L'Histoire d'Évreux

1838 - 1842

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que le séculaire château de Navarre est entièrement rasé.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1838


En 1838
Une côte sacrée de saint Taurin, évangélisateur historique de l'Évrecin, est offerte par le diocèse d'Évreux à la paroisse de Balbigny, dans la Loire.

La même année (1838)
La ville d'Évreux et le département de l'Eure traversent une période de crise alimentaire, avec une hausse significative du prix des denrées, tel le kilo de viande de boeuf s'élevant à 0,90 francs.

La même année (1838)
Denrée principale du bol alimentaire des classes populaires avec la pomme de terre, la ration journalière de pain est d'environ 700 grammes par adulte.

La même année (1838)
La laminerie de zinc des usines de Navarre se transforme en fonderie d'ustensiles de cuisine.

La même année (1838)
Préfet de l'Eure de 1830 à 1837 et député de la circonscription des Andelys depuis cette dernière date, le géologue et botaniste Antoine Passy est élu une seconde fois président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure. Il succède à Alexis-Hubert Robillard, ingénieur des ponts et chaussées, archéologue et responsable des fouilles du site de Gisacum au Vieil-Évreux.

Le 27 janvier 1838
Naissance au domicile de ses parents situé rue Joséphine de François Henry Peudefer, dit « Henri de Parville », journaliste scientifique, ingénieur expert auprès des tribunaux civils, lauréat de l'Institut, publiciste, commandeur de l'ordre de la Couronne d'Italie, officier de l'ordre royal du Sauveur de Grèce, officier du Nichan Iftikhar et officier de la Légion d'honneur.
Photo

Réédition de "L'électricité et ses applications : exposition de Paris", ouvrage d'Henri de Parville chez G. Masson à Paris
© BNF-Gallica
Domaine public


Le 24 février 1838
Naissance au domicile de ses parents situé rue Grande (actuelle rue du Docteur-Oursel) d'Étienne Jules Gourdault, homme de lettres, voyageur, historien et collaborateur de la Revue des deux mondes.

Le 6 mars 1838
Naissance au domicile de ses parents situé boulevard Chambaudoin d'Hippolyte Louis François Le Bailly, capitaine au 4e régiment de cuirassiers, trésorier de l'École d'application de cavalerie de Saumur et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 1er mai 1838
La revue de la Garde nationale prévue à l’occasion des festivités du 1er mai est annulée en raison d’une pluie très violente.

Le 27 mai 1838
Naissance au domicile familial de la rue Dubais d'Alix Jules Élie Blanche Firmin Miannée de Saint-Firmin, capitaine au 6e régiment de cuirassiers, membre du conseil d'administration de ce même régiment, vétéran de la Guerre franco-allemande et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 12 juillet 1838
Substitut du procureur du roi à Évreux depuis août 1835, Pierre François Godefroy est promu procureur à Dieppe, en Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime).

Le 17 octobre 1838
Il neige abondamment sur Évreux.

Le 20 octobre 1838
Préfet des Vosges, Alexis de Monicault est nommé à la préfecture de l'Eure en remplacement d'Achille-François Bégé qui rejoint l'Hérault.

Début novembre 1838
Imprudemment chargée, la voiture faisant la liaison régulière entre Évreux et Lisieux se renverse, et blesse grièvement plusieurs voyageurs.

Le 1er décembre 1838
M. Petit, marchand farinier, est mortellement frappé par la foudre alors qu’il se trouvait sur son cabriolet entre Elbeuf et Brionne.

Le 31 décembre 1838
Ce sont précisément 115 personnes qui auront été jugées en 1838 par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

1839


En 1839
Édifice emblématique de la ville depuis le début du XVe siècle, la tour de l'Horloge cesse de sonner le carillon, le glas et le tocsin.

La même année (1839)
Sous-directeur de l'école normale d'instituteurs et futur maire en 1877 et de 1882 à 1883, Charles Adrien Corbeau est nommé directeur d'un autre établissement scolaire d'Évreux.

La même année (1839)
L'imprimeur libraire rouennais Nicétas Périaux sort de ses presses Esquisses sur Navarre de Théophile d'Avannes, magistrat et président de l'Académie ébroïcienne.

La même année (1839)
Le préfet Alexis de Monicault est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure. Il succède au géologue, botaniste et député Antoine Passy.

Le 11 janvier 1839
Le conseil municipal étudie la possibilité de planter de nombreux arbres sur la place de l'Hôtel-de-Ville (actuelle place du Général-de-Gaulle).

Le 31 janvier 1839
Substitut du procureur du roi aux Andelys, Alaric Horeau est muté auprès du tribunal de première instance d'Évreux.

Le 20 avril 1839
Possession de feu Joséphine de Beauharnais après son divorce d'avec l'Empereur, le domaine de Navarre est vendu à Édouard Baillot de Guerville et François Prosper Lubis pour 673 000 francs.

Le 22 juin 1839
Le marquis de Dauvet rachète pour la somme de 384 000 francs à Édouard Baillot de Guerville et François Prosper Lubis, incapables de payer les traites, ce qu'il reste du domaine de Navarre.

En août 1839
Située sur les remparts du côté de la rue de l'Horloge, la tourelle du Bonhomme est démolie.
Photo

La tourelle du Bonhomme d'Évreux
© Bibliothèque municipale d'Évreux, Fonds ancien-local Est-a 5
Voir Mentions légales


Le 16 août 1839
Le conseil municipal vote l'élargissement à cinq mètres de la sente des Rosiers.

Le 20 août 1839
Archéologue et historien local, inspecteur des monuments historiques de l'Eure, directeur de la Société des Antiquaires de Normandie et correspondant du Comité historique du ministère de l'Instruction publique, Théodose Bonnin achève la préface d'Analectes historiques, recueil de documents inédits sur l'histoire de la ville d'Évreux, ouvrage imprimé par Jean-Jacques Ancelle fils.

Le 8 octobre 1839
Le tirage au sort des jurés du quatrième trimestre des assises du département de l'Eure désigne MM. Brunet, Chérel et Barbe ; respectivement faïencier, entrepreneur et fabricant de coutils.

Le 31 octobre 1839
Feuilleton paraissant dans le Journal de l’Eure, « Lettres d’un centenaire » raconte combien sont encore remarquables, à cette date-là, les vestiges des tours du mur d’enceinte qui ceignaient jadis la partie attenante à l’évêché d’Évreux.

Le 9 décembre 1839
La cour d’assises de l’Eure condamne par contumance Thomas Charles Laudour, ancien commissaire-priseur d'Évreux, à sept ans de travaux forcés.

Le 31 décembre 1839
Ce sont précisément 115 personnes qui auront été jugées en 1839 par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

1840


En 1840
Construit au Xe siècle à l'emplacement d'un oratoire en bois dédié à Taurin, évangélisateur historique de l'Évrecin, l’église Saint-Taurin fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques.

La même année (1840)
Pour un bon alignement de la place de la Cathédrale, des travaux de modifications sont apportés à la « maison canoniale de Sainte-Anne », située à l'angle de ladite place et de la rue de l'Horloge.

La même année (1840)
Ingénieur des ponts et chaussées et responsable des fouilles du Vieil-Évreux, Alexis-Hubert Robillard se lance dans le repérage exact de l’aqueduc et des conduits d’alimentation en eau du site gallo-romain de Gisacum.

La même année (1840)
Ancien receveur de l’enregistrement, M. Cassen est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure et succède au préfet Alexis de Monicault.

La même année (1840)
L'école normale de jeunes filles d'Évreux est ouverte.

En janvier 1840
Chapellier exerçant 2 rue Grande (actuelle rue du Docteur-Oursel), Nicolas Grégoire met en vente sa maison de commerce, avec ou sans son fonds de chapellerie.

Le 23 janvier 1840
La Cour de cassation renvoit à la cour d’assises de l’Eure le pourvoi d’Alfred Lamy, agent d’une administration publique, accusé de corruption et condamné en appel par le tribunal correctionnel de Seine-et-Oise, en décembre 1839.

Le 24 janvier 1840
La Cour de cassation annule un jugement rendu en appel, en novembre 1839, par le tribunal correctionnel d’Évreux aux dépens d’Augustin-Charles Le Pesant de Boisguilbert et au profit de M. Maubuisson.

Le 7 mars 1840
Naissance au domicile familial de la rue Trianon (actuelle rue Saint-Louis) de Louis Joseph Raoul Chanoine-Davranches, magistrat, président de la chambre honoraire à la cour d'appel de Rouen, membre de l'Académie de Rouen, auteur de travaux historiques et juridiques, et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 9 avril 1840
Naissance au domicile familial de la rue du Trou-Béchet de Séraphin Louis Gustave Leconte, maire de Bois-Jérôme-Saint-Ouen dans l'Eure.

Le 14 mai 1840
Suite au vote du 21 décembre 1837, L'ouverture de la rue Raincent (future rue du Pont-de-Fer) est confirmée.

Le 18 mai 1840
Le conseil municipal vote le plan de redressement et l'élargissement de la rue du Buisson.

Le 7 août 1840
Sollicité par de nombreux habitants, le conseil municipal issu de la révolution de Juillet redonne le nom de « place Bonaparte » à la place Royale (actuelle place Dupont-de-l'Eure).

Le 31 août 1840
Juge suppléant au tribunal de première instance d'Évreux depuis juillet 1831, Jacques François Cocaigne est nommé substitut du procureur du roi.

Le 7 octobre 1840
Sous la direction de l'ingénieur des ponts et chaussées Alexis-Hubert Robillard, assisté de l'historien et archéologie Théodose Bonnin, une statue de la deuxième moitié du Ier siècle, en cuivre, or et argent, est mis au jour sur le site archéologique du Vieil-Évreux, l'emblématique Jupiter Stator. Le premier fait part de sa joie le soir-même :
« (...) ce matin nous avons tiré de terre un beau Jupiter en bronze de trois pieds environ de hauteur ; nous ne déblayons pas trois pieds dans le sens horizontal sans trouver quelque chose (...) »
Photo

Le Jupiter Stator au Musée d'Art, Histoire et Archéologie d'Évreux en 2009
© Vassil / Wikimedia Commons
Domaine public


Le 15 décembre 1840
Appelé à trancher un contentieux sur l’entretien des berges de l’Iton et de la prairie dite « la scierie », entre les héritiers du duc de Bouillon et le marquis de Dauvet, nouvel acquéreur de ce qu'il reste du domaine de Navarre, le tribunal civil d’Évreux rappelle un acte daté du 20 mai 1749, et ordonne que des experts se rendent sur place.

Le 31 décembre 1840
Ce sont précisément 116 personnes qui auront été jugées en 1840 par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

Le même jour (31.12.1840)
Ce sont précisément 1 599 journées d’ouvriers qui auront été consacrées en 1840 au site archéologique de Gisacum au Vieil-Évreux, site majeur des Aulerques Eburovices romanisés.

1841


En 1841
La ville d'Évreux compte désormais 11 706 habitants selon le dernier recensement, soit 1 419 de plus qu'en 1836.

La même année (1841)
Eustache Puel construit sans autorisation le moulin de Navarre au niveau la cascade du pont du Rocher, sur l’ancien domaine de Joséphine de Beauharnais.

La même année (1841)
Le préfet Alexis de Monicault est élu une seconde fois président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure et succède à M. Cassen, ancien receveur de l'enregistrement à Évreux.

En janvier 1841
Libraire, imprimeur et lithographe, Jean-Jacques Ancelle se démet de ses trois brevets au profit de son fils Louis-Jules.

Le 5 janvier 1841
Emballé par les nombreuses découvertes du site de Gisacum au Vieil-Évreux, l'historien Théodose Bonnin demande l’appui de l'archéologue et historien Auguste Le Prévost pour l'obtention de la Légion d’honneur, et l'attribution d'un poste de membre correspondant de l’Institut. Mal comprise, sa démarche révèle une certaine tension entre les responsables du site archéologique.

Le 12 janvier 1841
Le préfet Alexis de Monicault s'oppose à la décision du conseil municipal d'Évreux de redonner le nom de « place Bonaparte » à la place Royale (actuelle place Dupont-de-l'Eure).

Le 13 janvier 1841
La crue de l'Iton cause d'importants dommages à la ville, et un homme meurt noyé.

Le 14 janvier 1841
Inondés, les quartiers de Saint-Léger et Saint-Sauveur sont coupés du reste du reste de la ville, et plusieurs habitants de la rue des Bouchers (actuelle rue Isambard) sont sauvés des eaux .

Le 15 janvier 1841
L'eau s'élève à près d'un mètre de hauteur dans la rue Joséphine et la circulation est interdite rue Neuve-Saint-Sauveur (actuelle rue David).

Après le 18 janvier 1841
L'Iton entame sa décrue et laisse apparaître d'importants dégâts dans les quartiers Saint-Sauveur et Saint-Léger. Plusieurs facades de maisons de la rue aux Bouchers (actuelle rue Isambard) sont par ailleurs affaissées.

Le 20 février 1841
Propriété de l'imprimeur libraire Louis-Jules Ancelle, le périodique Courrier de l'Eure est lancé.

En mars 1841
Diminué par de fréquentes crises de goutte, et régulièrement en conflit avec les responsables du site gallo-romain de Gisacum, l'historien Théodose Bonnin cesse toute activité archéologique au Vieil-Évreux.

Le 3 avril 1841
Futur directeur de l'école normale du département de l'Eure, le naturaliste Charles-Georges Chesnon est nommé sous-inspecteur de l'instruction primaire à Évreux.

Le 8 avril 1841
Mort en son palais épiscopal de Charles-Louis de Salmon du Châtellier, chanoine de l'église du Mans, vicaire général de l'évêque du Mans, évêque de Laon de 1817 à 1821 puis d'Évreux depuis 1822. Sa dépouille est embaumée puis exposée pendant plusieurs jours sur un lit de parade, dans une salle de l'évêché.

Le 18 ou 24 avril 1841
Curé de Saint-Pierre-de-Chaillot, de Saint-Étienne-du-Mont puis de l'église Saint-Roch, toutes à Paris, et chanoine de la cathédrale Notre-Dame de Paris, Nicolas-Théodore Olivier est nommé évêque d'Évreux par ordonnance royale. Il succède à feu Charles-Louis de Salmon du Châtellier.

Fin avril 1841
Les chanoines du chapitre adressent un courrier de protestation au roi, suite à la nomination de Nicolas-Théodore Olivier à l'évêché d'Évreux.

En mai 1841
Aliment essentiel des classes populaires, le kilo de pain bis blanc est taxé à 0,237 franc.

Le même mois (5.1841)
Imprimeur breveté à Évreux depuis septembre 1832, Laurent-Ferdinand Canu publie Du Crapaud ou Podoparenchydermite chronique du cheval, suivi du Piétin ou Podoparenchydermite du mouton du docteur Mercier, médecin vétérinaire ébroïcien.

Le 7 mai 1841
Le conseil municipal vote la construction d'un pont métallique sur la rue Raincent (future rue du Pont-de-Fer).

Le 14 mai 1841
Prêtre formé au petit séminaire d'Évreux et missionnaire spiritain déclaré bienheureux de l'église catholique par le pape Jean-Paul II en avril 1979, Jacques-Désiré Laval quitte Évreux à bord de la voiture louée par M. Levavasseur et arrive à Boulogne-sur-Mer, étape d’un périple qui le conduira à Londres, puis jusqu’à l’île Maurice.

Le 22 mai 1841
Le petit séminaire d'Évreux suspend ses cours suite à la mort de plusieurs élèves, des suites d'une maladie contagieuse qui pourrait être la miliaire tuberculeuse.

Le 5 juin 1841
Une ordonnance royale regroupe la garde nationale d'Évreux en une seule compagnie.

Le 25 juin 1841
Le marquis de Dauvet adresse une demande de permis de construire au service des ponts et chaussées d'Évreux pour son projet de développement d'usines sur l'ancien domaine de Navarre.

Le 26 juin 1841
Découvert sur un mur de l'abbaye de Saint-Sauveur, le médaillon représentant Simon III de Montfort, seigneur de Montfort l'Amaury de 1137 à 1181 et comte d'Évreux de 1140 à 1181, est transporté à la bibliothèque municipale.

Fin juin 1841
Propriétaire de l'ancien domaine de Navarre, le marquis de Dauvet vend à André Germain Bouillant-Dupont un terrain à usage de prairie, un terrain de labour, un jardin, la maison dite « de la Menuiserie », ainsi que la chute d'eau dite « de la Pêcherie ».

Le 8 juillet 1841
Naissance au domicile familial de la rue Ferré (actuelle rue de la Harpe) de Théophile-Hector Ridel, ingénieur des travaux publics de l'État, chef du bureau de l'ingénieur en chef puis conducteur des ponts et chaussées à Évreux, conseiller municipal, adjoint au maire d'Évreux, membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure, chevalier du Mérite agricole, officier de l'Instruction publique et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 10 juillet 1841
Périodique appartenant à l'imprimeur Louis-Jules Ancelle, le Courrier de l'Eure mentionne les rues de Damilleville, du nom d'un ancien propriétaire terrien, et de Beaulieu.

Le 12 juillet 1841
Nommé en avril, Nicolas-Théodore Olivier est confirmé à l'évêché d'Évreux.

Le 13 juillet 1841
Le nouvel évêque d'Évreux préside la cérémonie religieuse de mise au tombeau, en la chapelle des princes de la maison d'Orléans, à Dreux dans l'Eure-et-Loir, du coeur de Philippe de France, régent de Louis XV.

Le 24 juillet 1841
Célèbre pour ses évasions multiples, et récemment échappé du bagne, M. Picard est incarcéré à la prison d'Évreux pour un vol commis dans l'église d'Acon.

Le 6 août 1841
Nommé en avril et confirmé une quinzaine de jours auparavant, Nicolas-Théodore Olivier est sacré évêque d'Évreux.
Photo

Nicolas-Théodore Olivier, évêque d'Évreux de 1841 à 1854
© D.R.
Voir mentions légales


Le 9 août 1841
L'évêché fait don de 1 000 francs et d'un pain de quatre kilogrammes pour le pot-au-feu destiné à tous les indigents d'Évreux.

Le 13 août 1841
Décidé à rendre le nom de « place Bonaparte » à la place Royale (actuelle place Dupont-de-l'Eure), malgré l'opposition du préfet Alexis de Monicault, le conseil municipal d'Évreux charge le maire Pierre-Nicolas L'Hopital d'entreprendre toutes les démarches nécessaires auprès de Tanneguy Duchâtel, ministre de l'Intérieur.

Le 18 août 1841
Acquéreur en juin 1839 de l'ancien domaine de Navarre, le marquis de Dauvet reçoit une autorisation pour la construction d'une usine de quincaillerie à Navarre.

Le 27 août 1841
Après l'examen du rapport d'expertise, le tribunal civil d’Évreux condamne le prince de Rohan, héritier des ducs de Bouillon, à faire réparer et consolider les berges de l’Iton de l’ancien domaine de Navarre, désormais propriété du marquis de Dauvet.

Après août 1841
Le marquis de Dauvet fait construire le « bâtiment aux abeilles » sur le site industriel de Navarre.

Le 5 novembre 1841
MM. Beauvarlet et Fournier, organistes de la cathédrale, réceptionnent l'orgue de choeur commandé par l'évêque Nicolas Théodore Olivier et fabriqué par le facteur anglais John Abbey.

Le 9 décembre 1841
Naissance au domicile de son aïeul maternel situé rue des Authieux de Paul Zawiski, ingénieur principal de la voie de la Compagnie des chemins de fer de l'État et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 11 décembre 1841
Maître des requêtes au conseil d'État, Pierre-Amédée Zédé est nommé préfet de l'Eure en remplacement d'Alexis de Monicault qui rejoint la Seine-et-Marne.

Le 27 décembre 1841
Substitut du procureur du roi auprès du tribunal de première instance d'Évreux depuis août 1840, Jacques François Cocaigne est muté à Rouen en Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime).

Le 31 décembre 1841
Ce sont précisément 102 personnes qui auront été jugées en 1841 par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

1842


En 1842
La manufacture dirigée par l'ingénieur André-Marie Daublaine et le facteur Louis Callinet est en charge de la fabrication de l’orgue commandée par le diocèse pour l’église Saint-Taurin d'Évreux.

La même année (1842)
Le premier numéro de l'Almanach-annuaire de l'Eure paraît à Évreux.

La même année (1842)
Un moulin de filature de coton et lin est attesté aux usines de Navarre.

La même année (1842)
Auguste Antoine Hérissey fonde l'imprimerie Hérissey, entreprise emblématique d'Évreux qui fermera définitivement ses portes en 2014, après 172 années d'activité.

La même année (1842)
Ancien receveur de l’enregistrement à Évreux, M. Cassen est élu une seconde fois président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure et succède. Il succède au préfet Alexis de Monicault.

La même année (1842)
Exécuteur des sentences criminelles de l'Eure auprès de son beau-père André-Thomas Férey depuis 1814, puis exécuteur en chef de la ville d'Évreux depuis 1824, Armand (ou Amand) Leroy quitte ses fonctions.

Le 17 janvier 1842
Avant sa comparution devant le tribunal d'Évreux, M. Picard, voleur et évadé multirécidiviste, tente une énième évasion en mettant le feu à sa cellule de la prison de Gisors, où il avait été récemment transféré depuis celle d'Évreux.

Le 30 janvier 1842
D'une superficie de 535 hectares, les septième et huitième lots de la forêt d'Évreux sont mis en adjudication à l'étude de M. Prieur.

Le 13 février 1842
Le marquis de Dauvet dépose une demande d'autorisation de construction pour un pont surplombant le bras flottable de l'Iton, à l'entrée de l'usine de Navarre.

En mars 1842
La compagnie de chemin de fer gérant la ligne de Paris à Rouen promet au maire Pierre-Nicolas L'Hopital de faire étudier, par des ingénieurs, un embranchement qui relierait la Cité-Jolie à la ligne principale, à la condition que cette dernière prenne en charge la moitié des frais.

Le 1er avril 1842
Le service des maîtres de poste fixe le départ pour Évreux à trois heures de l'après-midi à l'hôtel Lisieux de Rouen, et le départ pour Rouen à six heures du matin devant l'hôtel du Grand-Cerf à Évreux.

Le 5 avril 1842
Vicaire général d'Évreux, l’abbé Pierre Charles Delanoë achève son ouvrage Éloge historique de feu Monseigneur Charles-Louis de Salmon du Châtelier, évêque d’Évreux, par un de ses grands vicaires.

Le 9 avril 1842
La cour royale de Rouen rend un arrêt confirmant les jugements rendus par le tribunal civil d’Évreux, et qui condamnaient le prince de Rohan à faire réparer et consolider les berges de l’Iton de l’ancien domaine de Navarre, désormais propriété du marquis de Dauvet.

En mai 1842
La justice est saisie dans l'affaire opposant le conseil municipal d'Évreux aux frères de l'école chrétienne de la Charité, lesquels ne perçoivent plus leur salaire habituellement versé par la ville depuis 1822.

Le 15 mai 1842
Aliment essentiel des classes populaires, le kilo de pain bis blanc est taxé à 0,31 franc.

Le 28 juin 1842
Aux obsèques de M. Grisé, l'évêque Nicolas-Théodore Olivier subit ce qu'il estime être un affront de la Charité de Guichainville qui, avec la complicité de la famille, procède à l'inhumation illégitime du défunt en sa présence.

Le 8 juillet 1842
Le conseil municipal d’Évreux maintient sa décision de ne pas rétribuer les frères de la doctrine chrétienne de la Charité, malgré un engagement fait en 1822 auprès de l’évêque Jean-Baptiste Bourlier.

Le 26 juillet 1842
Substitut du procureur du roi à Pont-Audemer, Paul Jean Adolphe Aimable Gautier est muté auprès du tribunal de première instance d'Évreux.

Fin juillet 1842
Le conseil municipal d'Évreux est dissout suite à la démission de douze de ses membres.

Le 4 août 1842
Naissance au domicile familial de la rue Grande (actuelle rue du Docteur-Heuze) de Charles Dominique Heuzé, sergent-major, rédacteur de troisième classe au bureau des pensions du ministère de la Guerre et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 18 septembre 1842
Naissance à Évreux (?) de Baptiste Camille Uhl, clerc de notaire et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 24 septembre 1842
Sous-inspecteur de l'instruction primaire, Charles Georges Chesnon est nommé directeur de l'école normale du département de l'Eure à Évreux.

Le 23 novembre 1842
Avocat à Évreux, Victor Vincent Laurent Polydore Mottet est nommé juge adjoint au tribunal de première instance de Philippeville (actuel Skikda) en Algérie française (actuelle République algérienne démocratique et populaire).

Le 3 décembre 1842
Reconnu coupable d'assassinat suivi de vol, l'ouvrier cordonnier Louis-Edmé Dangeul est condamné à mort par la cour d'assises de l'Eure à Évreux. Il sera exécuté en janvier 1843.

Le 31 décembre 1842
Ce sont précisément 83 personnes qui auront été jugées en 1842 par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

< avant après>