L'Histoire d'Évreux

1894

L'Histoire d'Évreux où l'on verra entre autres...
Qu'un professeur du lycée de garçons est pris pour un anarchiste à Neuilly-sur-Seine.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1894


En 1894

Le bail du manège de chevaux de bois du jardin public (actuel parc François-Mitterrand) est repris par l'aubergiste Léon Auger.


La même année (1894)

Propriétaire à Évreux et auteur de plusieurs publications dont Notice historique sur la commune de Saint-Germain-lès-Évreux (Saint-Germain de Navarre), Eugène Izarn est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure. Il succède à M. Duméril, propriétaire agricole.


La même année (1894)

La fondation des Catéchistes volontaires pour les enfants des écoles laïques prend, quatre ans après sa création, le nom de « Patronage Notre-Dame ». La section de gymnastique de la Jeanne-d'Arc voit par ailleurs le jour en son sein.

Photo

Le terrain de la Jeanne-d'Arc
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


Le 1er janvier 1894

Directeur des contributions indirectes à Évreux depuis février 1890, Jules Ludovic Chollat est fait chevalier de la Légion d'honneur.


Le 5 janvier 1894

Tous les vannages de la ville sont bloqués par une période de très intense gel.


Le 7 janvier 1894

Mort à son domicile du 21 rue Saint-Léger d'Adrien Doucerain, natif d'Évreux, rentier et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.


Le 9 janvier 1894

Mort à son domicile du chemin de la Cavée Boudin de Désiré Armand Dubois, propriétaire d'un commerce de porcelaines situé rue Grande et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.


Le 14 janvier 1894

Artiste peintre natif de la ville, installé rue du faubourg Saint-Léger et notamment membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure, Charles Clément Denet est fait officier d'académie.


Vers le 18 janvier 1894

Une épidémie de scarlatine et de fièvre typhoïde provoque la mort de neuf cavaliers du 6e régiment de dragons tandis que 50 autres militaires sont hospitalisés.


Le 20 janvier 1894

Vétérinaire à Évreux, M. Pacque est fait officier du Mérite agricole.


Le 27 janvier 1894

Universitaire, magistrat, bâtonnier de l'ordre des avocats d'Évreux, conseiller d'arrondissement, membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure et futur président du tribunal civil d'Évreux, Léon Charles Tyssandier est fait officier d'académie par le ministre de l'Instruction publique, des Beaux-arts et des Cultes.

Photo

Portrait de Léon Tyssandier, dans le recueil de la Société libre de l'Eure, Série 7, Tome 3, 1915
© BNF-Gallica / Société libre de l'Eure
Domaine public


Le 29 janvier 1894

Sur le rapport du ministre de l'Instruction publique, des Beaux-arts et des Cultes, le président de la République Sadi Carnot attribue l'évêché d'Évreux à l'abbé Louis-François Sueur, ancien supérieur du grand séminaire d'Arras.


Le 14 avril 1894

Mort au 36 rue Joséphine de Jules Charpentier, propriétaire rentier, président de l'Ébroïcienne, trésorier du Syndicat agricole de l'arrondissement d'Évreux, président de la section d'agriculture de la Société libre d'agriculture, arts, sciences et belles-lettres de l'Eure et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.


Le 17 avril 1894

De nombreuses personnalités se rendent aux obsèques de Jules Charpentier, entre autres président de l'Ébroïcienne, célébrées à l'église Saint-Taurin par l'abbé Le Prévost, curé doyen : M. Christophle, secrétaire général de préfecture ; Eugène Izarn, vice-président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure ; Joseph L'Hopital, président du Syndicat agricole de l'arrondissement d'Évreux ; Henry Alphonse Ducy, maire d'Évreux depuis 1883 ; Louis Charles Hérissey, imprimeur et président de la Coopérative ébroïcienne ; Léon Bagot, avocat et ancien membre du conseil d'administration de l'Ébroïcienne ; Eugène Gosselin, typographe et membre du conseil d'administration de l'Ébroïcienne ; Léon Petit, jadis président de la commission spéciale pour la création de courses de chevaux à Évreux ; Léon Labbé, ancien conseiller général ; Léon Charles Tyssandier, magistrat, enseignant et conseiller d'arrondissement ; Charles Aubourg de Boury, conseiller général de l'Eure ; Georges Henry Fauchet, industriel et président de la Société des usines de Navarre ; Désiré-Honoré Lecointe, directeur de l'école normale d'instituteurs d'Évreux ; Louis Ernest Mettais-Cartier, ancien sous-préfet à Louviers ; M. Lautour, président de l'Union des ouvriers d'Évreux ; Joseph Alexis Édouard Grénouilloux, directeur de la succursale de la Banque de France ; M. Hérissey, juge d'instruction à Évreux ; M. Malatiré et Charles Lecoeur, présidents de la Société des ouvriers du tissage Malatiré et Cie ; Victor Adolphe Grain, Adolphe Honoré Lesage et M. Maçon, officiers de la compagnie de sapeurs-pompiers d'Évreux ; M. Buisson, pharmacien et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure ; M. Lamoureux et M. Roussel, vice-présidents du Syndicat agricole de l'arrondissement d'Évreux ; M. Letellier-Alaboissette, photographe amateur ; et Charles (?) Lapeltey, horticulteur (?).


Le 20 avril 1894

Réunis au domicile parisien de la rue de Penthièvre d'Arthur Join-Lambert par Paul Réveilhac, manufacturier propriétaire de l'ancien domaine de Navarre, le conseiller général Charles Aubourg de Boury, le banquier Raymond Claude-Lafontaine, l'imprimeur Louis Charles Hérissey, Joseph L'Hopital, M. Lefèvre et Halley des Fontaines fondent la Société normande du livre illustré, dont les statuts fixent le siège à Évreux.


Le 24 avril 1894

Le ministre de la Guerre accorde la médaille d'honneur à Soeur Joseph, de la congrégation de Saint-Vincent-de-Paul, pour les soins qu'elle a apportés aux nombreux militaires ébroïciens victimes de l'épidémie de fièvre typhoïde et de scarlatine en début d'année.


Le 18 mai 1894

Nommé par décret présidentiel, l'abbé Louis-François Sueur est confirmé à l'évêché d'Évreux.

Photo

L'archevêque Louis François Sueur en 1899
© DR
Voir mentions légales


Le 24 mai 1894

Pour un coût de cinq francs par engagement, l'inscription au championnat de Normandie de cyclisme qui se déroulera le lendemain au vélodrome d'Évreux est close.


Le 27 mai 1894

Le Championnat de Normandie de cyclisme se déroule au vélodrome d'Évreux de l'avenue de Breteuil (actuelle avenue Aristide-Briand), et propose 175 francs de prix.


Le 2 juin 1894

Invité aux fêtes universitaires de Caen, le préfet de la Seine Eugène Poubelle monte à bord du train ministériel en gare d'Évreux.


Le 11 juin 1894

En présence de l'ensemble des officiers du 6e régiment de dragons et du colonel du 28e régiment d'infanterie, le général de brigade Émile Marin se rend à l'hôpital d'Évreux et remet la médaille d'honneur du ministère de la Guerre à Soeur Joseph, de la congrégation de Saint-Vincent-de-Paul, pour les soins qu'elle a prodigués aux nombreux militaires victimes de l'épidémie de fièvre typhoïde et de scarlatine en début d'année.

Photo

Le général Marin et soeur Joseph dans le supplément illustré du "Petit journal"
© DR
Voir mentions légales


Le 17 juin 1894

Le vélodrome d'Évreux de l'avenue de Breteuil (actuelle avenue Aristide-Briand) accueille une compétition cycliste.

Photo

L'avenue de Breteuil à Évreux sur une carte postale du début du XXe siècle
© Archives municipales d'Évreux, 5 FI 1759
Domaine public


Le même jour (17.6.1894)

La Société civile de tir d’Évreux organise la première des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.


Le 24 juin 1894

La Société civile de tir d’Évreux organise la deuxième des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.


Le 1er juillet 1894

La Société civile de tir d’Évreux organise la troisième des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.


Le même jour (1.7.1894)

Naissance au 27 rue Saint-Thomas de Marius René Gaston Martin, médaillé de la Résistance française pour sa bravoure sous l'Occupation.


Le 2 juillet 1894

Mort à son domicile du 20 boulevard Janin (actuel boulevard Adélaïde-et-Jules-Janin) de Louis-Auguste Dupuis, collectionneur d'art et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.


Le 8 juillet 1894

La Société civile de tir d’Évreux organise la quatrième des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.


Le 15 juillet 1894

La Société civile de tir d’Évreux organise la cinquième des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.


Le 17 juillet 1894

Dans son article du Figaro consacré aux nouvelles voitures sans chevaux, le journaliste Paul Meyan écrit :

« (...) le jour où la voiture à vapeur permettra d'aller déjeuner à Évreux ou à Rouen, ou de se rendre à Marseille et à Nice en cinq ou six jours par nos belles routes que l'on ne connaissait plus, le tourisme aura fait encore un grand pas. »


Le 19 juillet 1894

La Société civile de tir d’Évreux organise la sixième des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.


Le 22 juillet 1894

Sous la présidence d'Auguste Édouard René Quettier, adjoint au maire d'Évreux, la Société des amis des arts du département de l'Eure décerne ses prix aux élèves de l'école municipale de dessin.


Le même jour (22.7.1894)

La Société civile de tir d’Évreux organise la septième des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.


Le 26 juillet 1894

La Société civile de tir d’Évreux organise la huitième des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.


Le 29 juillet 1894

La Société civile de tir d’Évreux organise la neuvième des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.


En août 1894

Directeur des contributions directes à Évreux, Léopold Chauveau fait valoir ses droits à la retraite.


Le 2 août 1894

La Société civile de tir d’Évreux organise la dixième des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.

Photo

Le modèle 1888 du billet de 100 francs, dit "rose et bleu"
© Comptoir des monnaies
Voir mentions légales


Le 5 août 1894

Ancien supérieur du grand séminaire d'Arras, l'abbé Louis-François Sueur est sacré évêque d'Évreux en la cathédrale arrageoise.


Le même jour (5.8.1894)

La Société civile de tir d’Évreux organise la dernière des onze journées de son concours annuel comprenant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Tir réduit », « Revolver », « Armes de guerre et de précision à 200 mètres », « Ball-trap » ou « Sanglier », et promet 3 500 francs de prix en espèces et objets d'art.


Vers le 6 août 1894

Alors qu'il est en congé chez sa tante à Neuilly-sur-Seine, un professeur du lycée d'Évreux est arrêté par la police à qui un inconnu avait signalé à tort la présence d'un anarchiste dans l'immeuble.


Le 11 août 1894

Sacré quelques jours auparavant, Louis-François Sueur prend ses fonctions d'évêque d'Évreux.


Le 22 août 1894

Mort au 8 côte de La Madeleine de la baronne Marie Catherine von Reinach-Hirtzbach, vicomtesse de Salignac-Fénelon et veuve du général d'artillerie Adolphe Louis Émile Frédéric de Salignac-Fénelon.


Le 24 août 1894

Mort à son domicile du 12 rue de la Banque de Pierre-Drausin Poulain, notaire, suppléant du juge de paix, ancien conseiller d'arrondissement, adjoint au maire d'Évreux, conseiller municipal et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.


Le 25 août 1894

Directeur des contributions directes à Bar-le-Duc dans la Meuse, M. Mote est nommé à Évreux en remplacement de Léopold Chauveau, admis à la retraite.


Le même jour (25.8.1894)

Naissance au 10 rue Joséphine de Olivier François Patrick Chevalier de la Teillais, sous-lieutenant au 51e régiment d'infanterie et chevalier de la Légion d'honneur.


Le 26 août 1894

Plusieurs participants ébroïciens apparaissent au tableau des résultats de la neuvième édition du grand concours de tir d’Évreux, parmi lesquels Joseph Labbé, qui termine à la quatrième place dans la première division de la catégorie « Arme de précision à 200 mètres » et la catégorie « Revolver d’ordonnance », et à la quinzième place dans la catégorie « Arme nationale à 200 mètres ».


Le 8 septembre 1894

Pour un coût de deux francs par engagement, l'inscription aux épreuves cyclistes qui se dérouleront le lendemain au vélodrome d'Évreux est close.


Le 9 septembre 1894

Dotées d'une dotation de 190 francs, plusieurs épreuves cyclistes se dérouleront au vélodrome d'Évreux, situé avenue de Breteuil (actuelle avenue Aristide-Briand).


Le 30 septembre 1894

Réservée aux membres de la société, le Cycle excursionniste parisien organise une course de fond de Paris à Évreux.


Le même jour (30.9.1894)

Mort à son domicile du 26 rue Victor-Hugo de Joseph Alexis Édouard Grénouilloux, directeur de la succursale de la Banque de France et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.


Le 3 octobre 1894

Paraissant six fois par semaine et dirigé par Abel Tardiveau, le Courrier de l'Eure publie dans ses colonnes un article du chanoine Charles-Arthur Guéry sur le lycée d'Évreux : « Rentrée des classes et messe du Saint-Esprit ».


Le 19 octobre 1894

Mort au château de Cesny-aux-vignes du général d'Olivier Amable Charles Quélen, ancien commandant à Évreux de la 3e brigade de cavalerie et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.


Le 27 octobre 1894

Pour un coût de deux francs par engagement, l'inscription aux épreuves cyclistes en catégories internationale, bicyclette ou tricycle, qui se dérouleront le lendemain au vélodrome de l'avenue de Breteuil (actuel avenue Aristide-Briand), sont closes.


Le 28 octobre 1894

Dotées de 315 francs de prix, les épreuves cyclistes en catégorie internationale, bicyclette ou tricycle se déroulent au vélodrome d'Évreux, situé avenue de Breteuil (actuelle avenue Aristide-Briand).


En novembre 1894

Charles Besnier est nommé directeur de la succursale ébroïcienne de la Banque de France, située rue Victor-Hugo.


Le 15 novembre 1894

Mort à son domicile du 44 rue Vilaine (actuelle rue Georges-Bernard) de Dieudonné Anne Jules Paullet, dessinateur et graveur. Il est ensuite inhumé au cimetière Saint-Louis.

Photo

Tombe de Jules Paullet
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


Le 22 novembre 1894

Naissance incertaine à Évreux d'Yvonne Legeay (?), médaillée de la Résistance française pour sa bravoure sous l'Occupation.


Le 3 décembre 1894

D’après les données de Jean-Raymond Plumandon, météorologiste à l’observatoire du Puy-de-Dôme, la ville d’Évreux est classée en troisième position parmi les chefs-lieux où il pleut le moins dans l’Hexagone, avec une pluviométrie moyenne annuelle de 511 millimètres depuis 15 ans.


Le 27 décembre 1894

Mort à son domicile du 46 rue Chartraine de Jean Baptiste Aimé Delaporte, propriétaire, ancien maire de Pont-de-l'Arche et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.


Le même jour (27.12.1894)

Naissance à Vernon d'Augustin Eugène Azémia, instituteur, vétéran titulaire de la Croix de guerre 1914-1918, secrétaire départemental du Syndicat national des instituteurs, résistant du mouvement Libération-Nord, titulaire de la médaille de la Résistance française, directeur d'école à Évreux, chevalier de la Légion d'honneur, président de l'Union départementale de l'Eure des anciens combattants, conseiller général du canton d'Évreux-Sud, secrétaire de la Fédération socialiste de l'Eure et maire d'Évreux de 1971 à 1977.


Le 31 décembre 1894

Ce sont précisément 58 personnes qui auront été jugées en 1894 par la cour d'assises de l'Eure, siégeant à Évreux.


Le même jour (31.12.1894)

L'asile départemental d'aliénés de Navarre compte à ce jour 689 pensionnaires, dont 373 femmes et 316 hommes.

< avant après>