L'Histoire d'Évreux

1829 - 1830

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que le docteur Fortin considère que le faible soleil et l'air ébroïcien sont propices aux fièvres.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1829


En 1829
Les armoiries d'Évreux voient les fleurs sur les pointes de couronne remplacées par quatre tours remparées et crénelées.

La même année (1829)
L'affermage du domaine de Navarre est la propriété d'Antoine Roy, ministre des Finances de 1819 à 1821 sous Louis XVIII, puis de 1829 à 1829 sous Charles X.
Photo

Médaille de la Légion d'honneur d'Antoine Roy gravée par Nicolas Pierre Tiolier en décembre 1820
© Berlin-Georges / CC BY-SA 3.0
Voir mentions légales


La même année (1829)
Futur journaliste et fondateur du quotidien Le Siècle, Armand Jean Michel Dutacq est remarqué, dans l'étude d'un avoué d'Évreux qui l'emploie, par M. Boudin, avoué à Paris qui l'engage comme clerc avec un salaire mensuel de 50 francs.

La même année (1829)
De nouveaux appuis du pourtour du portail de la cathédrale sont remplacés, et divers autres travaux se poursuivent sur l'édifice.

Le 5 janvier 1829
L'Évrecin subit un froid très rigoureux avec de la neige et des gelées qui persisteront jusqu'à la fin du mois.

Le 6 janvier 1829
Surpris en flagrant délit de coupe sauvage de bois dans la forêt d'Évreux, près d'Aulnay (actuel Aulnay-sur-Iton), M. Genus est condamné par la chambre civile de la cour royale de Rouen en Seine-inférieure (actuelle Seine-Maritime).

Le 18 janvier 1829
Naissance au domicile de ses parents situé 7 place Royale (actuelle place Dupont-de-l'Eure) de Charles Joseph Ragot, chef au 10e bataillon de la garde mobile de la Seine, capitaine au 31e régiment d'infanterie de ligne, engagé dans la guerre de Crimée, engagé dans la Guerre franco-allemande de 1870 et chevalier de la Légion d'honneur.

Fin janvier 1829
Pour face au froid intense et durable qui aggrave la situation déjà précaire des plus démunis, le directeur des contributions directes d'Évreux fait parvenir à la municipalité une somme d'argent pour la distribution de bois de chauffage. L'évêque Charles-Louis Salmon du Châtelier, quant à lui, se déplace au domicile des familles pour leur apporter un soutien moral.

Mi-février 1829
Condamné à mort, M. Beaumont fait la demande officielle de la révision de son procès depuis la prison d'Évreux.

Le 21 février 1829
Fils de l'imprimeur Jean-Jacques Louis Ancelle, et lui-même breveté imprimeur à Évreux depuis 1811, Jean-Jacques Ancelle est breveté imprimeur lithographe.

Le 9 mars 1829
L'évêque d'Évreux célèbre un office solennel pour le repos de l'âme du pape Léon XII, mort à Rome le 10 février.

Le 26 mars 1829
Acquis à la cause de l'indépendance grecque face à l'Empire ottoman, le centre-ville d'Évreux est traversé par une parade de chars sur lesquels sont montés des participants grimés et déguisés en Turcs.

Le 29 mars 1829
Le pain de huit livres est taxé à 39 sous, ce dont se plaignent nombre d'ouvriers.

Début avril 1829
Le roi Charles X confirme par ordonnance l'établissement d'une chambre de commerce à Évreux.

Le 12 avril 1829
Substitut du procureur du roi à Yvetot en Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime), Alfred Ferdinand Marais de Beauchamps est muté au tribunal de première instance d'Évreux.

Le 18 avril 1829
Naissance à Évreux de Séraphin Cauët, avocat, bâtonnier de l'ordre des avocats, conseiller municipal, officier de la garde nationale d'Évreux, porte-drapeau au cours de la Guerre franco-allemande de 1870 et maire provisoire d'Évreux en 1874.

Le 30 mai 1829
Notaire à Évreux, M. Baudard procède à l'adjudication définitive de la maison du Manoir, de la ferme de Rondan et de celle de Quilleboeuf.

Le 16 juin 1829
Tirés au sort pour le troisième trimestre des assises de l'Eure, Auguste Avril de Burey, avocat et conseiller municipal, Louis-Dominique Corneille-Dehaumont, agent d'affaires et président du tribunal de commerce, Paul Lemarié, marchand de farine, M. Hervieu, marchand de bois et M. Cadon, notaire, sont désignés jurés ou jurés suppléants.

Le 28 août 1829
En déplacement en Normandie depuis le 22 août, le dauphin Louis-Antoine de France est reçu par l'administration municipale d'Évreux, à qui il avait fait savoir qu'aucune dépense ne devait être engagée pour sa venue.

Le 4 septembre 1829
Les membres de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Eure se réunissent dans la salle de bibliothèque du jardin botanique.

Le 18 septembre 1829
La Cour de cassation annule le jugement rendu par le tribunal correctionnel d'Évreux, qui s'était abstenu de prononcer une quelconque peine dans l'affaire des huit porcs de M. Conard, laissés en liberté et qui avaient saccagé un champ voisin, ensemencé de blé par le requérant.

Le 7 octobre 1829
Présenté à un tribunal correctionnel à Paris pour délit de vagabondage, Alexandre Chilpéric de Raynal raconte aux magistrats son parcours chaotique, lequel commence dès le troisième mariage de son père, jadis médecin à Évreux.

Le 15 octobre 1829
Huit jours après une première comparution pour vagabondage, Alexandre Chilpéric de Raynal, fils d'un ancien médecin d'Évreux, se voit relaxé par un tribunal correctionnel de Paris. Les magistrats ayant pris en considération son parcours chaotique depuis le troisième mariage de son père, et le naufrage du navire sur lequel il s'était engagé comme mousse.

Le 23 novembre 1829
Le tribunal de commerce de Rouen en Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime) condamne M. Pélerin, messager de Rouen à Évreux, à rembourser à M. Lenègre les frais relatifs à un sachet contenant 1 000 francs que ce dernier avait déposé, et qui n'était pas parvenu à destination selon les termes de leur accord.

Le 13 décembre 1829
Président du tribunal civil d'Évreux depuis mars 1818, Pierre Alexandre Lesage vait valoir ses droits à la retraite.

Le même jour (13.12.1829)
Vice-président du tribunal de première instance d'Évreux depuis août 1821, Pierre Nicolas César Masse est promu président par une ordonnance du roi Charles X. Il remplace son prédecesseur démissionnaire.

Le 30 décembre 1829
Procureur du roi au tribunal de première instance d'Évreux, Armand François Hébert est promu conseiller à la cour d'appel de Rouen.

Le 30 décembre 1829
Procureur du roi à Louviers, Jean Marie Renaudeau est muté auprès du tribunal de première instance d'Évreux.

1830


En 1830
La Société d’agriculture, sciences et arts du département de l’Eure prend le nom de « Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure », et entame l'édition régulière de ses recueils.

La même année (1830)
Un contentieux oppose le maire d'Évreux et l'intendant du château de Navarre sur les 10 000 francs qu'un héritier de Joséphine de Beauharnais, jadis locatrice du château de Navarre, avait fait parvenir au profit des habitants du faubourg de Saint-Germain (actuel quartier de Navarre).

La même année (1830)
Marie-Étienne Lorin est nommé directeur des archives départementales de l'Eure en remplacement de M. Royer de Véricourt.

La même année (1830)
La châsse contenant une partie des reliques de saint Taurin, évangélisateur historique de l'Évrecin au tournant du Ve siècle, retrouve l’église éponyme qui devient paroissiale.

La même année (1830)
Une glacière est aménagée dans la partie supérieure du jardin botanique (actuel parc François-Mitterrand).
Photo

Dessin anonyme représentant la glacière du jardin botanique d'Évreux et l'élévation de la butte de terre et du kiosque, 1826, Joconde 07030005423
© Jean-Pierre Godais / Musée d'Art, Histoire et Archéologie d'Évreux
Voir mentions légales


En janvier 1830
L'hiver est si rigoureux que la municipalité distribue du bois et du pain aux pauvres qui, en contrepartie, devront déglacer les rues pendant plusieurs semaines.

Le 5 janvier 1830
Le tribunal de commerce d'Elbeuf nomme aux fonctions de défenseur agréé M. Picard, ancien clerc principal de M. Groux, avoué à Évreux.

Le 17 janvier 1830
Substitut du procureur du roi auprès du tribunal de première instance d'Évreux depuis décembre 1826, Charles Aimé Amédée Léopold de Stabenrath est promu procureur à Louviers.

Le 24 janvier 1830
Juge au tribunal de première instance d'Évreux depuis février 1825 et substitut du procureur du roi à Yvetot, Théophile d'Avannes et M. Nepveur sont respectivement promus vice-président et substitut.

Le même jour (24.1.1830)
Alfred Sauval est nommé avoué au tribunal civil d'Évreux en remplacement de M. Leroy, démissionnaire.

Le 21 février 1830
Juge d'instruction à Bernay depuis mai 1827, Jacques Bordeaux retrouve le tribunal de première instance d'Évreux où il est promu juge.

Fin mars 1830
Quatorze tableaux représentant la Passion du Christ sont placés dans la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

Le 19 avril 1830
Le bras de l'Iton en amont du Moulin-Vieux est curé et des réparations sont apportées aux ponts concernés.

Le 30 avril 1830
Mort à Évreux de Jacques-Nicolas Le Roy, chanoine du grand pénitencier et premier curé de la cathédrale.

Le 1er mai 1830
Un feu d'artifice est tiré à l'arrivée, en provenance de Paris, du député de l'Eure Alexandre-Antoine Du Meilet (ou Dumeilet), accueilli aux cris de « Vive M. Dumeilet ! Vivent les Deux-cent-vingt-un ! » ; allusion à la défiance d'une partie de la chambre des députés à l'égard du prince de Polignac.

Le 2 mai 1830
Au lendemain du retour de Paris du député Alexandre-Antoine Du Meilet (ou Dumeilet), l'agent d'affaires et président du tribunal de commerce Louis-Dominique Corneille-Dehaumont adresse un discours de félicitations à ce dernier devant une assistance composée de notables et d'électeurs :
(...) Pour nous, habitan[t]s d'Évreux, nous nous félicitons de pouvoir exprimer nos sentimen[t]s d'estime et de vénération pour l'administrateur intègre, sage et éclairé dont chaque jour la ville déplore plus vivement l'absence.

Le 5 mai 1830
Quinze lots de la forêt d’Évreux sont mis en vente par les héritiers de Jacques-Léopold de La Tour d'Auvergne, dernier des ducs de Bouillon qui reçurent le comté d'Évreux en 1651.

Le 18 mai 1830
Les autorités civiles d'Évreux affichent une ordonnance royale annonçant la dissolution de la chambre des députés à Paris et la convocation des collèges électoraux dans les départements.

Le 27 mai 1830
Les deux premiers bataillons du 4e régiment de la garde royale, en provenance de Courbevoie et à destination de Caen, arrivent en ville. Cette agitation nourrit des rumeurs sur les raisons de leur présence, qui pourrait être liée aux incendies de basse Normandie ou la possible répression des réfractaires à l'impôt.

Le 28 mai 1830
Un troisième bataillon du 4e régiment de la garde royale arrive à Évreux.

Le 30 mai 1830
Sur ordre du gouvernement, un mandement de l'évêque Charles-Louis Salmon du Châtelier est lu avant la messe dominicale, pour dire des prières à l'adresse de l'armée, mobilisée pour l'imminente expédition d'Alger.

Le même jour (30.5.1830)
De nombreux électeurs se réunissent chez Louis-Dominique Corneille-Dehaumont, agent d'affaires et président du tribunal de commerce d'Évreux, pour choisir les candidats dudit collège et ceux des collèges d'arrondissement.

Le 3 juin 1830
Notaire de la rue de l'Horloge, M. Péclet fait paraître une annonce dans le Journal des débats politiques et littéraires portant sur la mise en vente, le 5 juillet suivant, d'environ 3 976 hectares de la forêt d'Évreux.
Photo

Annonce de la vente de parcelles de la forêt, parue dans le Journal des débats politiques et littéraires daté du 3.6.1830
© BNF-Gallica
Domaine public


Le 17 juin 1830
Les obsèques à l'église Saint-Taurin d'un confiseur de confession protestante étonneraient plusieurs paroissiens.

Le 19 juin 1830
La municipalité placarde une ordonnance royale annonçant les élections du département de l'Eure pour le 12 juillet, et celles du grand collège pour le 19 juillet.

Le 20 juin 1830
L'ordonnance royale affichée la veille est lue à la cathédrale et à l'église Saint-Taurin, avant la messe dominicale.

En juillet 1830
Le docteur Fortin rédige un article sur l'état sanitaire de la ville pour le compte de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure
Ce pays, où règne endémiquement des fièvres intermittentes, est fort malsain. L'air ne peut s'y renouveller et les rayons du soleil y pénètrent difficilement. (...) Dans la ville d'Évreux, l'air est toujours humide, à cause de la grande surface des eaux et de tous les terrains qui sont continuellement imbibés par l'irrigation. (...) Les rayons solaires qui agissent d'une manière si énergiques sur le développement de l'homme, ne parviennent qu'avec difficulté dans la ville d'Évreux.

Début juillet 1830
Notaire de la rue de l'Horloge, M. Péclet installe table et chaises en bois dans son jardin et les recouvre de toiles cirées, en raison d'incessantes pluies.

Le 5 juillet 1830
Notaire de la rue de l'Horloge, M. Péclet met en vente quinze lots d'environ 3 976 hectares de la forêt d'Évreux.

Le 10 juillet 1830
Après avoir appris dans la nuit par télégraphie la reddition d'Alger, le préfet Bernard Jean Étienne Delaitre rend la nouvelle publique dès les premières heures.

Le 12 juillet 1830
Réunis à la cour d'assises de l'Eure, les électeurs du département élisent Alexandre-Antoine Du Meilet (ou Dumeilet) à la députation de la circonscription d'Évreux avec 263 voix contre 86 à son opposant.

Le 15 juillet 1830
Naissance au domicile de ses parents situé rue de Pannette de Pierre Eugène Petit, agent principal des transports à Paris, agent principal du train des équipages militaires, vétéran de la guerre de Crimée, de l'expédition du Mexique, de la deuxième guerre d'indépendance italienne, de la guerre franco-allemande de 1870 et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 27 juillet 1830
En provenance de Caen et à destination de Pacy-sur-Eure, un bataillon du 4e régiment de la garde royale et son état-major arrivent à Évreux.

Le 28 juillet 1830
En provenance de Caen et à destination de Pacy-sur-Eure, un deuxième bataillon du 4e régiment de la garde royale arrive à Évreux.

Le 29 juillet 1830
En provenance de Caen et à destination de Mantes (actuelle Mantes-la-Jolie), un troisième bataillon du 4e régiment de la garde royale arrive à Évreux.

Le même jour (29.7.1830)
Les députés Alexandre-Antoine Du Meilet (ou Dumeilet) et Jacques-Charles Dupont de l'Eure quittent Évreux précipitamment pour rejoindre Paris où ils seront attendus le lendemain matin.

Le 30 juillet 1830
Partis la veille d'Évreux et attendus à 9 heures du matin à Paris, les députés Alexandre-Antoine Du Meilet (ou Dumeilet) et Jacques-Charles Dupont de l'Eure n'arrivent finalement qu'en soirée, n'ayant pu se procurer à temps de nouveaux chevaux de poste lors de leur étape de nuit.

En août 1830
Maire d’Évreux depuis 1824, Albert Godefroy Delangle abandonne la vie publique pour se consacrer à sa famille et à l’étude de son abondante bibliothèque.

Le 1er août 1830
Un régiment de grenadiers à cheval d'environ 300 hommes quitte dans la nuit la ville de Lisieux pour rejoindre Évreux.

Le même jour (1.8.1830)
Une rumeur annonçant que la garde nationale d'Évreux serait bientôt désarmée, de nombreux jeunes gens se présentent devant la nouvelle commission municipale pour être enrôlés et recevoir des armes.

Le 5 août 1830
Haut-fonctionnaire de la Cour des comptes à Paris, géologue et botaniste, Antoine Passy est nommé à la préfecture de l'Eure en remplacement de Bernard Jean Étienne Delaitre.

Le 7 août 1830
Les moines bénédictins conduisent jusqu'à la cathédrale la châsse de saint Taurin, ouvrage d'un atelier d'orfèvrerie parisien commandé par l'abbé Gislebert de Saint-Martin au XIIIe siècle pour recueillir les reliques de l'évangélisateur historique de l'Évrecin.

Le 8 août 1830
Saint Taurin, premier évangélisateur de la cité d'Évreux, est célébré en la cathédrale où la châsse a été transportée la veille.

Le même jour (8.8.1830)
Natif d'Évreux et juge suppléant au tribunal de première instance depuis mai 1818, Alexandre Del'homme (ou Delhomme) est promu juge titulaire.

Le 10 août 1830
Accompagné de l'orchestre, un détachement de la garde nationale d'Évreux s'apprête à accueillir le nouveau préfet Antoine Passy aux portes de la ville. Manquant de patience, ils quitteront la place une heure avant l'arrivée du haut-fonctionnaire.

Le 11 août 1830
L'intronisation de Louis-Philippe Ier, nouveau roi des Français, est l'occasion de nombreuses réjouissances qui s'achevent par un feu de joie allumé sur la place Saint-Léger, future place Dupont-de-l'Eure.

Le 15 août 1830
La procession de l'Assomption reste bloquée à la cathédrale à cause d'incessantes averses.

Le même jour (15.8.1830)
La contribution des officiers, sous-officiers, gardes, ouvriers d'État, portiers et soldats du train des équipages militaires en garnison à Évreux et Vernon s'élève à 345,55 francs pour l'oeuvre de bienfaisance au profit des victimes civiles de la révolution de Juillet.

Le 24 août 1830
Quatre voitures des gendarmes d'élite de l'équipage de l'ancien roi Charles X se rendent à Paris en passant à Évreux.

Le 1er septembre 1830
En poste de 1816 jusqu'à sa révocation en 1820, puis membre de la chambre des députés, Alexandre-Antoine Du Meilet (ou Dumeilet) est de nouveau nommé maire d'Évreux.

Le 14 septembre 1830
Alphonse Pierre de Borville est nommé substitut du procureur du roi auprès du tribunal de première instance d'Évreux. Il démissionnera en avril 1832.

Le 15 septembre 1830
Fils d’un ancien maire de la ville, François Amédée Lieudé de Sepmanville déclare un changement d’adresse à la mairie d’Évreux, sans se douter que cette déclaration participera, au moment d’une convocation pour une nouvelle période d’exercices dans la garde nationale d’Évreux, à son assignation devant les tribunaux, et le conduira même devant la Cour de cassation.

Le 20 septembre 1830
Substitut du procureur du roi à Évreux depuis avril 1829, Alfred Ferdinand Marais de Beauchamps est promu procureur à Yvetot en Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime).

Le 30 septembre 1830
Avoué de la rue de la Petite-Cité, M. Gautier cède un titre d'huissier audiencier auprès des tribunaux d'Évreux ainsi que la clientèle s'y rattachant.

Le même jour (30.9.1830)
Juge d'instruction auprès du tribunal de première instance d'Évreux depuis février 1826, Bernard Lepetit retrouve ses fonctions de juge qu'il occupera jusquà sa mort en juillet 1832.

Le même jour (30.9.1830)
Juge au tribunal de première instance d'Évreux, Pierre Jean Duwarnet est nommé juge d'instruction.

Le même jour (30.9.1830)
M. Buzot est nommé juge suppléant au tribunal de première instance d'Évreux.

Le 4 novembre 1830
La nouvelle rue partant des jardins de la Préfecture pour rejoindre la rue aux Febvres prendrait le nom de « rue du Meilet », en l'honneur du député de l'Eure et maire d'Évreux.

Le 7 novembre 1830
Notaire de la rue de l'Horloge, M. Péclet procède à la vente par adjudication, sur une mise à prix de 30 000 francs, d'un titre d'avoué auprès du tribunal de première instance, ainsi que l'étude correspondante à laquelle est attachée la clientèle du Trésor royal et de la Banque de France.

Le 14 novembre 1830
Mort à Évreux de Nicolas Pierre Christophe Rogue, auteur de Souvenirs et journal d'un bourgeois d'Évreux, ouvrage emblématique sur la Cité-Jolie.

Le 25 novembre 1830
À la demande du procureur du roi, un règlement des juges intervient dans un conflit opposant la chambre du conseil et le tribunal correctionnel d'Évreux sur le traitement de l'affaire concernant Philogène Lux, dit « Delamotte », accusé d’avoir tenu publiquement des propos séditieux à Vernon.

Le 29 novembre 1830
Ancien clerc principal de M. Groux, M. Picard est nommé avoué auprès du tribunal civil d'Évreux pour pallier le décès de M. Boisney.

Le 31 décembre 1830
Ce sont précisément 136 personnes qui auront été jugées en 1830 par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

< avant après>