L'Histoire d'Évreux

1333 - 1354

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que la joyeuse confrérie des Conards fait preuve de bilinguisme.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1333


Le 14 mai 1333
Mathématicien, philosophe, musicologue, astronome et magister artium à l'université de la Sorbonne, Jean de Murs (Johannes de Muris) observe depuis les terres ébroïciennes de la reine Jeanne II, et en sa compagnie, une éclipse solaire qui apparaît avec 17 minutes d'avance sur les prévisions des tables alfonsines.
Photo

Copie manuscrite de "De arte mensurandi" par Jean de Murs
© BNF-Gallica, département des Manuscrits, Latin 14736
Domaine public


Vers mai 1333
L'évêque Jean III du Pré (ou du Prat) unit l'église de Louviers à l'abbaye bénédictine de Saint-Taurin.

Le 5 juillet 1333
Mort incertaine de Jean III du Pré (ou du Prat), évêque d'Évreux depuis 1329.

Vers octobre 1333
Conseiller du roi, chanoine de Tours et doyen de Saint-Germain-l'Auxerrois à Paris, Guillaume II des Essarts est élu évêque d'Évreux et succède brièvement à Jean III du Pré (ou du Prat).

1334


En 1334
Initiée deux ans auparavant par Jeanne II, comtesse d'Évreux et reine de Navarre, la construction du château est achevée du côté du village de Saint-Germain (actuel quartier de Navarre).

La même année (1334)
Veuve de Raoul Le Checlierre, Alice cède à l'abbaye de Saint-Taurin une rente de sept sous tournois, une pièce de terre et une de vigne dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, pour la modique somme de trois livres tournois.

Le 17 octobre 1334
Mort à Avignon de Guillaume II des Essarts, conseiller du roi, chanoine de Tours, doyen de Saint-Germain-l'Auxerrois à Paris et évêque d'Évreux depuis à peine un an.

Le 4 novembre 1334
Frère de feu son prédécesseur, le nouvel évêque Vincent des Essarts fait sa promesse devant la chambre apostolique.

1335


En mars 1335
Mort de Vincent des Essarts, évêque d'Évreux depuis quelques mois à peine.

Le 1er avril 1335
Prieur du Pré puis abbé du Bec, Geoffroy III de Faé est élu évêque d'Évreux et succède au furtif Vincent des Essarts.
Photo

Représentation d'un vitrail représentant l'évêque Geoffroy III de Faé, dans "Recueil de pièces, la plupart en copies ou en extraits, avec des dessins de sceaux et de tombeaux, pour servir à l'histoire des archevêques et des évêques de France", par Roger de Gaignières 1650-1700
© BNF-Gallica, département des Manuscrits, Latin 17034
Domaine public

1338


Vers 1338
Évêque depuis 1335, Geoffroy III de Faé fait agrandir le choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

En 1338
Le chanoine Jean de Croust fonde la chapelle de Saint-Cosme et de Saint-Damien en la cathédrale Notre-Dame d’Évreux.

La même année (1338)
Robert Mallart occupe la charge de bailli d’Évreux, représentant judiciaire de l’autorité royale sur des questions d’ordre administratif, fiscal et criminel. Il succède peut-être à Grégoire de La Motte.

1339


En 1339
La charte aux Normands est confirmée par le roi de France Philippe VI, qui reste cependant vigilant sur la menace permanente d'un ralliement entre les barons normands, la couronne d'Angleterre et l'intrigante maison d'Évreux-Navarre.

1340


Vers 1340
Comtesse d'Évreux et reine de Navarre, Jeanne II fait construire un canal depuis le village de Saint-Germain (actuel quartier de Navarre) jusqu'au mur d'enceinte des abords de la cathédrale.

En 1340
Le sous-chantre Guillaume Le Maçon et le chapelain Bertrand Du Bois perçoivent 18 livres parisis sur la dîme d’un des moulins à foulon que compte la ville d'Évreux.

Le 15 avril 1340
Mort de Geoffroy III de Faé, prieur du Pré, abbé du Bec puis évêque d'Évreux depuis 1335. Il est ensuite inhumé du côté gauche du choeur dans l'abbaye du Bec.
Photo

Statue funéraire de l'évêque Geoffroy III de Fae dans l'église Saint-Éloi-de-Fourques, Palissy PM27001462
© Monuments historiques, 1992
Voir mentions légales


Le 20 octobre 1340
Chanoine de l'église d'Amiens et doyen d'Évreux, Robert de Brucourt (ou de Brécourt) est élu évêque du diocèse en remplacement de feu Geoffroy III de Faé.

Le 28 décembre 1340
Le nouvel évêque Robert de Brucourt (ou de Brécourt) ratifie la fondation de la chapelle de Saint-Eustache en la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

1341


Vers avril 1341
Les trois paroisses lovériennes de Notre-Dame, Saint-Germain et Saint-Jean intentent une action judiciaire à l'encontre de Jean Dupré et Pierre Pigouche, recteurs de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

1342


En 1342
Guillaume Broisset occupe la charge de bailli d’Évreux, représentant judiciaire de l’autorité royale sur des questions d’ordre administratif, fiscal et criminel. Il succède probablement à Robert Mallart.

1343


En 1343
L'évêque Robert de Brucourt (ou de Brécourt) lance une action judiciaire à l'encontre du curé de Blainville qu'il accuse de négligence quant au legs de feu son prédécesseur Jean du Pré (ou du Prat).
Photo

Représentation du sceau de l'évêque Robert de Brucourt (ou de Brécourt), dans "Recueil de pièces, la plupart en copies ou en extraits, avec des dessins de sceaux et de tombeaux, pour servir à l'histoire des archevêques et des évêques de France", par Roger de Gaignières 1650-1700
© BNF-Gallica, département des Manuscrits, Latin 17034
Domaine public


La même année (1343)
Roi de Navarre et comte d'Évreux, Philippe III confirme un jugement du bailliage de l'année précédente, lequel accorde aux bénédictins de l'abbaye de Saint-Taurin la dîme du nouveau marché ouvert de La Bonneville.

Le 16 septembre 1343
Mort à Jerez (actuel Jerez de la Frontera) dans le royaume de Castille (actuel royaume d'Espagne), des suites de blessures reçues au combat contre l'émirat de Grenade (actuel royaume d'Espagne), de Philippe III de Navarre, dit « le Noble », comte d'Évreux et de Longueville depuis 1319, roi de Navarre de iure uxoris depuis 1328 et comte d'Angoulême et de Mortain depuis 1336.

Le 23 septembre 1343
Charles II, dit « le Mauvais », hérite à l'âge de dix ans des titres de comte d'Évreux et roi de Navarre à la mort de son père qui s'était engagé dans la croisade contre l'émirat de Grenade (actuel royaume d'Espagne).

1344


En 1344
Pierre de Maule occupe la charge de bailli d’Évreux, représentant judiciaire de l’autorité royale sur des questions d’ordre administratif, fiscal et criminel. Il succède probablement à Guillaume Broisset.

La même année (1344)
Renou Labbé et son épouse Agnès vendent à l'abbaye de Saint-Taurin deux pièces de vignes dans la paroisse Saint-Gilles et une pièce de terre dans la paroisse Saint-Thomas. Cette acquisition pour un montant de 50 livres tournois permettra de relier L'Eschenette au chemin de la Rochette (actuelle rue de la Rochette).

1345


En 1345
Association qui sera interdite en 1425 par l'évêque Paul Capranica, la confrérie des Conards est fondée à Évreux et clame pendant sa fête annuelle une certaine chanson, moitié en latin, moitié en français :
De asino nostro bono,
Meliori et optimo,
Debemus faire fête.
En revenant de Gravinaria
Un gros chardon reperit in via
Et lui coupa la tête.

Le 24 octobre 1345
Abbé de Saint-Taurin, Guillaume III Guitard prête serment d’obédience à l’évêque Robert de Brucourt et au chapitre cathédral. Il succède à Jacques Ier de Senlis mais cèdera de facto rapidement ses fonctions à Jean II Le Doyen (Johannes Decanas).

1346


En 1346
Oudart de Montigni occupe la charge de bailli d’Évreux, représentant judiciaire de l’autorité royale sur des questions d’ordre administratif, fiscal et criminel. Il succède probablement à Pierre de Maule.

La même année (1346)
La rumeur de l’arrivée des troupes du roi d’Angleterre Édouard III grandissant, la ville d’Évreux, encore entourée de bastions et de murailles en assez bon état, mobilise un nombre important d’hommes, d’armes et de vivres.

1348


En 1348
Robert Le Bicault et Richard Prévost, respectivement doyen et chanoine de l’église d’Évreux, fondent la chapelle des Saints-Anges et celle de Saint-Antoine en la cathédrale Notre-Dame d’Évreux.

En juillet 1348
L'évêque Robert de Brucourt (ou de Brécourt) place sous l’invocation de Sainte-Anne deux portions de chapelle en la cathédrale Notre-Dame d’Évreux.

1349


Le 3 avril 1349
Le chanoine Richard Prévost fonde une chapelle sous l'invocation de saint Antoine en la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

Le 6 octobre 1349
Mort de la peste noire de Jeanne II de Navarre, comtesse d'Évreux et de Longueville de 1319 à 1343, comtesse d'Angoulême et de Mortain de 1336 à 1343, et reine de Navarre depuis 1328.

Le même jour (6.10.1349)
Comte d'Évreux depuis 1343, le jeune Charles II dit « le Mauvais » hérite du royaume de Navarre à la mort de sa mère, et conservera ces deux titres jusqu'à sa mort en 1387.

Le 3 décembre 1349
Abbé de Saint-Taurin, Jean II Le Doyen (Johannes Decanas) prête serment d’obédience à l’évêque Robert de Brucourt (ou de Brécourt) et au chapitre cathédral.

1350


Vers 1350
Composé de 3 678 feuillets de parchemin et relié en peau de veau, le grand cartulaire de l'abbaye de Saint-Taurin est en cours d'écriture.
Photo

Feuillet 177 en parchemin du petit cartulaire de l'abbaye bénédictine de Saint-Taurin d'Evreux
© Archives départementales de l'Eure, H00793 f.057
Voir mentions légales


La même année (1350)
Jehan Le Séreurier occupe la charge de vicomte d'Évreux, équivalent normand du prévôt et responsable d'une subdivision du bailliage. Il succède peut-être à Guérin Biaunies.

1353


En 1353
Adam Pinchemont est élu abbé de Saint-Taurin d'Évreux et succède à Jean II Le Doyen (Johannes Decanas).

Le 23 octobre 1353
Charles II de Navarre et son épouse Jeanne de Valois instituent la confrérie du Pardon en la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

1354


Le 8 janvier 1354
Frère de l’intrigant et ambitieux Charles II de Navarre, et lui même prince héritier, le jeune et fougueux Philippe quitte les terres d’Évreux pour rejoindre La Truie-qui-File, auberge de Laigle (actuelle L'Aigle) où le connétable de France Charles de La Cerda a été localisé par des espions à sa solde. À la tombée de la nuit, Jean de Soult et plusieurs plusieurs hommes de main pénètrent dans la chambre du favori du roi de France et l’assassinent de plus de 80 coups d'épée malgré ses longues supplications. Le roi de Navarre Charles II renforce ainsi considérablement sa position face au royaume de France.
Photo

Enluminure représentant l'équipement d'un homme de guerre (épée, casque, bouclier, haubert)
© BNF-Gallica / Bibliothèque municipale de Toulouse
Domaine public


Le 22 février 1354
Le traité de Mantes étend les apanages de la maison d'Évreux et renforce la position de Charles II, comte d'Évreux et roi de Navarre, malgré la perte de quelques châtellenies d'Ile-de-France et du Vexin, et en dépit de sa responsabilité dans l'assassinat de Charles de La Cerda, connétable de France.

Le 4 mars 1354
Comte d'Évreux et roi de Navarre, Charles II reconnaît publiquement son implication dans l'assassinat de Charles de La Cerda, connétable de France assassiné de plus de 80 coups d'épée par son homme de main Jean de Soult, à l'auberge La Truie-qui-File à Laigle (actuelle L'Aigle).

Mi-mars 1354
Malgré sa responsabilité directe dans l'assassinat du connétable Charles de La Cerda, le roi de Navarre Charles II, dit « le Mauvais », est autorisé par le roi de France à retourner sur ses terres ébroïciennes sans être réellement inquiété.

En novembre 1354
Le roi de France Jean II prendrait temporairement le contrôle de la ville d'Évreux sur l'ambitieux Charles II de Navarre.

< avant après>