auront été jugées en 1845 par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

1846


En 1846
La ville d'Évreux compte désormais 11 802 habitants selon le dernier recensement, soit 96 de plus qu'en 1841.

La même année (1846)
Construit sans autorisation en 1841, le moulin de Navarre obtient enfin une régularisation.

La même année (1846)
Député de l'Eure depuis 1830 et ministre de l'Instruction publique de 1837 à 1839 et depuis l'année précédente, Narcisse-Achille de Salvandy est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure. Il succède à l'ancien préfet Pierre-Amédée Zédé.

La même année (1846)
Il est fait mention d'une hostellerie du Coq Chantant, située près de la tour de l'Horloge.

La même année (1846)
Datant du XIVe siècle, les verrières de l’église Saint-Taurin d’Évreux bénéficient d’un classement au titre des monuments historiques.

Le 1er janvier 1846
Aliment essentiel des classes populaires, le pain bis blanc est taxé à 0,34 francs le kilo.

Le 8 janvier 1846
Substitut du procureur du roi à Évreux depuis juillet 1842, Paul Jean Adolphe Aimable Gautier est promu procureur à Louviers.

Le même jour (8.1.1846)
Substitut du procureur du roi à Dieppe en Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime), Guillaume Gustave Delécluse est muté à Évreux.

Le 10 mars 1846
Alexandre Del'homme (ou Delhomme) est nomme juge d'instruction auprès du tribunal civil d'Évreux où il exerce depuis 1818.

En avril 1846
La municipalité est autorisée à procéder au rachat d'une maison qui permettra l'ouverture sur la rue Ferrée (partie de l'actuelle rue de la Harpe) du boulevard Saint-Jean (actuelle rue Victor-Hugo).

Le 7 avril 1846
Le bureau de l’enregistrement d’Évreux signifie une contrainte à François-Gabriel Vierray pour le paiement du droit proportionnel, dans la litigieuse donation faite par sa défunte épouse.

Le 22 avril 1846
Présenté à la Chambre des députés, le rapport de M. Lacrosse sur les chemins de fer de l'ouest propose le classement de la ligne Paris-Cherbourg qui passe par Évreux et Caen.

Le 18 mai 1846
Marchand de porcs condamné à mort pour le meurtre d'un confrère, Baptiste-Isidore Beaumesnil est exécuté au pré du Bel-Ébat.

Le 29 mai 1846
Un temps envisagées près du cimetière de la ville, les exécutions capitales sont maintenues au pré du Bel-Ébat après l'exécution récente de Baptiste-Isidore Beaumesnil.

Le 10 juillet 1846
Naissance à Évreux du comte Robert-Auguste-Louis Avril de Burey, avocat, héraldiste et notamment auteur des Archives héraldiques d'Évreux, contenant, par ordre alphabétique, la nomenclature détaillée et les armoiries des comtes, évêques, seigneurs, maisons nobles, familles de haute bourgeoisie et corporations de ladite ville, depuis le commencement du moyen âge jusqu'à la fin du second Empire.

Le 6 août 1846
Ancien enseignant du petit séminaire Saint-Aquilin, professeur de dogme au grand séminaire puis secrétaire général de l'évêché, Louis-Léon Verger est nommé chanoine honoraire de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

Le 12 septembre 1846
Une soirée d'improvisation est donnée par le vicomte Victor de Pradel à la salle de justice de paix.

Le 15 septembre 1846
Aliment essentiel des classes populaires, le pain bis blanc est taxé à 0,393 franc le kilo.

Le 25 septembre 1846
Juge suppléant puis titulaire au tribunal de première instance d'Évreux depuis mai 1818, Alexandre Del'homme (ou Delhomme) est nommé juge d'instruction.

Le même jour (25.9.1846)
Vice-président du tribunal de première instance d'Évreux depuis 1830, Théophile d'Avannes est nommé conseiller à la cour d'appel d'Alger en Algérie française (actuelle République algérienne démocratique et populaire).

Le 5 décembre 1836
Juge suppléant au tribunal de première instance d'Évreux depuis décembre 1836, Édouard Bouquelon est nommé juge titulaire.

Le 28 septembre 1846
Naissance à Sainte-Colombe-la-Campagne (actuelle Sainte-Colombe-la-Commanderie) dans l'Eure d'Henry Alphonse Ducy, avocat et maire d'Évreux de 1883 à 1896.

Le 3 octobre 1846
Naissance au domicile de ses parents situé rue aux Bouchers (actuel rue Isambard) d'Amédée Albert Moreau, capitaine adjudant-major au 10e bataillon de chasseurs à pied, vétéran de la Guerre franco-allemande de 1870 et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 1er novembre 1846
Aliment essentiel des classes populaires, le pain bis blanc est taxé à 0,432 franc le kilo.

Le 2 novembre 1846
Lors des fouilles de la place du Château (actuelle place du Général-de-Gaulle), l'archéologue Théodose Bonnin met au jour des fragments d'architecture portant les armes des foulons d'Évreux.
Photo

Le château sur un plan de ville d'Évreux édité en 1845
© BNF-Gallica, GED-2201
Domaine public


Le 7 novembre 1846
Mort à Évreux de John Lindsay Ormsby, sujet britannique copropriétaire des usines amont de Navarre avec John Oliver York.

Le 18 novembre 1846
Le bureau de bienfaisance d'Évreux s'inquiète de son incapacité à subvenir aux besoins des plus favorisés, frappés par la crise alimentaire et la cherté des denrées les plus courantes.

Le 4 décembre 1846
Un conseiller municipal de l'opposition réclame le vote d'une subvention pour parer aux difficultés d'alimentation que subissent les classes défavorisées.

Le 9 décembre 1846
Régent d’histoire au collège de Lisieux dans le Calvados, M. Porte est muté à Évreux.

Le 20 décembre 1846
Ce sont désormais 620 familles, lesquelles représentent 1 738 personnes sur une population de 11 802 habitants, qui bénéficient de l'aide alimentaire.

Le 26 décembre 1846
Natif d'Évreux et juge d'instruction à Louviers, Adolphe Éloi Duverger est muté auprès du tribunal de première instance d'Évreux.

Le 31 décembre 1846
Ce sont précisément 64 personnes qui auront été jugées en 1846 par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

< avant après>