L'Histoire d'Évreux

1914

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que grâce est accordée au braconnier Modeste Lambert pour qu'il rejoigne le front.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1914


En 1914
L'artiste peintre ébroïcien Charles Denet réalise Les Pileurs, fabrication de cidre en Normandie dans son atelier du faubourg Saint-Léger.

La même année (1914)
Descendant de l'imprimeur historique Auguste Antoine Hérissey, Paul Hérissey fait paraître le premier fascicule des Saints du diocèse d'Évreux : Saint Taurin premier évêque d'Évreux de l'abbé Jean-Baptiste Armand Désiré Mesnel, ancien étudiant du séminaire d'Évreux.

En janvier 1914
Maître serrurier, titulaire de la médaille commémorative de la guerre de 1870-1871, capitaine commandant de la compagnie de sapeurs pompiers d'Évreux, président d'honneur de la Chambre syndicale du bâtiment et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure, Adolphe Honoré Lesage est fait officier d'académie.

Le 1er janvier 1914
Directeur de l’École normale d’instituteurs d’Évreux depuis 1893, Albert Fatalot quitte l'établissement de la rue Saint-Germain et fait valoir ses droits à la retraite.
Photo

Carrelage du domicile d'Albert Fatalot
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


Le même jour (1.1.1914)
Professeur chargé de cours d'anglais au lycée d'Évreux, M. Sohier bénéficie jusqu'au 31 mai d'un congé pour raisons de santé.

Le même jour (1.1.1914)
Directeur de l'École normale d'instituteurs d'Aurillac, Georges Caruchet est nommé à Évreux où il remplace Albert Fatalot qui jouit désormais de sa retraite.

Le même jour (1.1.1914)
Procureur de la République à Évreux, M. Monier est nommé à Montmédy dans la Meuse.

Le même jour (1.1.1914)
Substitut du procureur de la République à Neufchâtel, M. Griffon est nommé à Évreux.

Le 4 janvier 1914
Officier au 7e régiment de chasseurs à cheval d'Évreux, le lieutenant Le Conte fait paraître une annonce dans le périodique Match L'Intran pour la mise en vente, à prix modéré, de L'Asie, son cheval de compétition déjà vainqueur de plusieurs prix.

Le même jour (4.1.1914)
Portée par son capitaine René Duval, l'équipe première de l'Évreux Athletic Club reçoit à domicile celle du Havre Rugby Club en match préparatoire de « football-rugby ».

Le 5 janvier 1914
Des malfaiteurs s'introduisent dans les bureaux des usines métallurgiques de Navarre et dérobent plusieurs milliers de francs, sans toutefois parvenir à percer le coffre-fort de l'industriel Gaston Henry Fauchet.

Le 8 janvier 1914
Soldat du 6e régiment de dragons d'Évreux en permission chez ses parents, Ferdinand Eugène Louis Chatelais est arrêté par les gendarmes pour braconnage à Saint-Loyer-des-Champs dans l'Orne, et se voit infliger une amende de 30 francs.

Le 9 janvier 1914
Après être monté en gare d'Évreux dans le train à direction de Caen avec un billet de 3e classe, Maurice Morel est appréhendé sans ménagement dans le wagon-restaurant réservé aux 1re et 2e classes. Il risque le tribunal correctionnel.

Le 10 janvier 1914
Condamné à mort par contumace en 1901 pour sa complicité dans le meurtre du rentier Gustave Bestault à Boissy-la-Rivière, puis recherché depuis deux ans pour de nombreux cambriolages commis à Dreux, Coulommiers, Laval, Pithiviers et Évreux, le terrassier Louis Louis, dit « Benjamin » ou « le petit comédien », est arrêté par le commissaire Rio et quatre inspecteurs de police à Hérouville dans le Calvados.

Le 11 janvier 1914
Portée par son capitaine René Duval, l'équipe première de l'Évreux Athletic Club reçoit à domicile le Club sportif de Meaux en match préparatoire de « football-rugby ».

Vers le 14 janvier 1914
Juge suppléant rétribué à Évreux depuis novembre 1911, Armand Louis Marie Borel de Larivière est nommé substitut du procureur de la République à Neufchâtel (actuel Neufchâtel-en-Bray) en Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime).

Le 15 janvier 1914
Accusé de tentative d'assassinat sur le mari de sa maîtresse, Georges Lioret comparaît à Évreux devant la cour d'assises de l'Eure.

Mi-janvier 1914
Inspecteur d'académie en résidence à Évreux, Louis Le Cheval(l)ier est fait chevalier de la Légion d'honneur.

Le 17 janvier 1914
Évêque d'Évreux depuis 1913, Louis Dechelette déclare faire sienne la décision du cardinal Léon Adolphe Amette d'interdire le tango, jugé inconvenant et propice à la dépravation.

Le 18 janvier 1914
Portée par son capitaine René Duval, l'équipe première de l'Évreux Athletic Club rencontre à l'extérieur le Havre Athletic Club en match de championnat régional de « football-rugby ».

Le 25 janvier 1914
L'équipe première de l'Évreux Athletic Club et son emblématique capitaine René Duval rencontrent à l'extérieur les Touristes elbeuviens en match de championnat régional de « football-rugby ».

Le 1er février 1914
Président de la Caisse régionale de crédit mutuel agricole de l’Eure, Albéric de Mare est élu président de la Société libre de l’Eure et succède à Louis-Paulin Passy.

Le même jour (1.2.1914)
Portée par son capitaine René Duval, l'équipe première de l'Évreux Athletic Club rencontre à Rouen le Stade normand en match de championnat régional de « football-rugby ».

Le 2 février 1914
En finale du Championnat de Haute-Normandie de rugby, l’équipe du Havre bat l’Évreux Athletic Club et son emblématique capitaine René Duval par le score sans appel de 36 à 0.

Le 3 février 1914
Soldat au 28e régiment d'infanterie à Évreux, Gaston Larchevêque est mortellement percuté par le train de voyageurs n°126 alors qu'il traversait à pied la voie ferrée en gare de Vernouillet.

Le 12 février 1914
Les obsèques à Manerbe dans le Calvados d'Armand Guénet, jeune soldat en garnison à Évreux mort d'une « fluxion de poitrine », rassemble une foule considérable tant cet aîné d'une famille de 17 enfants était apprécié.

Vers le 14 février 1914
Conservateur du musée du conservatoire de musique de Paris, René Brancour donne au théâtre municipal d'Évreux une conférence sur la chanson française, accompagné par Mme Paul Diey qui interprète de nombreux airs de jadis.

Le 22 février 1914
Sur un itinéraire détrempé et rendu difficile, Charles Mantelet remporte la 8e édition de la course cycliste Paris-Évreux devant Henri Pélissier et Maurice Daum.

Le même jour (22.2.1914)
Portée par son capitaine René Duval, l'équipe première de l'Évreux Athletic Club reçoit à domicile l'Union sportive du Mans en match préparatoire de « football-rugby ».

Le même jour (22.2.1914)
L'équipe de rugby de l'école normale d'instituteurs de la rue Saint-Germain bat sur forfait un établissement du Nord aux championnats de France scolaires.

Le même jour (22.2.1914)
Naissance à Évreux de René Pierre Antoine Masseboeuf, médaillé de la Résistance française pour sa bravoure sous l'Occupation, lorsqu'il opérait sous le pseudonyme « Jules » dans les Forces françaises de l'intérieur (FFI).

Le 23 février 1914
Arrivé avec sa fille le matin depuis la piste de Buc en Seine-et-Oise (actuelle Yvelines), l'aviateur et constructeur Maurice Farman donne le baptême de l'air à plusieurs personnes sur le terrain d'aviation d'Évreux.

Le 25 février 1914
Ancien employé de la gare d'Évreux, le brigadier poseur Février est arrêté suite à une tentative de sabotage sur la ligne ferroviaire Paris-Dieppe.

Le 27 février 1914
Parti d'Évreux avec une passagère, l'aviateur Alphonse Poirée atterrit sur le champ de courses de Lisieux sous les acclamations de la foule.

En mars 1914
Gardiens de bureau aux Postes, Télégraphes et Téléphones d’Évreux, MM. Degallon et Maréchal sont élus membres du conseil régional de discipline n°14.

Le 1er mars 1914
Portée par son capitaine René Duval, l'équipe première de l'Évreux Athletic Club rencontre à l'extérieur le Racing-Club compiégnois en match préparatoire de « football-rugby ».

Le 3 mars 1914
Alors qu'il venait de célébrer la messe, l’archiprêtre et chanoine titulaire Guillot meurt d’une embolie foudroyante en pénétrant dans la sacristie de la cathédrale Notre-Dame d’Évreux.

Le 6 mars 1914
Délégués de la commission d'hygiène de la Chambre des députés, MM. Chopinet, De France, Delanoue et Peyroux se rendent à Évreux pour inspecter les installations militaires et l'hôpital.

Le 8 mars 1914
Portée par son capitaine René Duval, l'équipe première de l'Évreux Athletic Club reçoit à domicile le Paris Université Club en match préparatoire de « football-rugby ».

Le 15 mars 1914
L'équipe de rugby du Stade Malherbe caennais bat sans appel l'Évreux Athletic Club par 20 à 0.

Le 20 mars 1914
Située aux 45, 47 et 49 rue Grande à Évreux, la boutique de mode et de confection Au-Sans-Pareil recherche une vendeuse expérimentée et munie de bonnes références.
Photo

Carte postale représentant les décorations de vitrine de la boutique Au-Sans-Pareil pour les fêtes de juin 1913
© Archives municipales d'Évreux, CPA 5 Fi 1576
Voir Mentions légales


Le 29 mars 1914
Au cours de l'assemblée générale annuelle qui se tient au Pavillon fleuri, alors annexe du musée municipal, le trésorier de la Société des amis des arts du département de l'Eure explique la baisse d'activité de l'année précédente par la guerre des Balkans et les esprits occupés par de longues et fragiles négociations de paix.

En avril 1914
Sous-lieutenant de réserve au 28e régiment d'infanterie d'Évreux, M. Levesque est muté au 167e régiment d'infanterie.

Le 4 avril 1914
Depuis la rue de Paris jusqu'à la côte en sortie de ville, une haie d'honneur de la population ébroïcienne salue le départ du 21e régiment de dragons, après 28 ans de garnison.

Le 10 avril 1914
Ancien élève de secondaire au lycée Saint-François-de-Sales à Évreux, M. Pierre est interrogé par le juge d'instruction Bidart de La Noé dans le cadre de son enquête sur l'énigmatique affaire Cadiou.

Le 13 avril 1914
Une équipe anglaise de « football-rugby » est attendue à Évreux où elle affrontera en match amical l'Évreux Athletic Club et son emblématique capitaine René Duval.

Le 14 avril 1914
Le 7e régiment de chasseurs à cheval commandé par le colonel Matuszynski entre en garnison et remplace le 21e régiment de dragons parti au début du mois.

Le 21 avril 1914
La cour d'assises d'Évreux condamne le septuagénaire Jean-Marie Coatantiec, journalier et fossoyeur, à six ans de réclusion pour avoir blessé une voisine et tué sa propre fille de neuf coups de couteau.

Le même jour (21.4.1914)
La gendarmerie d'Évreux procède à l'arrestation de Maurice Taverne, domestique de ferme à Fontaine-sous-Jouy, pour le viol et le meurtre de la petite Reine Vavasseur, originaire d'Huest.

Le 23 avril 1914
Curiosité touristique à Sacquenville et ancien magasin des dîmes du comte d'Évreux, la ferme de Brettemare est détruite par un incendie d'origine criminelle.

Le même jour (23.4.1914)
Mort de Louis (Louis-Théophile ?) Langlois, propriétaire à Évreux et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 26 avril 1914
Représentant du mouvement radical socialiste unifié, Abel Lefèvre est réélu dès le premier tour pour un quatrième mandat de député de la première circonscription d'Évreux avec 9 712 voix.

Le même jour (26.4.1914)
Représentant de la Gauche démocratique, Louis Modeste Aurèle Leroy est réélu député dès le premier tour pour un sixième et dernier mandat dans la seconde circonscription d'Évreux avec 8 007 voix, contre seulement 349 pour son adversaire politique.

Le 27 avril 1914
Inspecteur photographe de la Sûreté générale, M. Bergerot se présente à Évreux où tous les nomades de la région ont été convoqués pour des « mesures anthropomorphiques » destinées à compléter leur futur carnet individuel d'identification.

Le 30 avril 1914
Les agents Philippe, Receveur et de Degallon sont respectivement élus secrétaire, gardien de bureau et gardien manipulateur du groupe d’Évreux lors du congrès de l’Association générale des sous-agents des Postes et des Télégraphes de France et des Colonies.

En mai 1914
Des travaux de restauration du palais de Justice incendié le 2 juin 1911, seule la salle des audiences du tribunal civil avec son plafond peint par l'artiste ébroïcien Charles Denet est achevée et livrée.

Le même mois (5.1914)
Chef de gare à Granville dans la Manche, M. Viennois est nommé chef des deux gares de la ville d'Évreux.

Le 1er mai 1914
La gendarmerie est à la recherche d'Henri Barbé, ouvrier peintre de 19 ans congédié par son employeur à Lisieux, auteur du vol de plusieurs outils et probablement en fuite chez sa mère, commerçante à Évreux.

Le 3 mai 1914
En son domicile ébroïcien où ont été conviés de nombreux notables, la comtesse Minangoy-Pérignon propose une matinée musicale au cours de laquelle le Trio de Shumann, entre autres, est interprété par M. Gayraud, Ira Novi et J. Dumont.

Le 7 mai 1914
Appréhendé en janvier dans le wagon-restaurant de 1re et 2e classes alors qu'il était monté dans le train en gare d'Évreux avec un billet de 3e classe, Maurice Morel se présente devant le tribunal correctionnel de Caen qui l'acquitte sans sourciller.

Le 8 mai 1914
La préfecture de l’Eure enregistre la déclaration de création de la société du Sport-Boules d’Évreux.

Le 11 mai 1914
Opposée à son parent Aristide Garault, contrôleur technique du service électrique aux Chemins de fer de l'État demeurant 28 boulevard de La Buffardière à Évreux, Louise Garault n'obtient pas gain de cause devaut la première chambre du tribunal civil de Rennes.

Le 13 mai 1914
Alors qu'il vient tout juste d'être libéré de la prison d'Évreux pour vagabondage, le menuisier sans domicile fixe Edmond James est arrêté pour le même délit à Langannerie dans le Calvados.

Le 14 mai 1914
La Société du cheval anglo-normand s'engage devant le conseiller général de l'Eure à organiser, pour l'année 1915, un concours de chevaux de selle à Évreux.

Le 16 mai 1914
Engagés sur le champ de manoeuvre d'Évreux dans des exercices d'attaque et de défense d'une section de mitrailleuses, trois cavaliers du 7e régiment de chasseurs à cheval sont légèrement blessés tandis qu'un quatrième, Cyprien Morel, est transporté vers l'hôpital dans un état désespéré.

Le même jour (16.5.1914)
Inspecteur des chemins de fer de l'État, M. Peschard est arrêté en flagrant délit de vol de deux parapluies dans un train à l'arrêt en gare de Bueil. Il est conduit à Évreux où le parquet, soupçonnant un cas de kleptomanie, décide de lui faire passer très rapidement un « examen mental ».

Le 17 mai 1914
L’artiste lyrique Francine Oudet meurt des suites de ses blessures sur le chemin qui la conduit vers l’hôpital d’Évreux, après être tombée du train de 7h55 en provenance de la gare Saint-Lazare. Son compagnon Marcel Belmont, qui était avec elle dans le compartiment, est entendu par la gendarmerie.

Le 19 mai 1914
L'escadrille du centre de Douai, composée de sept biplans et conduite par le commandant Bares et le capitaine Peralda, fait une escale ébroïcienne à la nouvelle station d'aviation Bellenger où les attend le comte André d'Ideville, ancien officier de cavalerie et fondateur de l'hippodrome de Navarre.

Le 21 mai 1914
La course hippique d'Évreux bénéficie d'un encart plutôt élogieux dans le quotidien La Presse :
La réunion, que la Société des courses d'Évreux donne [aujourd'hui] sur son coquet hippodrome de Navarre promet le plus vif intérêt et toutes les épreuves ont réuni de nombreux engagements. La facilité des communications rend le déplacement très agréable et les sportsmen parisiens s'y rendront nombreux.

Le même jour (21.5.1914)
Le coureur hippique Legroux se blesse au pied en heurtant un piquet lors de la course de l'Ascension à l'hippodrome de Navarre.

Le 23 mai 1914
Sur la proposition du préfet de l'Eure Armand Bernard, le conseil préfectoral adopte un projet d'arrêté pour limiter les débits de boissons du département.

Le 31 mai 1914
Mort à Évreux d'Adolphe Honoré Lesage, maître serrurier, officier d'académie, titulaire de la médaille commémorative de la guerre de 1870-1871, capitaine commandant la compagnie de sapeurs pompiers d'Évreux, président d'honneur de la Chambre syndicale du bâtiment et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le même jour (31.5.1914)
Exploitant à Évreux, M. Berlet reçoit la médaille de vermeil de la ville de Caen à l'exposition nationale d'aviculture.

Le 1er juin 1914
Professeur chargé de cours d'anglais au lycée d'Évreux en congés pour raisons de santé depuis le premier jour de l'année, M. Sohier est admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite.

Le 3 juin 1914
Parti de l'aérodrome de Villacoublay en Seine-et-Oise (actuelles Yvelines) pour la Coupe Michelin, le pilote Eugène Gilbert établit le record des 3 000 kilomètres sans escale en passant notamment au-dessus d'Évreux, en fin de matinée. Il aura passé 39 heures dans les airs sans interruption.

Le 4 juin 1914
Organisé par l'Union des sociétés d'équitation militaire de France, un raid hippique d'officiers de réserve part de Laigle dans l'Orne pour rejoindre Évreux.

Le 7 juin 1914
Un détachement du 7e régiment de chasseurs à cheval d'Évreux se rend en Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime) où lui est confié la sécurité du cortège ministériel qui participera aux Fêtes de Rouen.

Le 10 juin 1914
Le conseil municipal rejette le classement d'une rue qui joindrait le chemin des Tombettes au chemin conduisant à la scierie du moulin de la Rochette, propriété d'Edmond Duchesne depuis 1892.

Le 14 juin 1914
Officier au 7e régiment de chasseurs à cheval d'Évreux, le commandant Dimoux-Dime intègre comme officier d'état-major particulier le cabinet d'Adolphe Messimy, nouveau ministre de la Guerre.

Le même jour (14.6.1914)
Parti la veille du parc de Saint-Cloud avec Maurice Letellier aux commandes, le ballon Arlequin-II, d'une capacité de 900 mètres cubes, passe au-dessus d'Évreux dans la nuit.

Le même jour (14.6.1914)
La Société civile de tir d’Évreux organise la première des cinq journées de son concours annuel, doté de 1 000 francs de prix en espèces et en nature, et comportant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Revolver », « Ball-trap », « Sanglier mobile » et « Armes nationales ».

Le 16 juin 1914
Le quintal de blé se vend 27 francs au marché aux grains d'Évreux, tandis que le seigle s'écoule à 19 francs, l'orge à 20 francs et l'avoine à 19 francs.

Le 17 juin 1914
S'étant récemment accusé à Paris du meurtre du gendarme Referveille en mars 1906 à Évreux, M. Huerteaux est présenté au juge d'instruction puis incarcéré.

Le 20 juin 1914
Mort à Évreux de Ludovic-Frédéric Legras, ancien sous-chef de division à la préfecture de l'Eure.

Le même jour (20.6.1914)
Partis de Buc en Seine-et-Oise (actuelles Yvelines) à bord de leur appareil pour rejoindre l'hippodrome de Deauville, le capitaine Lucas et le lieutenant de Lareinty-Tholozan sont contraints d'atterrir à Évreux à cause d'une très forte averse. Ils reprendront finalement leur vol le lendemain matin, pour Calais.

Le 21 juin 1914
La Société civile de tir d’Évreux organise la deuxième des cinq journées de son concours annuel, doté de mille francs de prix en espèces et en nature, et comportant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Revolver », « Ball-trap », « Sanglier mobile » et « Armes nationales ».

Le 26 juin 1914
Après lecture et étude du rapport d’Édouard Andrien, le Sénat présidé par Antonin Dubost adopte le projet de loi autorisant la perception d’une surtaxe sur l’alcool à l’octroi d’Évreux.

Le 28 juin 1914
La Société civile de tir d’Évreux organise la troisième des cinq journées de son concours annuel, doté de mille francs de prix en espèces et en nature, et comportant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Revolver », « Ball-trap », « Sanglier mobile » et « Armes nationales ».

Début juillet 1914
Rédacteur des postes et télégraphes au Mans, M. Boulmet est nommé au même poste à Évreux.

Le 4 juillet 1914
Mort à Évreux de Charles-Nicolas Delouye, propriétaire et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.

Le 5 juillet 1914
À bord de son biplan militaire Volain, le lieutenant Levassor effectue le vol de Mourmelon à Évreux en un temps de 2h40, ce qui représente une consommation de 100 litres d'essence et 10 litres d'huile.

Le même jour (5.7.1914)
La Société civile de tir d’Évreux organise la quatrième des cinq journées de son concours annuel, doté de 1 000 francs de prix en espèces et en nature, et comportant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Revolver », « Ball-trap », « Sanglier mobile » et « Armes nationales ».

Le 6 juillet 1914
Le service de contrôle des distributions d'énergie électrique du département de l'Eure est réorganisé et voit l'arrivée, en ville, de l'ingénieur ordinaire des ponts et chaussées Paviot et du conducteur des ponts et chaussées Martin.

Le 10 juillet 1914
Accusé de tentatives de meurtre sur le cultivateur Lemoine à Pacy-sur-Eure et sur le gendarme Dussance qui l'avait pris en chasse, le magasinier Victor Breton est condamné à mort par la cour d'assises d'Évreux. Son complice Émile Foindain écope quant à lui de 20 ans de travaux forcés.

Le 11 juillet 1914
Natif d'Évreux et ancien lieutenant de vaisseau à bord de La Marseillaise, Pierre Antoine Louis Adolphe Bouchard est fait chevalier de la Légion d'honneur.

Le 12 juillet 1914
La Société civile de tir d’Évreux organise la dernière des cinq journées de son concours annuel, doté de 1 000 francs de prix en espèces et en nature, et comportant plusieurs catégories telles que « Flobert », « Revolver », « Ball-trap », « Sanglier mobile » et « Armes nationales ».

Le 13 juillet 1914
Le Sénat étudie en séance publique le projet de loi adopté par l’Assemblée nationale et qui autorise la perception d’une surtaxe sur l’alcool à l’octroi d’Évreux.

Le même jour (13.7.1914)
Respectivement professeur adjoint aux cours professionnels et professeur au collège de jeunes filles, Gaston Lucien Piogé et Madeleine Casse sont faits officiers d'Académie.

Le même jour (13.7.1914)
Plusieurs personnels du lycée d'Évreux sont faits officiers de l'Instruction publique : le professeur adjoint Émile Cantrel, le professeur de gymnastique Victor Dufaye et le professeur de classe de sixième Amédée Mahieu. Joséphine Guély de l'École normale d'institutrices d'Évreux et le commis d’inspection académique Joseph Xavier Chantepie sont également honorés.

Mi-juillet 1914
Professeur chargé de cours d'histoire au lycée d'Évreux, M. Michel est délégué dans les fonctions de censeur des études de classe de 3e au lycée d'Alençon dans l'Orne.

Le 17 juillet 1914
Le Groupe d’Évreux des Éclaireurs de France est fondé à l’hôtel de ville et se donne pour vocation l’éducation physique et morale de ses membres.

Le 24 juillet 1914
Curé de Fontaine-la-Louvet, l'abbé Heurtebout est auditionné par le parquet de Bernay qui le soupçonne d'avoir été le correspondant des services allemands d'espionnage pour les régions d'Évreux et de Rouen.

Le 27 juillet 1914
Mort en son domicile du 27 rue du Dauphin à Évreux de Victor Amédée Vion, commis de commerce puis négociant en habillements, membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.
Photo

Portrait de Victor Amédée Vion
© Philippe Galliot / Geneanet
Voir Mentions légales


Fin juillet 1914
Juge au tribunal de première instance d'Évreux depuis janvier 1912, Gustave Arthur Michel Anty est muté du tribunal d'Épernay dans la Marne.

Le 1er août 1914
La section ébroïcienne de la Croix-Rouge française possède 1 703 francs en caisse et près de 15 000 francs en titres, mais que les circonstances actuelles ne permettent pas de transformer en numéraires.

Le 3 août 1914
Au lendemain de la mobilisation générale et le jour même de la déclaration de guerre de l'Empire allemand à la France, la gare d'Évreux accueille des flots de mobilisés. La caserne Amey ne pouvant assurer l'accueil, un certain nombre d'édifices publics font office d'hébergements provisoires.
Photo

Vue de la cour intérieure de la caserne Amey sur une carte postale éditée par Appert
© Archives départementales de l'Eure, CPA 11NUM358
Voir Mentions légales


Le 5 août 1914
De nombreux hommes du 7e régiment de chasseurs d’Évreux, essentiellement composé de Normands et de Parisiens, embarque en gare d’Évreux-Embranchement sous le commandement du colonel Rey. Tous débarquent en fin de journée à Poix-Terron dans les Ardennes.

Le 6 août 1914
Partis la veille d'Évreux et débarqués à Poix-Terron dans les Ardennes, les hommes du 7e régiment de chasseurs d’Évreux, essentiellement composé de Parisiens et de Normands, se voient confier plusieurs missions de reconnaissance autour de la commune de Vrigne-aux-Bois.

Le 7 août 1914
Le 3e bataillon du 28e régiment d’infanterie quitte Évreux pour rejoindre les Ardennes.

Le 8 août 1914
Une note du commandant de la garnison d'Évreux est lue à l'ensemble des troupes :
Le général, commandant d'armes, a le douloureux regret de porter à la connaissance de la garnison que l'alcoolisme a produit avec intensité ses déplorables effets. Des territoriaux viennent de mourir à l'hôpital, plusieurs autres gravement atteints du delirium tremens ont dû être munis de la camisole de force ; d'autres enfin, sont atteints à des degrés différents et internés à l'asile de Navarre. Une infirmière a été violemment frappée à la tête avec une chaise (...)

Le 10 août 1914
C'est devant une foule considérable et dans un silence de plomb que les mobilisés s'embarquent en gare d'Évreux.

Le 12 août 1914
Fondé en 1883 par Symphorien Collignon, le bihebdomadaire Journal d'Évreux et du département de l'Eure cesse de paraître pour huit semaines.

Le 15 août 1914
Mort à Dinant en Belgique des suites de blessures reçues au combat de Paul Maurice Hubert, lieutenant au 33e régiment d'infanterie, titulaire de la croix de guerre avec palmes et du bureau de recrutement d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil de Fismes le 13 avril 1916.

Le 19 août 1914
Sous la responsabilité de Charles Besnier, président du comité ébroïcien de la Société de secours aux blessés et par ailleurs directeur de la succursale de la Banque de France de la rue Victor-Hugo, il est procédé à l'ouverture de l'hôpital complémentaire n°2 d'Évreux à l'ancien petit séminaire du 1 rue du Chantier. L'établissement dispose de 205 lits pour la prise en charge médicale des blessés de guerre.

Le même jour (19.8.1914)
Sous la responsabilité de Charles Besnier, président du comité ébroïcien de la Société de secours aux blessés et par ailleurs directeur de la succursale de la Banque de France de la rue Victor-Hugo, il est procédé à l'ouverture de l'hôpital complémentaire n°26 d'Évreux au lycée de garçons de la rue de Pannette. L'établissement dispose de 215 lits pour la prise en charge médicale des blessés de guerre.

Le 20 août 1914
Mort au combat à Sarrebourg en Lorraine annexée d'Henri Émile Isidore Montagne, capitaine au 16e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 13 février 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 23 mars.

Le 21 août 1914
Sous la responsabilité de Charles Besnier, président du comité ébroïcien de la Société de secours aux blessés et par ailleurs directeur de la succursale de la Banque de France de la rue Victor-Hugo, il est procédé à l'ouverture de l'hôpital auxiliaire n°5 d'Évreux au collège Saint-François-de-Sales de la rue Portevin. L'établissement dispose de 295 lits pour la prise en charge médicale des blessés de guerre.

Le 22 août 1914
Disparition au combat à Éthe en Belgique de Maurice Georges Kéné Commauche, soldat au 101e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 23 avril 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 21 mai.

Le même jour (22.8.1914)
Disparition au combat à Roselies en Belgique d'Armand Raymond Hérisson, soldat au 74e régiment de ligne. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 16 juillet 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 28 août.

Le même jour (22.8.1914)
Disparition au combat à Roselies en Belgique d'Adolphe Gustave Amédée Londe, soldat au 74e régiment de ligne et typographe natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 9 septembre 1920 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 2 octobre.

Le même jour (22.8.1914)
Disparition au combat à Neufchâteau en Belgique de Fernand Toussaint Penvern, marsouin au 23e régiment d'infanterie coloniale et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 7 mai 1920 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 3 juin.

Le même jour (22.8.1914)
Mort dans l'ambulance du docteur Hautain à Leernes en Belgique de Maurice Pierre Hippolyte Molenat, lieutenant au 28e régiment d'infanterie d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 19 septembre 1918 par le tribunal de la Seine pour une transcription à l'état-civil de Paris le 29 décembre.
Photo

Le lieutenant Molenat
© MemorialGenWeb
Voir Mentions légales


Le même jour (22.8.1914)
Mort au combat à Leemes en Belgique de François Robert Schor, soldat au 28e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 24 juillet 1919.

Le même jour (22.8.1914)
Mort au combat à Joppécourt en Meurthe-et-Moselle de Marcel Léon Vincent, soldat au 150e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 22 juin 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 17 août.

Le 23 août 1914
Mort au combat à Châtelet en Belgique de Jacques Prosper Gastebled, soldat au 39e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 7 février 1917 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 18 février.

Le même jour (23.8.1914)
Mort dans les combats de Leernes près de Landelies en Belgique de Pierre Polydor, adjudant au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 18 juin 1919 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 15 juillet.

Le 24 août 1914
Disparition dans les combats d'Oret en Belgique d'André Albert Simon, zouave au 3e régiment de zouaves. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 22 juin 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 26 août.

Le même jour (24.8.1914)
Avec l'accord et le soutien du Service d'exploitation des chemins de fer de l'État, André Bertin ouvre la cantine de la gare d'Évreux-Embranchement. Disposant déjà d'une pharmacie et de lits pour accueillir les blessés de guerre, elle sera ouverte jour et nuit.

Le 25 août 1914
Sous la responsabilité de Charles Besnier, président du comité ébroïcien de la Société de secours aux blessés et par ailleurs directeur de la succursale de la Banque de France de la rue Victor-Hugo, il est procédé à l'ouverture de l'hôpital auxiliaire n°12 d'Évreux au pensionnat de la Providence situé 5 rue Joséphine. L'établissement dispose de 90 lits pour la prise en charge médicale des blessés de guerre.

Le même jour (25.8.1914)
Sous la responsabilité de Charles Besnier, président du comité ébroïcien de la Société de secours aux blessés et par ailleurs directeur de la succursale de la Banque de France de la rue Victor-Hugo, il est procédé à l'ouverture de l'hôpital auxiliaire n°1 d'Évreux à l'école normale d'instituteurs du 43 rue Saint-Germain. L'établissement dispose de 153 lits pour la prise en charge médicale des blessés de guerre.

Le 28 août 1914
Mort au combat à Guise dans l'Aisne de plusieurs conscrits d'Évreux du 28e régiment d'infanterie : le caporal Jacques Ernest Raoul Lecoeur, ancien élève du lycée catholique Saint-François-de-Sales, et les soldats Jean-Marie François Boullic et Marcel Lalonde. La mention honorifique de « Mort pour la France » leur sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux.

Le même jour (28.8.1914)
Mort au combat à Guise dans l'Aisne de plusieurs réservistes d'Évreux du 228e régiment d'infanterie : le soldat Gaston Lucien Denat et les caporaux Henri Auguste Huard et Jules Eugène Thorel. La mention honorifique de « Mort pour la France » leur sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux.

Le même jour (28.8.1914)
Huit prisonniers de guerre allemands arrivés en gare de Rouen, dont un sous-officier parfaitement francophone, attendent leur transfert à Évreux en mangeant les conserves de boeuf qui leur ont été fournies.

Le même jour (28.8.1914)
Mort au combat à Audigny dans l'Aisne de Georges Louis Valette, soldat au 24e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 25 mars 1921 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 23 avril.

Le 29 août 1914
Mort au combat à Origny-Sainte-Benoîte dans l'Aisne d'Henri Anthème Fortier, adjudant réserviste au 224e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 21 mars 1917 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 13 avril.

Le même jour (29.8.1914)
Mort au combat à Macquigny dans l'Aisne d'Henri Raoul Maxime Thibault, caporal réserviste au 228e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 7 mai 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 2 juin.

Le même jour (29.8.1914)
Mort au combat à Macquigny dans l'Aisne de Gaston Félix Le Grain, caporal réserviste au 228e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 22 janvier 1920 par le tribunal de Versailles pour une transcription à l'état-civil de Poissy le 16 février.

Le même jour (29.8.1914)
Mort au combat à Landifay-et-Bertaignemont dans l'Aisne de Paul Henri Victor Morel, soldat au 38e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 30 juillet 1918 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 8 août.

Le 30 août 1914
Mort des suites de ses blessures à l'hôpital mixte d'Amiens dans la Somme de Jean Henri Pérot, sergent au 18e régiment d'infanterie territoriale. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et un jugement sera rendu le 9 juin 1916 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil.

Fin août 1914
On compte six natifs d'Évreux tués au combat pour ce premier mois d'une guerre qui durera encore plusieurs longues années.

En septembre 1914
Mort au combat de Louis Henri Benoist, soldat au 28e régiment d’infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 23 juin 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 18 août.

Le même mois (9.1914)
Professeur d’allemand à titre provisoire au lycée d’Évreux, M. Blum est nommé aux mêmes fonctions au lycée d’Orléans dans le Loiret. Il est remplacé par M. Trevet, chargé à titre de suppléant des fonctions de professeur.

Le même mois (9.1914)
Situés au-dessus de la loge du concierge, le grand vestibule et l'ancien secrétariat du lycée d'Évreux de la rue de Pannette sont affectés aux classes de dessin, d'anglais et d'allemand pour cette nouvelle année scolaire.

Le même mois (9.1914)
Le comité d'Évreux de l’Association des dames françaises se tient à l’hôtel Cordier.

Le 1er septembre 1914
Mort à l'hôpital militaire Villemin de Paris des suites de blessures reçues au combat de Jean-Marie Lucas de Lestanville, natif d'Évreux, ancien élève du lycée Saint-François-de-Sales, sous-lieutenant au 110e régiment d'infanterie, croix de guerre avec étoile de vermeil et chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 5 septembre 1914 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil.

Le même jour (1.9.1914)
Placée sous les ordres du gouverneur militaire de Paris, le territoire nommé « zone des armées de Paris » comprend désormais officiellement la subdivision d'Évreux, qui relève par ailleurs de la 3e région militaire.

Le 3 septembre 1914
Mort à Château-Thierry dans l'Aisne des suites de blessures reçues au combat de Jean Séraphin Jouvion, soldat au 236e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu par le tribunal de Pontoise pour une transciption à l'état-civil.

Le 4 septembre 1914
Mort pour la France aux Orbais près de La Ville-sous-Orbais dans la Marne de Louis Fernand Durieux, adjudant du 28e régiment d'infanterie et domicilié à Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée. Trois autres mobilisés du régiment de la caserne Amey trouveront également la mort ce jour-là.

Le même jour (4.9.1914)
Mort aux Orbais près de La Ville-sous-Orbais dans la Marne de Léon Charles Alexandre Lefèvre, soldat du 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu par le tribunal de Louviers pour une transcription à l'état-civil d'Évreux.

Le même jour (4.9.1914)
Mort aux Orbais près de La Ville-sous-Orbais dans la Marne de Fleury Herman Pruvost, soldat du 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu par le tribunal d'Évreux le 4 juillet 1917 pour une transcription à l'état-civil de Normanville le 20 juillet.

Le même jour (4.9.1914)
Mort aux Orbais près de La Ville-sous-Orbais dans la Marne de Maurice Louis Mabire, soldat du 28e régiment d'infanterie, natif d'Évreux et domicilié au hameau de La Madeleine. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu par le tribunal d'Évreux le 5 novembre 1920 pour une transcription à l'état-civil le 1er décembre.

Le 5 septembre 1914
La distraite baronne de La Barre de Nanteuil fait paraître un annonce dans l'édition caennaise du quotidien L'Ouest-Éclair :
Perdu sac de cuir bleu, bordé cuivre contenant environ 200 fr., souvenirs et passeports, visés à Évreux, au nom de la Baronne.

Le 6 septembre 1914
Mort au combat à Esternay dans la Marne de Louis Charles Pernet, soldat du recrutement d'Évreux mobilisé au 39e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 16 janvier 1918 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 1er février.

Le même jour (6.9.1914)
Mort au combat à Écriennes dans la Marne de Marcel Albert Thuet, clairon au 21e régiment d'infanterie coloniale. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 16 juillet 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 28 août.

Le 7 septembre 1914
Mort au combat à Rembercourt-aux-Pots (actuelle Rembercourt-Sommaisne) dans la Meuse d'Édouard Joseph Charles Albert Lucas, sous-lieutenant au 302e régiment d'infanterie, natif d'Évreux, fils d'un ancien manufacturier de la ville et neveu de l’archiprêtre local. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 19 avril 1915.

Le même jour (7.9.1914)
Mort au combat à Vieux-Rang dans le Nord de François Louis Joseph Garillon, soldat au 31e régiment d'infanterie coloniale. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 23 juillet 1919 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 3 septembre.

Le 8 septembre 1914
Mort au combat aux Rivières-Henruel dans la Marne d'Eugène Maurice Énos, canonnier au 2e régiment d'artillerie lourde et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 8 mars 1915.

Le même jour (8.9.1914)
Mort au combat à Vassimont-et-Chapelaine dans la Marne de Louis Mathurin Jehanno, soldat au 62e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 19 novembre 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 6 décembre.

Le même jour (8.9.1914)
Mort au combat à Montmirail dans la Marne de Lucien Charles Énos, trompette au 43e régiment d'artillerie de campagne et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 27 septembre 1915.

Le même jour (8.9.1914)
Mort à Évreux des suites de maladie non imputable au service de Noël Charles Prima, soldat au 28e régiment d'infanterie d'Évreux.

Le 10 septembre 1914
Mort au combat à Rembercourt-aux-Pots (actuelle Rembercourt-Sommaisne) dans la Meuse de Jules Jean-Baptiste [?], chasseur au 29e bataillon de chasseurs à pied, natif d'Évreux et domicilié à La Madeleine. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée.

Le même jour (10.9.1914)
Mort au combat à Rembercourt-aux-Pots (actuelle Rembercourt-Sommaisne) dans la Meuse de Maurice Édouard Eugène Bioche, caporal fourrier au 29e bataillon de chasseurs à pied et domicilié au hameau de La Madeleine. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 4 juillet 1917 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 23 juillet.

Le 11 septembre 1914
Motocycliste se trouvant en déplacement à Évreux, un certain Paul Guinet fait paraître une annonce dans les colonnes du quotidien Le Matin, par laquelle il annonce son départ imminent pour Brive-la-Gaillarde en Corrèze, et prie sa soeur de lui communiquer son adresse le plus rapidement possible.

Le 12 septembre 1914
Mort au combat à Châlons-sur-Vesle dans la Marne de Jean François Félix Joncour, soldat au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 15 janvier 1919 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 3 mars.

Le même jour (12.9.1914)
Naissance à Évreux de Pierre Louis Sibout, médaillé de la Résistance française pour sa bravoure sous l'Occupation lorsqu'il opérait sous le pseudonyme Arthur.

Le 13 septembre 1914
Mort au combat à Montceaux-lès-Provins en Seine-et-Marne d'Adolphe Ernest Corneille, soldat au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 22 juin 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 24 août.

Le même jour (13.9.1914)
Mort au combat à Loivre dans la Marne d'Émile Camille Gillet, soldat au 28e régiment d'infanterie et domicilié au hameau de La Madeleine. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 8 octobre 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 22 octobre.

Le même jour (13.9.1914)
Mort au combat à Loivre dans la Marne de Paul Jules Isabel, soldat au 28e régiment d'infanterie, natif d'Évreux et domicilié au hameau de Saint-Michel. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 2 juillet 1920 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 23 août.

Le même jour (13.9.1914)
Disparition au combat au hameau de La Neuville près de Berry-au-Bac dans l'Aisne d'Émile Albert Lepage, soldat au 228e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 5 novembre 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 29 novembre.

Le même jour (13.9.1914)
Mort à l'hôpital mixte de Châteaudun dans l'Eure-et-Loir des suites de blessures reçues au combat de Charles Auguste Hamel, soldat au 28e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France », et un jugement sera rendu par le tribunal de Notre-Dame-du-Hamel pour une transcription à l'état-civil.

Le 14 septembre 1914
Mort au combat à la ferme de Sainte-Marie dans l'Aisne de Léopold Arthur Baussard, caporal au 119e régiment d’infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 4 juin 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 28 juin.

Le même jour (14.9.1914)
Mort dans les combats de l'écluse du Godat à Loivre dans la Marne d'Henri Maurice Blanquet, soldat au 28e régiment d’infanterie et natif d’Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 11 juin 1920 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil de Boissy-sur-Damville (actuelle Buis-sur-Damville) le 7 juillet suivant.

Le même jour (14.9.1914)
Mort à Loivre dans la Marne des suites de blessures reçues au combat de Gaston Joseph Bode, soldat au 28e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 10 janvier 1915.

Le même jour (14.9.1914)
Mort au combat de Ferdinand Eugène Paulin Polin, soldat au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 22 juin 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 24 août.

Le 15 septembre 1914
Mort dans les combats de la ferme de La Neuville à Cormicy dans la Marne de Claude Richard Guindey, sous-lieutenant réserviste au 228e régiment d'infanterie, sous-préfet de Boulogne-sur-Mer et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil de Boulogne-sur-Mer le 27 avril 1916.

Le même jour (15.9.1914)
Mort au combat à La Neuville-Bosmont, dans l'Aisne de Charles Isidore Langlois, soldat au 228e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 3 décembre 1920 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 24 décembre.

Le même jour (15.9.1914)
Mort au combat à La Neuville-Bosmont, dans l'Aisne d'Armand Jules Picory, soldat au 228e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 24 juin 1921 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 15 juillet.

Le même jour (15.9.1914)
Fantassin allemand capturé près du Plessis-Placy en Seine-et-Marne, Kar(e)l Vogelgesang est dirigé à Évreux pour être soigné de ses blessures. Un examen attentif de ses effets personnels permettront d'apprendre qu'il s'est rendu coupable de nombreuses exactions contre les populations civiles belges et françaises.

Le même jour (15.9.1914)
Fondé en 1841 par Auguste Antoine Hérissey sous le titre originel Le Courrier - Évreux, le quotidien local Le Courrier de l'Eure publie dans ses colonnes un article du chanoine ébroïcien Charles-Arthur Guéry : « Une touchante cérémonie à l'hôpital temporaire n°26 (Lycée d'Évreux). Inhumation de trois soldats ».

Le même jour (15.9.1914)
Disparition au combat près de Berry-au-Bac dans l'Aisne de Lucien Émile Sailly, soldat au 228e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 22 juin 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 24 août.

Le 16 septembre 1914
Mort au combat à Loivre dans la Marne de Gaston Lucien Goumaux, soldat au 28e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 30 octobre 1918 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 12 décembre.

Le 17 septembre 1914
Mort au combat à Courcy dans la Marne de Léon François Houlley, soldat au 129e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 1er juin 1923 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 20 juin.

Le même jour (17.9.1914)
Mort à Tracy-le-Val dans l'Oise des suites de blessures reçues au combat de Paul Vimont, soldat au 1er régiment de marche de zouaves. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 24 juillet 1916.

Le 19 septembre 1914
Naissance à Évreux de Léonce Louis Marie Gonin, docteur en médecine et auteur d'une thèse sur l'hyperthermie.

Le 20 septembre 1914
Deux prisonniers de guerre allemands s’évadent alors qu'ils étaient hospitalisés à l’école normale d'instituteurs de la rue Saint-Germain.

Le 22 septembre 1914
Mort à l'hôpital de Château-Thierry dans l'Aisne des suites de blessures reçues au combat de Lucien Olivier Delesques, sergent fourrier au 28e régiment d’infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 25 janvier 1915.

Le même jour (22.9.1914)
M. Pont est révoqué de ses fonctions de juge de paix du canton d'Évreux-Nord, poste qu'il occupait depuis septembre 1911.

Le 24 septembre 1914
Mort au combat à Attichy dans l'Oise d'Auguste Mesure, caporal réserviste au 338e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 3 décembre 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 21 décembre.

Le même jour (24.9.1914)
Mort dans les combats du bois de Servon à Saint-Thomas-en-Argonne dans la Marne de Louis Maurice Galley, soldat au 168e régiment d'infanterie, natif d'Évreux et domicilié au hameau de Saint-Michel. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 22 juin 1920 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 17 août.

Le même jour (24.9.1914)
Mort dans les combats du bois de Servon à Saint-Thomas-en-Argonne dans la Marne d'Alfred François Mancheron, soldat au 168e régiment d'infanterie, natif d'Évreux et domicilié au hameau de La Madeleine. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 24 juillet 1916.

Le même jour (24.9.1914)
Mort au combat à Roye dans la Somme de Jean-Louis Marie Gouédard, soldat au 104e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 13 juin 1917 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 30 juin.

Le 26 septembre 1914
Les survivants d’une équipe de douze soldats allemands du génie qui parcouraient l’Eure à bord de deux automobiles remplies de dynamite, et qui avaient dans leur fuite tué trois gendarmes, se rendent à Évreux où ils se livrent finalement prisonniers, exténués de fatigue.

Le même jour (26.9.1914)
Fondé en 1883 par Symphorien Collignon, le périodique Journal d'Évreux et du département de l'Eure passe d'une diffusion bihebdomadaire à hebdomadaire, comme à ses débuts.

Le même jour (26.9.1914)
Directeur des archives départementales de l'Eure à Évreux et mobilisé comme sergent au 319e régiment d'infanterie, Jean Verrier est cité à l'ordre de son régiment.

Le même jour (26.9.1914)
Mort au combat à Loivre dans la Marne de Maurice Louis Ludomir Huette, soldat au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 19 septembre 1918 par le tribunal d'Évreux pour une transcription le 6 octobre.

Le même jour (26.9.1914)
Mort au combat à Loivre dans la Marne de Louis Charles Lirony, soldat au 28e régiment d'infanterie d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 23 mars 1921 par le tribunal de la Seine pour une transcription à l'état-civil de Saint-Mandé le 21 avril.

Le même jour (26.9.1914)
Mort au combat à Loivre dans la Marne d'Auguste Aimé Collombel, soldat au 28e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 26 décembre 1920 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 18 janvier 1921.

Le même jour (26.9.1914)
Mort au combat à Loivre dans la Marne d'Auguste Carbonnier, soldat au 28e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 23 juin 1920 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 20 août.

Le même jour (26.9.1914)
Mort au combat à Loivre dans la Marne de Maurice Hermier, sergent fourrier au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 16 février 1916.
Photo

Tombe de Maurice Hermier dans le carré militaire du cimetière Saint-Louis à Évreux
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


Le même jour (26.9.1914)
Disparition au combat à Minaucourt dans la Marne d'Yves Joseph Marie Mahé, soldat au 2e régiment d'infanterie coloniale. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 23 juin 1922 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 6 août.

Le 27 septembre 1914
Mort au combat à Villers-Franqueux dans la Marne d'Albert Adolphe Launon, soldat au 28e régiment d'infanterie, natif d'Évreux et domicilié à La Madeleine. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 19 novembre 1920 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 6 décembre.

Le 28 septembre 1914
Mort au combat à Guise dans l'Aisne de Raoul Jules Maurice Guillemare, soldat au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 6 mai 1921 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 26 mai.

Après le 28 septembre 1914
Mort à l'hôpital de la rue Bonneval à Chartres dans l'Eure-et-Loir des suites de blessures reçues au combat d'Arsène Jules Gendrix, sergent au 2e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil de Gravigny le 24 novembre 1914. Il est inhumé dans le carré « Évreux Breux » du cimetière Saint-Louis à Évreux.

Le 29 septembre 1914
Avoué à Évreux et mobilisé comme adjudant au 18e régiment territorial d'infanterie, Alfred Alain Dubois est grièvement blessé au combat.

Le même jour (28.9.1914)
Gérant depuis 1900 de l'atelier Duhamel-Marette de la place Saint-Taurin et mobilisé comme soldat de 2e classe au 18e régiment d'infanterie territoriale, Maurice Honoré Muraire est tué dans les combats de la ferme de Beauregard, à Puisieux dans le Pas-de-Calais. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 15 février 1916. Sa mort provoque la disparition du réputé atelier de restauration de vitraux, et il faudra attendre 1960 pour qu'un nouveau maître verrier s'installe à Évreux : Jean-Pierre Tisserand.
Photo

Portrait de Maurice Muraire
© Jean-Pierre Cayet / Geneanet
Domaine public


Le 30 septembre 1914
Mort à l'hôpital auxiliaire n°263 à Paris des suites de blessures reçues au combat de Maurice Moutier, soldat au 74e régiment de ligne. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 30 septembre 1914.

Vers le 3 octobre 1914
Mort des suites de ses blessures à l'hôpital d'Évreux d'Henri Louis Blart, caporal fourrier au 8e régiment de tirailleurs algériens. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil de Lisors le 30 septembre 1914.

Le 3 octobre 1914
Directeur des archives départementales de l'Eure à Évreux et mobilisé comme sergent au 319e régiment d'infanterie, Jean Verrier est promu sous-lieutenant.

Le même jour (3.10.1914)
Mort à l'hôpital temporaire de Saumur dans le Maine-et-Loire de Raoul Almon, zouave au 1er régiment de zouaves et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 28 avril 1919.

Le 4 octobre 1914
Mort au combat à Mercatel dans le Pas-de-Calais de Marie Joseph Martinien, soldat au 47e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 14 mai 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 3 juin.

Le 5 octobre 1914
Mort au combat à Conchy-les-Pots dans l'Oise d'André Eugène Frionnet, soldat au 355e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite le 8 septembre 1915 à l'état-civil d'Évreux.

Le 8 octobre 1914
L'administration des domaines dépose au musée municipal (actuel bâtiment de la Maison des arts Solange-Baudoux) plusieurs pièces qui étaient conservées dans l'ancien évêché, et réservées par l'administration lors de la vente du mobilier en 1907 : la crosse épiscopale de Jean-Baptiste Bourlier, celle de Jean II de La Cour d'Aubergenville, les fragments d'une croix en acier forgé trouvée dans un tombeau, un bougeoir aux armes de Charles-Louis Salmon du Châtelier, le Portrait de Mgr Olivier, évêque d'Évreux par Numa Marzocchi de Bellucci, La Madeleine au désert d'après Simon Vouet, le Portrait de Bossuet par Fanny d'Orange d'après l'original de Rigaud, et d'autres.

Le 11 octobre 1914
Mort au combat à Lacroix-sur-Meuse dans la Meuse de Marcel André Dubois, soldat au 150e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 16 août 1915.

Le 14 octobre 1914
Mort au combat à Couin, dans le Pas-de-Calais, de Xavier Joseph Kilfiger, soldat au 69e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 24 juin 1921 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 19 juillet.

Vers le 16 octobre 1914
Mort au combat à Vingré dans l'Aisne du capitaine Joseph Jean Marie Dechelette, commandant du 298e régiment d’infanterie et frère de l’évêque d’Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil de Roanne le 23 février 1915.

Le 17 octobre 1914
Braconnier multirécidiviste recherché par le parquet d'Évreux depuis son évasion de la prison en décembre 1913, Modeste Lambert est finalement remis en liberté par le procureur de la République pour qu'il satisfasse à ses obligations militaires.

Le 18 octobre 1914
Mort au combat à Fricourt dans la Somme de Gaston Auguste Leroy, soldat au 236e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 25 février 1921 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 21 mars.

Le 27 octobre 1914
Fils de l'ancien président de la succursale ébroïcienne de la Banque de France devenu président de la Croix-Rouge d’Évreux, le commandant Serge Besnier est gravement blessé par une balle de mitrailleuse au cours de la première bataille de l'Yser.
Photo

La bataille de l'Yser dans un ouvrage édite par Tolmer en 1918
© BNF-Gallica, NIM23608 / Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
Domaine public


Début novembre 1914
La municipalité du 3e arrondissement de Paris met en place un service express d'automobiles pour la livraison des colis destinés aux soldats du front ou stationnés à l'arrière. Le dépôt d'Évreux fait partie des premiers bénéficiaires.

Le 1er novembre 1914
Mort dans les combats de la ferme de Quennevières près de Moulin-sous-Touvent dans l'Oise de René Isidore Louis Joly, caporal au 9e régiment de marche de zouaves. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 15 mai 1915.

Le même jour (1.11.1914)
Mort à Bray-sur-Somme dans la Somme des suites de blessures reçues au combat de Pierre Dominique Jouvin, soldat au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 9 mars 1915.

Le 2 novembre 1914
Mort au combat à Beaurains dans le Pas-de-Calais de François Alexis Guérin, soldat au 247e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 12 décembre 1919 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 12 janvier 1920.

Le 3 novembre 1914
Disparition dans les combats de Sapigneul pendant la bataille du Chemin des Dames d'Émile Albert Mancheron, soldat au 28e régiment d'infanterie, natif d'Évreux et domicilié au hameau de La Madeleine. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 11 février 1921 par le tribunal de sa ville natale pour une transcription à l'état-civil le 9 mars.

Le 4 novembre 1914
Mort dans les combats de Sapigneul pendant la bataille du Chemin des Dames de Georges Gaston Faucon, caporal au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 2 octobre 1918 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 6 novembre.

Le même jour (4.11.1914)
Mort dans les combats de Sapigneul pendant la bataille du Chemin des Dames de Louis Marie Labbat, soldat au 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 13 juin 1916.

Le 8 novembre 1914
Mort à l'hôpital de Vernon des suites de blessures reçues au combat de Jean Léon Pierre de Guiringaud, capitaine au 7e régiment de chasseurs à cheval d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil de Limoges le 10 novembre 1914.

Le 10 novembre 1914
Mort dans les combats de l'Yser à Pypegaele en Belgique de Léo Georges Auguste Klein, capitaine au 4e régiment de marche de zouaves. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 12 juin 1918 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 17 août.

Le même jour (10.11.1914)
Mort dans les combats de l'Yser à Pypegaele en Belgique de Maurice Adrien Vigneron, caporal au 4e régiment de marche de zouaves. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 12 août 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 6 septembre.

Le 11 novembre 1914
Mort au combat à Lombardsijde en Belgique d'Eugène Henri Ménard, soldat au 12e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 17 décembre 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 3 janvier 1921.

Le 12 novembre 1914
Mort à Ambleny dans l'Aisne des suites de blessures reçues au combat d'Henri Georges Émile Renoult, soldat au 298e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite le 22 juin 1915 à l'état-civil d'Évreux.

Le 15 novembre 1914
Mort au combat à Vic-sur-Aisne dans l'Aisne d'Albert Joseph Longe, soldat au 238e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite le 7 février 1916 à l'état-civil Évreux.

Le 19 novembre 1914
Lancé à 28 kilomètres à l'heure à travers le brouillard qui s'épaissit, le train de voyageurs de la ligne d'Évreux à Glos-Montfort manque son aiguillage puis tamponne un train postal et de marchandises, dont plusieurs wagons sont projetés hors des rails. On compte quinze blessés et six morts : le mécanicien Gaulard, le marchand de bestiaux Guy, Julie Andrault, Albertine Gambet, Louis Margueritte et Mme Chardon.
Photo

Catastrophe ferroviaire en gare d'Évreux-Navarre sur une photographie issue du Fonds Lenoir
© Archives municipales d'Évreux, CPA, 6Fi1070
Voir Mentions légales


Le même jour (19.11.1914)
Fondé en 1841 par Auguste Antoine Hérissey sous le titre originel Le Courrier - Évreux, le quotidien Le Courrier de l'Eure publie dans ses colonnes un article de Charles-Arthur Guéry, chanoine d'Évreux : « La fête du roi Albert au lycée d'Évreux (Hôpital temporaire n°26) ».

Le 22 novembre 1915
Mort au combat à Bray-sur-Somme dans la Somme d'Auguste Louis Égésippe Bienaimé Voydié, caporal au 228e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 29 mars 1915.

Le 26 novembre 1914
Mort à Cologne dans l'Empire allemand, des suites de blessures reçues au combat, de Marcel Victor Ferdinand Farin, réserviste au 228e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 4 mars 1918.

Le 1er décembre 1914
Mort à Évreux de la baronne Marie Henriette Marguerite Clément de La Roncière-Le Noury, fille de l'amiral, écrivain, conseiller général, député et sénateur Camille Clément de La Roncière-Le Noury.
Photo

Portrait de Marie Henri Marguerite Clément de La Roncière Le Noury
© Base collaborative Pierfit / Geneanet
Voir Mentions légales


Le 9 décembre 1914
Mort au combat à Somme-Suippe dans la Marne de Gaston Eugène Victor Racine, soldat au 319e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 19 septembre 1918 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 6 novembre.

Le 13 décembre 1914
Dix prisonniers de guerre allemands quittent Évreux pour être dirigés vers Dinan dans les Côtes-du-Nord (actuelles Côtes-d'Armor).

Le même jour (13.12.1914)
Mort au combat à Mancourt dans la Somme de Charles Henri Singeot, réserviste au 228e régiment d'infanterie et natif d'Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil de Paris le 12 mai 1915.

Le 14 décembre 1914
Mort des suites de blessures reçues au combat à Poperinge (ou Poperinghe) en Belgique de Léopold Fernand Louis Guibet, zouave au 4e régiment de zouaves de marche. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 31 mai 1920.

Le 17 décembre 1914
Mort au combat à Marmetz dans la Somme de Georges Albert Mabire, soldat au 236e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 22 juin 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 17 août.

Le 20 décembre 1914
Mort pour la France, des suites d'une maladie contractée en service à Châlons-sur-Marne dans la Marne d'Auguste Pierre Anger, soldat au 336e régiment d’infanterie et vicaire de la paroisse Saint-Taurin d’Évreux. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil du Mesnil-Amey le 12 mai 1915.

Le 21 décembre 1914
Mort au combat dans le secteur du Bas-Jardinet de la forêt d'Argonne, près de Boureuilles dans la Meuse, de Paul Gustave Marchal, soldat du 131e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 26 janvier 1916.

Le 23 décembre 1914
Mort à Berry-au-Bac dans l'Aisne des suites de blessures reçues au combat de Charles Émile Chauvin, soldat du 28e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée et sera transcrite à l'état-civil d'Évreux le 6 septembre 1915.

Le 25 décembre 1914
Mort au combat au bois Saint-Mard à Tracy-le-Mont dans l'Oise de Pierre Laplanche, soldat au 42e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 12 août 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 1er septembre.

Le 28 décembre 1914
Mort au combat à Château-Thierry dans l'Aisne d'Adrien Albert Cochereau, soldat au 129e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 12 août 1920 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil le 1er septembre.

Le même jour (28.12.1914)
Mort de ses blessures sur le champ de bataille, à Steinbach dans l'Empire allemand (actuel Haut-Rhin), de Louis Marius Verdan, caporal au 152e régiment d'infanterie. La mention honorifique de « Mort pour la France » lui sera attribuée, et un jugement sera rendu le 28 mai 1915 par le tribunal d'Évreux pour une transcription à l'état-civil.

< avant après>