L'Histoire d'Évreux

1918

L'Histoire d'Évreux où l'on verra entre autres...
Que le torpillage en mer du paquebot Djemnah emporte le corps d'Émile Valentin.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1918


En 1918

Le comité d'Évreux de l'Oeuvre des prisonniers de guerre envoie tous les 1er et 15 du mois de 800 cents à 1 000 colis depuis son siège de la rue du Docteur-Guindey vers la gare.


La même année (1918)

Entre autres aumônier du lycée d'Évreux et historien, l'abbé Charles-Arthur Guéry reçoit un prix de 500 francs de l'Académie des inscriptions et des belles-lettres pour son ouvrage Histoire de l'abbaye de Lyre.


La même année (1918)

L'Imprimerie de l'Eure sort de ses presses Deux notes relatives à la cathédrale d'Évreux de l'abbé François Marie Alfred Blanquart, chanoine d'Évreux, membre de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen et des Amis des monuments et sites de l'Eure.


En janvier 1918

Le Syndicat de culture mécanique de la région d'Évreux se constitue sous la présidence de M. Lamiot, agriculteur du côté de Cambolle, et entend augmenter sa production par l'acquisition de plusieurs tracteurs.


Le 7 janvier 1918

Directeur des archives départementales de l'Eure depuis 1912, Jean Verrier est fait chevalier de la Légion d'honneur.


Le 8 janvier 1918

Mort à Matougues dans la Marne des suites de blessures dans un bombardement aérien d'André Ernest Leblond, natif d'Évreux domicilié à La Madeleine, sergent au 8e régiment du génie et décoré de la croix de guerre 1914-1918. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée.


Le 20 janvier 1918

Sur l'initiative du nouveau Syndicat de culture mécanique de la région d'Évreux, présidé par M. Lamiot, le tracteur n°20.004 inaugure sa première intervention dans dix exploitations de la région d'Évreux. Il y consommera précisément 2 517 litres de carburant.


Le 10 février 1918

Présidente d'honneur du comité d'Évreux de la Croix-Rouge française, Désirée Johanna Joséphine Élisabeth Augusta Cordweener, épouse du préfet Robert Leneveu, organise avec la collaboration d'un groupe d'oeuvres de guerre un concert probablement donné au cinéma Roy à La Bonneville (actuelle La Bonneville-sur-Iton). L'événement permet de récolter 3 765 francs, ainsi qu'un don de 3 333 francs émis par le conseil d'administration du personnel et des ouvriers des usines de Navarre.


Le 19 février 1918

Naissance à Évreux de Roger Henri Maurice Garnotel, membre des Forces françaises de l'intérieur (FFI) sous l'Occupation et médaillé de la Résistance française.


Le 22 février 1918

Surveillante d'externat au collège de jeunes filles d'Évreux, Mlle Julien est déléguée dans les fonctions de maîtresse répétitrice et affectée dans une autre commune.


Le même jour (22.2.1918)

Mort au combat à Bouconville (actuelle Bouconville-Vauclair) dans l'Aisne de Jacques Vigy, sergent au 15e bataillon de chasseurs à pied. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 27 février 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription le 23 mars.


Le 23 février 1918

Mort à Évreux de Léon Henri Perrée, architecte et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.


Le 10 mars 1918

Mort dans l'ambulance alpine n°5 des suites d'une intoxication au gaz de combat, en Serbie, de René Élie Désiré Féret, caporal au 3e régiment d'infanterie coloniale. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et une transcription sera faite le 20 novembre à Évreux.


Le même jour (10.3.1918)

Depuis l'hôpital complémentaire n°53 d'Évreux, établi dans l'école professionnelle de la place Saint-Taurin, Jean Moiras, soldat au 102e régiment d'infanterie en convalescence depuis ses graves blessures reçues au combat en janvier 1917, fait part de son ennui par courrier à son frère et à son épouse.


Le 11 mars 1918

Sur l'initiative du nouveau Syndicat de culture mécanique de la région d'Évreux, présidé par M. Lamiot, le tracteur n°20.021 inaugure sa première intervention dans une unique exploitation à plein temps. Il y consommera précisément 1 385 litres de carburant jusqu'au 27 avril.


Vers le 20 mars 1918

Employé des hauts-fourneaux à Caen dans le Calvados, Adolphe Lemerle aperçoit, flottant près du pont de l'Orne, le cadavre d'un probable suicidé dont l'épouse, domiciliée à Évreux, était sans nouvelles depuis plus d'un mois.


Le 23 mars 1918

Mort près de Viry-Noureuil dans l'Aisne des suites de blessures de Louis Marie Joseph Anne Rioult de Neuville, étudiant à la faculté de droit de Paris et cavalier au 6e régiment de dragons d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée.

Photo

Portrait de Louis Rioult de Neuville, dans le "Livre d'or des anciens élèves et professeurs de l'Institut catholique de Paris, morts pour la France", publié par l'Association des anciens élèves de l'Institut catholique en 1923
© BNF-Gallica / Institut catholique de Paris, 2012-167860
Domaine public


Le 31 mars 1918

La 11e édition de la course cycliste amateur Paris-Évreux est annulée.


Le 4 avril 1918

Mort au combat à Grivesnes dans la Somme de Georges Edmond Kéranger, natif d'Évreux domicilié à La Madeleine et soldat au 67e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 22 décembre 1922 par le tribunal d'Évreux pour une transcription le 7 février 1923.


Le 14 avril 1918

Mort à Glorieux, faubourg de Verdun dans la Meuse, des suites de blessures d'Armand Jean Marie Le Pioufle, soldat au 79e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et une transcription sera faite à Évreux le 8 juillet.


Le 16 avril 1918

Le conseil municipal de Versailles en Seine-et-Oise (actuelles Yvelines) charge plusieurs de ses membres de se rendre à Évreux pour étudier le fonctionnement de la ville qui a mis en place, deux ans auparavant, un système de boucherie municipale.


Le 18 avril 1918

Disparition au combat à Montididier dans la Somme de Pierre Modeste Eugène Henri Deschamps, soldat au 3e régiment bis de zouaves et domicilié à La Madeleine à Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 9 septembre 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription le 30 septembre.


Le même jour (18.4.1918)

Mort au combat à Cottenchy dans la Somme de Louis Hippolyte Deshayes, caporal d'un régiment de marche de la Légion étrangère et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et une transcription sera faite à l'état-civil d'Évreux le 8 novembre.


Le même jour (18.4.1918)

Mort à l'hôpital complémentaire n°5 d'Évreux des suites d'une maladie consécutive à un accident éprouvé dans un service commandé de Julien Augustin Radou, soldat au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée.


Le 24 avril 1918

Mort au combat à Loker (actuel Heuvelland) en Belgique flamande de Raymond Léonard Biard, natif d’Évreux et sergent au 83e régiment d’infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 10 juin 1921 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 28 juin.


Le même jour (24.4.1918)

Naissance à Évreux de Marcel Derouard, médaillé de la Résistance française pour sa bravoure sous l'Occupation.


Le 29 avril 1918

Mort des suites de blessures reçues à la bataille du mont Kemmel en Belgique flamande de Félix Raymond Dehors, caporal au 146e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et une transcription sera faite le 28 juin à l'état-civil d'Évreux.


Le 1er mai 1918

Naissance à Évreux de Pierre Armand Berthet, titulaire avec son épouse de la médaille de la Résistance française pour sa bravoure sous l'Occupation.


Le 12 ou 14 mai 1918

Mort à Évreux de Geneviève Pérignon dite « comtesse Minangoy », fille d'un ancien député et veuve du comte Henri Minangoy-Pérignon. Elle est ensuite inhumée dans le caveau familial du cimetière Saint-Louis.

Photo

Caveau des familles Cochin et Minangoy-Pérignon au cimetière Saint-Louis d'Évreux
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


Le 31 mai 1918

Mort au combat à Roye-sur-Matz dans l'Oise de Jacques Louis Charles Guinnebert, sergent au 76e régiment d'infanterie et peut-être domicilié à Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et une transcription sera faite à l'état-civil d'Évreux le 20 novembre.


En juin 1918

Mort en captivité à l'hôpital d'Erlenbach en Suisse de Léonor Aimé Mary, soldat au 3e régiment de zouaves et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et une transcription sera faite le 28 mars 1919 à l'état-civil d'Évreux.


Le 1er juin 1918

Installé dans le pavillon de la Société des amis des arts du département de l’Eure, situé rue Victor-Hugo, le comité spécial de la Croix-Rouge d’Évreux commence à répartir les dons offerts par la Croix-Rouge américaine, lesquels représentent plus de 100 000 francs de marchandises.


Le 2 juin 1918

Député de l'Eure depuis 1893 et conseiller général, Louis Modeste Leroy est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure. Il succède au poète et aubergiste Paul Harel.


Le 13 juin 1918

Mort au combat à Essômes-sur-Marne dans l’Aisne d’Henri Ameline, sergent au 52e régiment d’infanterie coloniale et natif d’Évreux.


Le même jour

Mort à l'hôpital complémentaire n°38 de Beauvais dans l'Oise, des suites de ses blessures reçues au combat, de Victor Emile Valentin Huet, adjudant au 205e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 14 juin 1918

Mort à Meaux en Seine-et-Marne des suites de blessures reçues au combat de Georges Paul Leblanc, sous-lieutenant au 208e régiment d'infanterie et natif d'Évreux.


Le 16 juin 1918

Mort au combat à Monchy-Humières dans l'Oise de Robert Poureau, soldat au 36e régiment d'infanterie et probablement domicilié à Évreux.


Le 17 juin 1918

Mort au combat dans le secteur de La Croix Le Prêtre à Wisembach dans les Vosges de Michel Marie Jégo, soldat au 64e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Fin juin 1918

Médecin militaire à l'hôpital d'Évreux, M. Berna est promu médecin major de première classe.


En juillet 1918

Mort au combat de René Lenoble, sapeur au 8e régiment du génie et probablement domicilié à Évreux.


Le 1er juillet 1918

Le comité d'Évreux de l'Oeuvre des prisonniers de guerre organise jusqu'au 8 suivant une « Semaine d'économies », afin de récolter des fonds.


Le même jour

Le prix d’une journée d'hospitalisation à l’asile d’aliénés de Navarre coûte désormais 1,70 francs au budget du département de l’Eure.


Le même jour

Suite à la procédure lancée par l’intéressé, le ministre de l’Intérieur justifie auprès du président du Sénat l’internement à « l’asile d’aliénés » de Navarre de l’ancien marchand lovérain François Marmier.


Le 8 juillet 1918

La « Semaine d'économies » organisée par le comité d'Évreux de l'Oeuvre des prisonniers de guerre s'achève par un concert au jardin botanique et un spectacle à l'amphithéâtre dudit jardin.


Le même jour

La « Semaine d'économies » organisée par le comité d'Évreux de l'Oeuvre des prisonniers de guerre lui aura rapporté 81 485 francs.


Le même jour

Mort à l'hôpital complémentaire n°14 de Vernon dans l'Eure, des suites de maladie contractée en service, de Kléber Julien Rousselin, soldat au 18e régiment d'infanterie territorial et natif d'Évreux.


Le 14 juillet 1918

Mort dans le torpillage en mer du paquebot Djemnah d'Émile Albert Valentin, adjudant à la 20e section des secrétaires d'état-major et de recrutement, et domicilié à Évreux.


Le 15 juillet 1918

Mort au combat à Souain dans la Marne de Spartacus Hector Georgias Lefour, soldat au 21e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le même jour

Mort au combat à Châtillon-sur-Marne dans la Marne d'Augustin Louis Petiot, soldat au 115e régiment d'infanterie et probablement originaire d'Évreux.


Le même jour

Mort dans les combats du Bois Sabot à Souain dans la Marne d'Hippolyte Marie Sémelagne, soldat au 28e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 16 juillet 1918

Mort au combat à Festigny dans la Marne de Louis Julien Petithomme, soldat au 159e régiment d'infanterie et natif d'Évreux.


Le 18 juillet 1918

Mort au combat à Corcy dans l'Aisne d'Emmanuel Dauvergne, soldat au 224e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le même jour

Mort à Senlis-le-Sec dans la Somme des suites de blessures reçues au combat d'Alfred Henri Quenet, soldat au 64e régiment d'infanterie et probablement domicilié à Évreux.


Le même jour

Mort à Sézanne dans la Marne des suites de blessures reçues au combat de Robert Marcel Dupuis, cuirassier au 2e régiment de cuirassiers et natif d'Évreux.


Le même jour

Mort au combat à Passy-en-Valois dans l'Aisne d'Eugène Fernand Irénée Quennehen, caporal au 110e régiment d'infanterie et probablement originaire d'Évreux.


Le 19 juillet 1918

Mort à Boursonne dans l'Oise des suites de blessures reçues au combat d'Emile Désiré Blériot, soldat au 20e régiment d'infanterie et Ebroïcien du quartier de La Madeleine.


Le même jour

Mort au combat dans le secteur du Bois du Roi près de Villers-sous-Châtillon dans la Marne de René Édouard Oursel, soldat au 82e régiment d'infanterie, décoré de la médaille militaire ainsi que de la croix de guerre avec étoile de vermeil et natif de la ville.


Le même jour

Mort à Verberie dans l'Oise, des suites de blessures reçues au combat, de Julien Paul Porché, soldat au 63e régiment d'infanterie et natif d'Évreux.


Le 20 juillet 1918

Mort dans les combats du Bois des Plans à Courthiézy dans la Marne d'André Touchet, caporal au 79e régiment d'infanterie et natif d'Évreux.


Le 24 juillet 1918

Mort à l'hôpital d'évacuation n°18 à Meaux en Seine-et-Marne, des suites de blessures reçues au combat, de Georges Joseph Louis Degasne, tirailleur au 2e régiment de marche de tirailleurs et natif d'Évreux.


Le 30 juillet 1918

Mort au combat à Ville-en-Tardenois dans la Marne de Georges Hermann Ponson, soldat au 60e régiment d'infanterie et natif d'Évreux.


Début août 1918

Commis aux Postes, télégraphes et téléphones d'Évreux, M. Jamet est nommé aux mêmes fonctions aux bureaux de Caen.


Le 2 août 1918

Mort au combat à Glaignes dans l'Oise d'Henri Yonnet Théodore Joseph Mabille, soldat au 67e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 5 août 1918

Mort à l'hôpital auxiliaire n°6 de Melun en Seine-et-Marne, des suites de blessures reçues au combat, de Guilhem Marie Joseph d'Abbadie d'Arrast, engagé volontaire, soldat au 91e régiment d'infanterie, titulaire de la médaille militaire, croix de guerre avec palmes, et fils de Ferdinand Guilhem d'Abbadie d'Arrast, énigmatique figure ébroïcienne qui avait organisé sa disparition en 1915.


Le 8 août 1918

Mort à Dury dans la Somme des suites de blessures reçues au combat de Marcel Jules Rousselin, zouave au 2e régiment de zouaves et natif d'Évreux.


Le 13 août 1918

Mort au combat à Canny-sur-Matz dans l'Oise de Charles Lecoufle, soldat au 28e régiment d'infanterie, natif d'Évreux et domicilié à La Madeleine.


Le 14 août 1918

Mort au combat à Resson-sur-Matz dans l'Oise de Georges Julien Louis Chaignon, soldat au 119e régiment d’infanterie et domicilié à Évreux.


Le 15 août 1918

Alors que la gare de Serquigny est probablement la cible, le territoire des communes de Goupillères, Évreux, Louviers et Vernon sont touchés par une escadrille allemande au cours de la nuit, faisant des dégâts toutefois limités.


Le 19 août 1918

Fermeture de l'hôpital complémentaire n°2 de l'ancien Petit séminaire du 1 rue du Chantier et de ses 205 lits destinés à la prise en charge médicale des blessés de guerre.


Le 20 août 1918

Mort au combat au Francport près de Choisy-au-Bac dans l'Oise de Fernand Gaston Dufay, canonnier au 78e régiment d'artillerie lourde à grande puissance et natif d'Évreux.


Le même jour

Mort à Nampcelles-la-Cour dans l'Aisne de Joseph Jules Adrien Métayer, zouave au 1er régiment de zouaves et domicilié à Évreux.


Le 21 août 1918

Disparition au combat à la ferme de Laval, près d'Osly-Courtil dans l'Aisne, d'Emile Emmanuel Le Rudulier, soldat au 365e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 25 août 1918

Mort à Villers-Hélon dans l'Aisne des suites de blessures reçues au combat d'Henri Lamare, soldat au 350e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 29 août 1918

Mort à Catenoy dans l'Oise des suites de blessures reçues au combat d'Arthur Louis Couturier, sous-lieutenant au 36e régiment d'infanterie et natif d'Évreux.


Le même jour

Mort au combat à Noyon dans l'Oise de Paul René Domont, caporal au 2e régiment de marche de zouaves et domicilié à Évreux.


En septembre 1918

Mort au combat de Charles Damoy, infirmier ébroïcien de la 3e section d'infirmiers militaires.


Le même mois

Le futur écrivain Guy des Cars entre à l'âge de sept ans au collège Saint-François-de-Sales qu'il quittera en 1928. Il aura pour professeur Pierre Teilhard de Chardin, prêtre jésuite, chercheur, paléontologue, théologien et philosophe.


Vers le 6 septembre 1918

Déserteur du 36e régiment d'infanterie de Caen, et vivant dans des conditions misérables dans la forêt d'Évreux où il avait fini par se réfugier, le soldat Henri Mignot se constitue prisonnier à Saint-André-de-l'Eure.


Le 7 septembre 1918

Environ 150 cheminots se réunissent à la salle de l’amphithéâtre du jardin botanique pour l’obtention de l’indemnité de cherté de vie pour tous.


Le 9 septembre 1918

Mort au combat à Laffaux dans l'Aisne de Georges Koenig, sous-lieutenant au 167e régiment d'infanterie et natif d'Évreux.


Le même jour

Mort à l'hôpital Exelmans de Bar-le-Duc dans la Meuse des suites de maladie contractée en service de Marcel Martin, canonnier au 420e régiment d'artillerie lourde hippomobile et natif d'Évreux.


Le 13 septembre 1918

Mort à Bucy-le-Long dans l'Aisne des suites de blessures reçues au combat d'Emile François Rého, canonnier servant au 258e régiment d'artillerie de campagne, et domicilié dans le quartier de La Madeleine à Évreux.


Le même jour

Mort au combat à Sancy-les-Cheminots dans l'Aisne de René Auguste Vullierme, caporal au 74e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 14 septembre 1918

Mort au combat à Nanteuil-la-Fosse dans l'Aisne de Raoul Lucien Flaunet, soldat au 224e régiment d'infanterie et domicilié quartier de La Madeleine à Évreux.


Le 16 septembre 1918

Mort à l'hôpital auxiliaire du 110 de la rue de Vaugirard à Paris de Désiré Louis Tavernier, chasseur au 6e bataillon de chasseurs à pied, natif d'Évreux et domicilié quartier de La Madeleine.


Le 17 septembre 1918

Mort à Vertekop en Grèce des suites de blessures reçues au combat de Marcel Albert Desormeaux, soldat au 45e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 24 septembre 1918

Mort à l'hôpital d'évacuation B 52 à Coincy dans l'Aisne des suites de maladie contractée en service d'Auguste Edgard René Faure, lieutenant d'escadrille, chevalier de la Légion d'honneur, titulaire de la Croix de guerre et ancien élève du lycée Saint-François-de-Sales à Évreux.


Le 25 septembre 1918

Mort en captivité à Kiepperhausen en Allemagne des suites de maladie contractée en service d'Ambroise Fernand Bode, soldat au 28e régiment d'infanterie et natif d'Évreux.


Le 26 septembre 1918

Mort au combat à Souain dans la Marne de Fernand Plancher, soldat au 403e régiment d'infanterie et natif d'Évreux.


Le même jour

Mort dans l'ambulance n°239 à Montmirail dans la Marne des suites de maladie contractée en service de Marcel Désiré Aimé Rouzée, soldat au 329e régiment d'infanterie et probablement domicilié à Évreux.


Le même jour

Mort à Sommepy-Tahure dans la Marne des suites de blessures reçues au combat d'Henri Albert Paul Senlanne, adjudant au 149e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


En octobre 1918

Mort pour la France de Marcel Ducasse, capitaine de la marine aéronautique et probablement domicilié à Évreux avant la guerre.


Le même mois

Mort au combat de Léon Guillaume, soldat au 28e régiment d'infanterie et probablement domicilié à Évreux.


Le même mois

Mort en son domicile d'Évreux de maladie aggravée de René Paul Maillard, canonnier au 44e régiment d'artillerie de campagne.


Le 1er octobre 1918

Mort à l'hôpital complémentaire n°1 d'Évreux d'Yves Tassel, greffier de paix à Louviers et soldat au 10e régiment de chasseurs à cheval.


Le même jour

Mort par intoxication au gaz de combat à Roye dans la Somme d'Edmond Louis Philippe Morvan, soldat au 83e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 2 octobre 1918

Inhumation au cimetière Saint-Louis d'Évreux d'Yves Tassel, greffier de paix à Louviers et soldat au 10e régiment de chasseurs à cheval, mort la veille à l'hôpital complémentaire n° 1 de la ville.


Le même jour

Mort à Dormans dans la Marne des suites de blessures reçues au combat de Charles Ulric Claudel, sergent au 1er régiment de marche d'Afrique et domicilié au hameau de La Madeleine.


Le même jour

Mort au combat à Véry dans la Meuse de Jacques Léon Nicolas Tixier, canonnier au 219e régiment d'artillerie de campagne, décoré de la médaille militaire, titulaire de la croix de guerre et natif d'Évreux.


Le 4 octobre 1918

Mort à Amblény dans l'Aisne des suites de blessures reçues au combat d'André Maurice Désiré Moirez, soldat au 36e régiment d'infanterie et natif d'Évreux.


Le 5 octobre 1918

Mort à Villiers-Saint-Georges en Seine-et-Marne des suites de blessures reçues au combat d'André Louis Pierre Goujet, brigadier au 6e régiment de dragons et natif d'Évreux.


Le 9 octobre 1918

Mort à l'hôpital mixte de Modane en Savoie des suites de maladie contractée en service d'Henri Alphonse Dupont, capitaine au 124e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 18 octobre 1918

Mort des suites de maladie contractée en service commandé en Macédoine de Charles René Jean Benoist, natif d’Évreux et sergent affecté au corps expéditionnaire d’Orient.


Le même jour

Mort dans l'ambulance 2/57 à Uskub en Serbie des suites de maladie contractée en service de Lucien Paul Seille, brigadier au 17e escadron du train des équipages militaires, natif d'Évreux et domicilié au hameau de La Madeleine.


Le 19 octobre 1918

Mort à Évreux de Marius Delahaye, avocat et homme politique.


Le même jour

Mort au combat à Vouziers dans les Ardennes d'Emile Hilaire Aimable Meslier, cuirassier au 4e régiment de cuirassiers et possiblement domicilié à Évreux.


Le même jour

Mort au combat à Sissonne dans l'Aisne de Julien Charles Marchand, soldat au 119e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 21 octobre 1918

Mort à Sézanne dans la Marne des suites de maladie contractée en service d'Alfred Penvern, conducteur au 20e escadron du train des équipages militaires et probablement domicilié à Évreux.


Le 24 octobre 1918

Mort des suites de blessures reçues au combat de Marcel Eugène Louis Letellier, lieutenant au 319e régiment d'infanterie, titulaire de la croix de guerre, quatre fois cité à l'ordre de son régiment et instituteur intérimaire à Évreux.


Le 25 octobre 1918

Mort en captivité à Langdorf en Allemagne des suites de maladie contractée en service d'Emile Kerrero, soldat au 228e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 28 octobre 1918

Mort à l'hôpital général de Montpellier dans l'Hérault des suites de maladie contractée en service de Marcel Henri Fessier, sergent à la 16e section d'infirmiers militaires et natif d'Évreux.


En novembre 1918

Directeur au Grand séminaire du diocèse d'Évreux et aumônier volontaire pendant la Grande Guerre, l'abbé Georges Bonnenfant reçoit une citation à l'ordre du régiment avec attribution de la Croix de guerre.


Le même mois

Mort pour la France de Léon Leroy, soldat au 3e bataillon d'infanterie légère d'Afrique et probablement originaire d'Évreux.


Le 9 novembre 1918

L'Office de placement gratuit aux mutilés de guerre propose une nouvelle offre d'emploi :

« Évreux (Eure), un garçon de magasin au courant travail, vins et spiritueux, 300-350 francs »


Le 11 novembre 1918

A la signature de l'armistice qui met fin à la Première Guerre mondiale, on compte 383 militaires natifs d'Évreux victimes du conflit dont 56 dans l'Aisne, 9 en Allemagne, 3 en Alsace, 2 dans les Ardennes, 14 en Belgique, 3 en Grèce, 1 en Italie, 2 en Lorraine, 96 dans la Marne, 2 en mer, 5 en Meurthe-et-Moselle, 53 dans la Meuse, 1 dans le Nord, 14 dans l'Oise, 41 dans le Pas-de-Calais, 2 en Seine-et-Marne, 4 en Serbie, 35 dans la Somme, 1 dans le Territoire-de-Belfort, 1 en Tunisie, 4 en Turquie, et 1 dans les Vosges. En outre, 32 autres meurent en zone arrière.


Le 14 novembre 1918

Mort à Sewenaria en Serbie des suites de maladie contractée en service de Gabriel Charles Guitton, soldat au 227e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 23 novembre 1918

Périodique destiné principalement aux anciens combattants et à leurs familles, le Journal des mutilés, réformés et blessés de guerre s'interroge, dans sa rubrique « Échos », sur le manque de moyens des hôpitaux complémentaires :

« Est-il vrai que, dans certains hôpitaux, comme à Évreux, nos blessés sont obligés de rester étendus sur leurs lits faute de béquilles alors qu'ils pourraient s'exercer à la promenade et que l'exercice leur serait salutaire ? »


Le 25 novembre 1918

Naissance de Lucien Le Joncour, victime ébroïcienne des déportations nazies.


En décembre 1918

Mort pour la France de Léon Lepeintre, soldat au 284e régiment d’infanterie et probablement domicilié à Évreux.


Le 6 décembre 1918

Mort en captivité à Brüchsal en Allemagne d'Henri Ernest Legendre, soldat au 203e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux.


Le 9 décembre 1918

Mort à l'hôpital mixte de Chaumont en Haute-Marne des suites de blessures reçues au combat de Paul Gaston Ribaud, maréchal des logis au 19e escadron du train des équipages militaires et natif d'Évreux.


Le 13 décembre 1918

Morte de la grippe espagnole à Pontivy le 10 précédent, le corps de Thérèse Liot, membre du Comité des réfugiés, arrive en gare d'Évreux pour être inhumé au cimetière Saint-Louis.


Le 24 décembre 1918

Mort à Évreux des suites de blessures reçues au combat de Léon Lepeintre, caporal au 284e régiment d'infanterie et natif de la ville.


Vers le 25 décembre 1918

Pendant que le capitaine Toastain du 132e régiment d'artillerie territoriale se trouve au wagon-restaurant, en compagnie de son épouse, un malfaiteur monte à bord au moment où le train marque l'arrêt en gare d'Évreux, et parvient à lui dérober la totalité de ses bagages, lesquels représentent près de 5 000 francs d'effets personnels.


Le 27 décembre 1918

Les membres de l’enseignement de la ville d’Évreux s’émeuvent de ne pas recevoir l’indemnité de vie chère qui leur est due depuis le 1er juillet précédent.


Le 31 décembre 1918

Fermeture de l'hôpital auxiliaire n°12, situé au pensionnat de la Providence du 5 rue Joséphine, et de ses 90 lits destinés à la prise en charge médicale des blessés de guerre.


Le même jour

Fermeture de l'hôpital complémentaire n°5, installé dans l'école Saint-François-de-Sales de la rue Portevin, et de ses 295 lits destinés à la prise en charge médicale des blessés de guerre.

Photo

Le centre de rééducation physique du docteur Chevallier en 1917, dans "La Vie au grand air" daté du 15.9.1917
© BNF-Galllica
Domaine public


Le même jour

Fermeture de l'hôpital complémentaire n°1, situé à l'école normale d'instituteurs du 43 rue Saint-Germain, et de ses 153 lits destinés à la prise en charge médicale des blessés de guerre.


Le même jour

Fermeture de l'hôpital complémentaire n°26, situé au lycée de garçons de la rue de Pannette, et de ses 215 lits destinés à la prise en charge médicale des blessés de guerre.

< avant après>