L'Histoire d'Évreux

1941

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que le populaire monsieur P.P apparaîtra coquet au marché d'Évreux.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1941


En 1941
Les archives de la municipalité sont déménagées au sous-sol de la bibliothèque du Pavillon fleuri, afin de libérer un local pour le stockage et la distribution des cartes d'alimentation.
Photo

Le Pavillon fleuri à la fin de l'hiver 2016
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


La même année (1941)
Un potager ouvrier est créé pour les employés des usines de Navarre.

En janvier 1941
La première crue de l'Iton de l'année génère un débit estimé de douze à quinze mètres cubes par seconde.

Le 10 janvier 1941
Respectivement déléguée au lycée de garçons et enseignante à Évreux, Jehanne-d’Arc Louise Marie Fradrin de La Renaudière et Denise Gard peuvent lire leur nom dans le Journal officiel qui énumère les candidats admissibles aux épreuves orales de l’agrégation de lettres.

Le 13 janvier 1941
La Royal Air Force bombarde une nouvelle fois l'aérodrome d'Évreux et plusieurs avions allemands au sol sont mis hors d'état d'usage.

En février 1941
Une deuxième crue de l'Iton génère un débit estimé de douze à quinze mètres cubes par seconde.

Le 25 février 1941
Sans nouvelles de son mari mobilisé qui se trouvait le 10 juin dernier à Évreux, au surlendemain du bombardement allemand, Mme Bastard, de Penvénan dans les Côtes-du-Nord (actuelles Côtes-d'Armor), fait paraître une annonce dans l'édition rennaise de L'Ouest-Éclair.

En mars 1941
Une troisième crue de l'Iton génère un débit estimé de douze à quinze mètres cubes par seconde.

Le 1er mars 1941
Il est désormais interdit de téléphoner et télégraphier dans l'Eure, hormis pour l'arrondissement d'Évreux qui n'est pas concerné par cette mesure.

Le 16 mars 1941
Licencié à l'Évreux Athletic Club et porteur du dossard n°56, M. Desormeaux termine 28e chez les cadets au critérium national de cross-country de l'hippodrome de Vincennes. La course des juniors compte par ailleurs deux autres Ébroïciens : MM. Marneur, du même club, et Séguin, de la Jeanne d'Arc d'Évreux.

En avril 1941
Une quatrième crue de l'Iton génère un débit toujours estimé de douze à quinze mètres cubes.

Le 12 avril 1941
À la tête du conseil municipal depuis le 28 novembre dernier, le pharmacien Raymond Thierry est officiellement nommé maire d'Évreux par le gouvernement de Vichy.

Le 20 avril 1941
Georges Blum remporte sous la pluie la 31e édition de la course cycliste Paris-Évreux devant Édouard Muller et Kléber Piot.

Le 24 avril 1941
Le Plan de reconstruction de l’aménagement d’Évreux est confié à l’architecte et urbaniste Paul Danger.

Le 26 avril 1941
Le quotidien Le Petit Parisien convie ses lecteurs à reconnaître « Monsieur P. P. » qui se présentera coquet, au marché d'Évreux dans la matinée. Celui qui le reconnaîtra empochera la jolie somme de 200 francs.
Photo

Annonce de la visite de monsieur P.P dans le Petit Parisien daté du 26.4.1941
© BNF-Gallica, Gr Fol-Lc2-3850
Domaine public


Le 27 avril 1941
Une épreuve de propagande sportive est organisée par l'Évreux Athletic Club.

En mai 1941
Aidé par son camarade Hache, Jean Lefebvre récupére des armes qui étaient cachées dans un des bras de l'Iton à Évreux. Il rejoindra le mouvement de résistance mouvement Turma-Vengeance.

Le 18 mai 1941
Après celle du 27 avril, une nouvelle épreuve de propagande sportive est organisée par l'Évreux Athletic Club.

Le 23 mai 1941
Secrétaire général du préfet de la wilaya de Constantine en Algérie française (actuelle République algérienne démocratique et populaire), Jean Fendeler signe une circulaire relative à plusieurs personnes disparues depuis l'exode du printemps 1940. Y figure Charles Chevillon, né à Évreux le 28 avril 1914, gravement blessé au combat puis disparu depuis le 2 août 1940, alors qu'il était démobilisé de la base aérienne d'El Aouina à Tunis.

Le 2 juin 1941
Naissance à Évreux d'Alain Cayzac, publicitaire et président du Paris Saint-Germain Football Club de 2006 à 2008.

Le 14 juin 1941
Le mitraillage de réfugiés ébroïciens par des avions anglais, pendant la débâcle de 1940, constitue une des pièces du dossier anglophobe que souhaite monter Paris-Soir, quotidien soumis au régime de Vichy.

Le même jour (14.6.1941)
Juge de paix à Conches-en-Ouche, Henri Honoré Marie Alexandre Hugues est nommé aux deux cantons d'Évreux et à celui de Saint-André-de-l'Eure.

Le 22 juin 1941
Mort de maladie à Évreux de Louis Le Normand, soldat au 34e régiment d'artillerie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée.

En juillet 1941
Commissaire de police à Louviers, Michel Arabeyre est jugé pour détention d'armes puis acquitté sur parole d'honneur par un tribunal militaire allemand siégeant à Évreux.

Le 7 août 1941
Les vestiges des remparts gallo-romains des parcelles numérotées 446, 463, 464 et 467 de la section I du cadastre font l’objet d’un classement partiel au titre des monuments historiques.

Le 26 août 1941
Soldat de la 11e section de commis et ouvriers d'administration qui avait été grièvement blessé par des éclats de grenade, alors qu'il assurait le transport de son unité à Évreux, le 12 juin 1940, Clément Guédou est fait chevalier de la Légion d"honneur.

Le 8 septembre 1941
Une mère de famille, domiciliée dans la région de Beauvais, retrouve son fils qu'elle avait perdu en mai 1940 lors de l'Exode, et qui avait été récupéré par l'assistance publique en gare d'Évreux alors qu'il n'avait que deux mois.

Le 18 septembre 1941
Mort à Rabat au Maroc de Pierre Louis Émile Mahieu, soldat affecté au groupe 1/22 Maroc et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée.

Le 5 octobre 1941
La Compagnie du regain donne jusqu'au lendemain une représentation de Don Juan au théâtre municipal d'Évreux.

Le 9 octobre 1941
La presse parisienne annonce la création d'une coupe des sinistrés, épreuve de football qui groupera les clubs des communes de la région d'Évreux les plus frappées par les bombardements de juin 1940.

Le 14 octobre 1941
Perdu dans le ciel normand, le bombardier britannique Vickers Wellington R1275 s'écrase dans les environs d'Évreux. Les sergents J. C. Spragge, T. J. Snell, E. J. Waldron, E. A. Tredenick et P. B. Tomes sont tués, tandis que le sergent C. L. Humphrys, seul rescapé, est fait prisonnier. Les victimes sont par la suite inhumées au cimetière Saint-Louis à Évreux.
Photo

Tombe de E.J. Waldron au cimetière Saint-Louis
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


Le 23 octobre 1941
Domicilié 16 rue Del'homme (ou Delhomme) à Évreux, Louis-Jules-Albert Didier est arrêté par trois Feldgendarmes pour activités communistes, puis conduit à Vernon.

Le 7 novembre 1941
Domiciliée rue de Pacel à Pacy-sur-Eure, Suzanne Gascard, née Leblond, monte à bord d'un car de la compagnie Jacquemard pour rejoindre la place de l'Hôtel-de-Ville (actuelle place du Général-de-Gaulle) à Évreux. Elle y remet discrètement une valise contenant des tracts communistes à un contact se déplaçant à vélo. Elle sera dénoncée le lendemain par une délatrice.
Photo

Portrait de Suzanne Gascard, née Leblond
© Collection Francine et Matthieu Noël (D.R.) / Mémoire vive
Voir Mentions légales


Le 8 novembre 1941
Dans la soirée, une délatrice informe la gendarmerie de Pacy-sur-Eure qu'elle a vu la veille, Suzanne Gascard, née Leblond, prendre un car pour Évreux, puis remettre une valise suspecte à un individu à vélo qui l'attendait place de l'Hôtel-de-Ville (actuelle place du Général-de-Gaulle).

Le 9 novembre 1941
Accompagné par deux gendarmes de Pacy-sur-Eure, le commissaire spécial d’Évreux perquisitionne le domicile de la famille Gascard, l'épouse ayant été dénoncée l'avant-veille après avoir transmis une valise à un individu à vélo.

Le 13 novembre 1941
Dénoncée quelques jours auparavant après avoir été vue transmettre une valise suspecte à un individu qui l'attendait place de l'Hôtel-de-Ville (actuelle place du Général-de-Gaulle) à Évreux, Suzanne Gascard est présentée au procureur de cette même ville, puis transférée à la prison Bonne-Nouvelle de Rouen.

Le 14 novembre 1941
Capitaine de frégate et sous-préfet de Guinguamp, Eugène Louis François Le Gouic est nommé préfet de l'Eure. Il succède à Camille Alcide Élie Pierre Vernet.
Photo

Portrait du capitaine de frégate Eugène Le Gouic
© Collection Guillemette Le Gouic (D.R.) / ecole.nav.traditions.free.fr
Voir Mentions légales


Le 22 novembre 1941
Datant du premier quart du XVe siècle, la cloche de la tour de l’Horloge bénéficie d’un classement au titre de la protection du patrimoine mobilier.

En décembre 1941
L'administration des domaines charge une agence automobile d'Évreux de vendre aux particuliers une cinquantaine de camions militaires.

Le même mois
Le conseil municipal de Guichainville choisit le syndicat intercommunal de la région d'Évreux pour réaliser d'importants travaux d'adduction d'eau, et pour poursuivre la modernisation de la commune.

Le même mois
En contact avec le Parti communiste clandestin, Noël David, domicilié 8 ter boulevard du Jardin-l’Évêque, fonde et dirige le comité local du Secours populaire d'Évreux pour apporter une assistance pécuniaire aux familles de militants communistes emprisonnés.

Le 17 décembre 1941
Prisonnier de guerre en Allemagne, Guy Jean-Michel Lambert de Frondeville s'évade de l'Oflag IV C.
Photo

Guy Lambert de Frondeville
© Annales des Mines
Avec l'aimable autorisation de François Valérian


Le 28 décembre 1941
Cannonier au 221e régiment d'artillerie coloniale qui avait été grièvement blessé par des éclats de bombe, alors qu'il assurait la défense de la ville d'Évreux pendant le bombardement allemand du 9 juin 1940, Yves Rouzic reçoit la médaille pour son courage et son dévouement.

Le 30 décembre 1941
Les docteurs Bettinger, Canus et Pierre Auguste Tristan sont respectivement nommés membre et membres suppléants du tribunal départemental des pensions d'Évreux pour l'année 1942.

Le 31 décembre 1941
Respectivement juge de 3e classe et substitut du procureur de la République de 3e classe auprès tribunal de première instance d'Évreux, Henri Louis Brin et M. Herr sont tous deux élevés à la 2e classe.

< avant après>