L'Histoire d'Évreux

1900

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, qu'un vaudeville oppose deux Ébroïciennes, l'une étant respectable et l'autre gérante de maison close.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1900


En 1900
La ville d'Évreux compte 88 cafés et débits de boissons, 40 couturières, 22 cordonniers-bottiers, 21 bouchers, 17 marchands maraîchers, 14 modistes, 13 boulangers, 12 charcutiers, 12 marchands de charbon, 10 horlogers-bijoutiers, 9 marchands de bois de chauffage, 8 marchands ou loueurs de bicyclettes et 7 bourreliers-selliers.
Photo

Partie de la rue de la Harpe avec des enseignes commerciales sur une carte postale au tournant du XXe siècle
© Archives départementales de l'Eure, CPA, 11NUM254
Voir Mentions légales


La même année (1900)
L'Imprimerie de l'Eure fait paraître Histoire de la Congrégation de la Providence d'Évreux, dite à l'origine des Dames de Caër, de son origine à sa dispersion par la Révolution, 1700-1797 de Romain-Stanislas Langlois.

La même année (1900)
À la mort du maître verrier Louis-Gustave Duhamel, le peintre verrier Maurice Honoré Muraire prend la tête de l'atelier Duhamel-Marette, situé 1 place Saint-Taurin (place de l'actuel presbytère).

Le 13 janvier 1900
Près de 350 hectolitres de pommes à cidre sont vendus au marché d'Évreux, au prix de 4,70 à 4,80 francs l'hectolitre.

Le 21 janvier 1900
Modeste Anquetin, horloger résidant place de l'Hôtel-de-ville et auteur de nombreux ouvrages comme L'Horlogerie. Des montres en général, de ceux qui les font, de ceux qui les vendent, de ceux qui les réparent et de ceux qui les portent ou Le dévouement de Vercingétorix et le dernier jour de la Gaule, est questionné par Le Figaro, intrigué par sa volonté de faire jouer gratuitement, dans les théâtres subventionnés, sa pièce Vercingétorixpour la Fête nationale du 14-Juillet.

Le 27 janvier 1900
Près de 93 hectolitres de pommes à cidre sont vendus au marché d'Évreux, au prix de 6 à 6,40 francs l'hectolitre.

En février 1900
La tempête arrache plusieurs peupliers des abords de la préfecture. L'un d'eux s'abat sur la salle du conseil général en traversant le vitrage, brisant le grand chassis et causant des dégâts à la balustrade et à la corniche.

Le même mois (2.1900)
Le docteur Albert-Constant Thirard est nommé médecin en chef du comité ébroïcien de la Croix-Rouge française. Il sera le médecin en chef de l'hôpital complémentaire n°12 d'Évreux au cours de la Première Guerre mondiale.

Le 1er février 1900
Médecin de ville proche des familles les plus précaires, médecin du lycée de garçons, premier adjoint et futur maire d'Évreux de 1904 à 1936, Léon Joachim Oursel est fait officier d'Académie par le ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts.

Le même jour (1.2.1900)
Ancien instituteur et sous-inspecteur du service des enfants assistés de l'Eure, à Évreux, Henry Martin Armand Drouilly est fait officier d'Académie par le ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts.

Le 2 février 1900
Ferronier et conseiller municipal à La Guéroulde, Auguste Caussais (ou Caussin) est transféré depuis Breteuil vers la prison d'Évreux, après son arrestation pour le meurtre du clerc d'huissier Vaurabourg à La Guéroulde.

Le 6 février 1900
Faisant suite à un article paru dans la revue professionnelle Concours médical, le docteur Roger Got, médecin-chef de l’hôpital psychatrique de Navarre, rectifie dans un courrier quelques points sur le placement à l’asile et la responsabilité du médecin.

Le 12 février 1900
Mort à Évreux de Denis Narcisse Lépany, ancien clerc de notaire, ancien gérant de l'hôtel du Grand Cerf, collectionneur d'art et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 18 février 1900
Membre de l’Institut de France et conservateur au département des manuscrits à la Bibliothèque nationale de France, Henri Omont est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure. Il succède à Arthur Join-Lambert.

Le 22 février 1900
Un auditoire composé d'officiers du 6e régiment de dragons, de notables et de châtelains des environs d'Évreux assiste à une soirée théâtrale caritative au cours de laquelle sont joués Noël ancien d'Henry Eymieu et Piccolet d'Eugène Labiche, Auguste Lefranc et Armand Montjoye. Les personnages sont principalement interprétés par Valentine Le Roy, Mme L'Hopital, Mme et M. Izarn, le comte et la comtesse de Toury, ainsi que le comte de Minangoy.

Le 25 février 1900
À Saint-Ouen en région parisienne, le colossal incendie parti des magasins généraux Dépinay et Cie du 15 rue de la Gare fait plus de 130 blessés dont Émile Cottin, jeune soldat du 6e régiment de dragons d'Évreux gravement touché aux mains en sauvant des flammes une femme.

Le même jour (25.2.1900)
Le maire Édouard Féray (ou Ferray) s'engage à mettre à la disposition de la Société normande d'études préhistoriques un local de l'hôtel de ville pour qu'elle y installe sa bibliothèque, ce qui avait été déjà promis à Amand Montier.

Le 1er mars 1900
Sous la présidence d'Armand Fallières, le Sénat adopte en séance publique le projet de loi autorisant la ville d’Évreux à emprunter la somme de 112 995 francs, et à prélever un impôt local à titre exceptionnel.

Le 4 mars 1900
Les agents généraux d’assurances eurois des compagnies françaises à primes fixes sont réunis à la salle d’amphithéâtre du jardin botanique. Plusieurs professionnels d'Évreux sont présents : Victor Désiré Lesauvage, agent de la compagnie Le Soleil ; M. de Louvigny, agent de La Générale ; M. Baril, agent de la compagnie Le Phénix ; M. Buzot, agent de La Nationale ; M. Leduc, agent de La France ; ainsi que M. Leclerc, agent de La Foncière.

Le 7 mars 1900
La veuve Croisy-Roussel, marchande de bois à Évreux, achète pour 100 francs le bois des peupliers de la préfecture qui avaient été violemment arrachés par la tempête de février.

Le 10 mars 1900
M. Jusserand est nommé huissier au tribunal d'Évreux en remplacement de M. Radigue.

Le 25 mars 1900
L'Union athlétique du lycée de Caen bat par 9 à 0 l'Association sportive de l'école normale d'Évreux en finale du Championnat de Normandie de football.

Le même jour (25.3.1900)
L'assemblée générale annuelle de la Société des amis des arts du département de l'Eure se tient à l'amphithéâtre du jardin botanique (actuel parc François-Mitterrand).

Le 27 mars 1900
Directeur des postes et des télégraphes à Chaumont dans l'Yonne, François Jules Jean Marie Lesné est muté à Évreux en remplacement de M. Fauré, parti à la retraite.

En avril 1900
La châsse de saint Taurin, pièce maîtresse du patrimoine ébroïcien réalisée au XIIIe siècle sous l'impulsion de l'abbé Gislebert de Saint-Martin, figure dans la première vitrine centrale d'une exposition du Petit Palais à Paris. Certains observateurs jugent le résultat du travail de conservation plutôt fâcheux.

Le 1er avril 1900
Préfet de l'Eure depuis 1895, le facétieux Dominique Antoine Beverini-Vico s'insurge contre la ville de Paris qu'il accuse de vouloir capter les eaux de l'Iton à son bénéfice.

Le 5 avril 1900
Mort à Évreux du docteur Louis François Désiré Bidault, ex-interne des hôpitaux de Paris, médecin en chef honoraire de l'hôpital d'Évreux, chevalier de la Légion d'honneur, président honoraire de l'Association des médecins de l'Eure et membre historique de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 12 avril 1900
Inhumation au cimetière Saint-Louis du comte Georges Jacques Marie d'Arjuzon, officier de la Garde, chambellan de l'empereur Napoléon III, chevalier de la Légion d'honneur et chevalier de l'ordre du Médjidié. Son corps avait été temporairement exposé dans un caveau de l'église Saint-Philippe-du-Roule à Paris avant d'être transporté à Évreux.

Le même jour (12.4.1900)
Sous la supervision technique de l'ingénieur en chef Henri-Urbain Cordier, dont les bureaux sont situés 16 rue de l'Horloge, il est procédé à l'adjudication publique des travaux de dragages complémentaires du port de Pont-Audemer et de la Risle maritime, pour un montant global de 47 000 francs.

Le 19 avril 1900
Rédacteur à la direction des postes et télégraphes de la Vienne, Charles Octave Poinraton est nommé sous-inspecteur à Évreux en remplacement de Jean Antonin Guinchat, muté à Alençon.

Le 22 avril 1900
La société Petitjean fait paraître l'annonce suivante dans les pages du Constitutionnel, journal d'informations commerciales, politiques et littéraires :
Au centre de la ville d'Évreux. Épicerie charcuterie. 15e année. Affaires 75 fr. par jour. Loyer 600 f. Bail 10 ans. Matériel vaut 3 000 fr. Marchandises 4 000 fr. environ. P[ri]x 4 000 f. compt.
Le 23 mai 1900
Mort à Évreux de Louis-Gustave Duhamel, peintre verrier, maitre verrier, fondateur de l'atelier Duhamel-Marette à Évreux et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 24 mai 1900
Un train de marchandises et sa locomotive heurtent violemment le butoir de la voie n°1 de la gare d'Évreux-Navarre, tuant le chauffeur Ménard et blessant le mécanicien.

Le 25 mai 1900
Artiste peintre à Normanville, Alfred Latry fait don de deux de ses oeuvres au musée d'Évreux : Deux chevaux de poste à la porte d'une écurie d'après Théodore Géricault et Paysage.

Le même jour (25.5.1900)
Capacitaire en droit, Albert Alphonse Richard est nommé greffier du tribunal de commerce d'Évreux pour pallier la démission de M. Berrué.

Le 27 mai 1900
Le Touring Sport Ouest donne rendez-vous, à 8h40 à la gare Saint-Lazare de Paris, à ceux qui veulent rejoindre l'excursion cycliste Mantes-Évreux-Pont-de-l'Arche.

Le 28 mai 1900
Caissier à la Société générale d'Évreux, Émile Le Gorrec disparaît après avoir dérobé une somme évaluée entre 63 000 et 90 000 francs.

Le 1er juin 1900
Sorti du séminaire d'Évreux et sur le point de partir en mission en Irlande, Albert Ribourg est ordonné prêtre par l'archevêque américain Vilatte, dans la chapelle privée de ce dernier, située 199 boulevard Péreire à Paris.

Début juin 1900
Conservateur du jardin botanique d'Évreux (actuel parc François-Mitterrand) et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure, Prosper-Arthur Piéton est fait officier de l'Instruction publique.

Le 6 juin 1900
Avec un saut de 2,75 mètres, l'Ébroïcien Charconac termine à la deuxième place de l'épreuve du saut à la perche en catégorie Seniors, lors des Concours athlétiques et scolaires.

Le 7 juin 1900
Avec un jet de 23,29 mètres, le lycéen Cirette remporte l'épreuve de lancer du disque en catégorie Juniors à la dernière journée des Concours athlétiques et scolaires.

Le 9 juin 1900
Albert Brochart se rend à pied depuis la place parisienne de la Bastille jusqu'à Évreux en 18 heures, ne s'autorisant qu'une pause d'une heure pour déjeuner.

Le 12 juin 1900
Émile Le Gorrec, caissier de la Société générale qui s'était enfui en dérobant entre 63 000 et 90 000 francs, se constitue prisonnier auprès du consul de France à Leipzig en Allemagne.

Le 13 juin 1900
Les riverains de la rue Millet écrivent au préfet de l'Eure pour protester contre l'état sanitaire de l'Iton, dans laquelle se déversent directement les latrines privées.

Le 15 juin 1900
La veille de son procès pour injures au tribunal correctionnel d'Évreux, M. Kiosky, corroyeur à Vernon, est abattu de deux coups de fusil de chasse par son plaignant, auprès de qui il s'était rendu pour lui demander de ne pas trop le charger à l'audience.

Le 22 juin 1900
Le poste de directeur de la caisse d'épargne d'Évreux est toujours vacant.

Le 25 juin 1900
Mort à Évreux de Jean Barthélémy Hyacinthe Mattard, négociant en grains, maire de Bouquetot depuis 1870 et conseiller général du canton de Routot en 1876.

Le 27 juin 1900
Cavalier au 6e régiment de dragons, M. Pépin est tué par la ruade de son cheval au cours d'une manoeuvre militaire.

Le 28 juin 1900
Naissance à Évreux de René Louis Diot, membre des Forces françaises de l'intérieur (FFI) et médaillé de la Résistance française pour sa bravoure sous l'Occupation.

Vers juillet 1900
Les classes de vacances sont ouvertes.

Le 1er juillet 1900
L'Union chorale d'Évreux est primée au concours musical de Nanterre dans la catégorie Orphéon.

Le 4 juillet 1900
Naissance à Évreux d'Herbert Lelorgne d'Ideville, médaillé de la Résistance française pour sa bravoure sous l'Occupation.

Le 5 juillet 1900
C'est contre toute attente que la cour d'assises de l'Eure acquitte Émile Le Gorrec, caissier de la Société générale d'Évreux qui s'était enfui en dérobant entre 63 000 et 90 000 francs en mai dernier, avant de se constituer prisonnier auprès du consul de France à Leipzig en Allemagne.

Le 6 juillet 1900
La cour d'assises de l'Eure condamne aux travaux forcés à perpétuité Auguste Caussais (ou Caussin), conseiller municipal à La Guéroulde qui avait assassiné en début d'année un clerc d'huissier de Breteuil.

Le 13 juillet 1900
Respectivement chargé de cours de physique et de philosophie au lycée d'Évreux, professeur de philosophie et enseignant à l'école normale d'instituteurs de la rue Saint-Germain, Augustin Leymarie, Maurice Paul Eugène Ducasse et Pierre James Valéry Perrin sont faits officier de l'Instruction publique et officiers d'Académie.

Le 14 juillet 1900
La section parisienne du Club alpin propose à des collégiens et lycéens une excursion sur deux jours en Normandie, qui comprend notamment la découverte d'Évreux.

Le même jour (14.7.1900)
Respectivement président de l'Ébroïcienne, administrateur et vice-président de la Société des instituteurs et institutrices de l'Eure, Pierre François Quérité, Charles Ismaël Dubocq et Alphonse Auguste Lambert reçoivent une médaille d'or ou d'argent, pour leur engagement en faveur des sociétés de secours mutuel.

Le 16 juillet 1900
Respectivement ouvrier plieur et ouvrier tisseur de la maison Malatiré et Lecoeur à Évreux, Désiré Cuenot et Désiré Théophile Harang se voient décerner une médaille d'honneur du travail.

Le 18 juillet 1900
M. Laurent, répétiteur au lycée d'Évreux, et Mlle Bonneau, fille d'un receveur buraliste, se suicident à coups de revolver dans la forêt de Conches.

Le 19 juillet 1900
Parti de la gare Saint-Lazare à Paris pour se rendre à Cherbourg, le président de la République Émile Loubet est salué au son de La Marseillaise en gare d'Évreux par le préfet Dominique Antoine Beverini-Vico, le maire Henry Édouard Féray (ou Ferray) et l'ensemble du conseil municipal.
Photo

Le président Émile Loubet photographié par l'Agence Rol en 1922
© BNF-Gallica, Département Estampes et photographie, EI-13(953)
Domaine public


Le 26 juillet 1900
Institutrice retraitée, Mlle Lapido meurt subitement de congestion cérébrale dans un compartiment de 3e classe d'un train à destination d'Évreux.

Le même jour (26.7.1900)
Un détachement composé de 13 officiers, 160 hommes de troupes et 170 chevaux du 6e régiment de dragons d'Évreux se rend sur la commune de Léry pour des exercices de passages de rivière, prévus jusqu'au lendemain.

Le même jour (26.7.1900)
Sous-intendant militaire de 2e classe de la division d'Alger, Jules Joseph Jean Marie Domenech de Cellès est muté à l'intendance d'Évreux.

Le 29 juillet 1900
Un orage de grêles s'abat sur Évreux et ses environs, détruisant la majeure partie des récoltes et causant près de 2 millions de francs de perte.

Le 4 août 1900
Ancien clerc de notaire devenu garçon laitier et domicilié 7 rue de Damville, Émile Gahery est arrêté par des agents de la Sûreté pour vol.

Le 12 août 1900
Un poste de professeur de sciences est toujours vacant à l'école normale d'instituteurs de la rue Saint-Germain.

Le 13 août 1900
Mort en son domicile du 45 rue Saint-Sauveur de Florentine Vigor, descendante d'une des plus anciennes familles d'Évreux qui aura notamment donné un archevêque à Narbonne, un théologien gallican, un conseiller au Grand Conseil du roi, un médecin ordinaire du roi et un capitaine au régiment de Persan.

Après le 15 août 1900
La Musique municipale d'Évreux verse la somme de 205,30 francs au siège central de la Société française de secours aux blessés militaires pour le financement et le développement d'une structure ambulancière à Pékin en Chine, après la bataille qui vient d'opposer dans le sang l'Alliance des huit nations aux Boxers révoltés.

Le 20 août 1900
Moins d'un mois après le précédent orage, une violente averse de grêle frappe de nouveau la ville d'Évreux.

Le 26 août 1900
Parti de Vincennes lors d'un concours aéronautique de ballons, Georges Juchmès passe au-dessus d'Évreux puis de Caen, avant d'atterir au petit matin près de Nantes en Loire-Inférieure (actuelle Loire-Atlantique).

Le 1er septembre 1900
Mort à Beaufort dans l'Eure de Charles-Augustin Molle, ancien vice-président du tribunal civil d'Évreux, membre de la Société libre de l'Eure et de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 2 septembre 1900
Deux escadrons de cavalerie du 6e régiment de dragons d'Évreux se rendent au Havre pour maintenir l'ordre face aux ouvriers grévistes des Forges et chantiers de la Méditerranée, des ateliers Schneider et des ateliers Augustin Normand.

Le 4 septembre 1900
Obsèques en la cathédrale Notre-Dame d'Évreux de Charles-Augustin Molle, ancien vice-président du tribunal civil de la ville et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure. Robert-Auguste-Louis Avril de Burey, avocat natif d'Évreux et héraldiste, est chargé par la famille du défunt de prononcer un discours.

Le même jour (4.9.1900)
En plein conflit social des bateliers de la Seine, des grévistes venus de Rouen attaquent à coups de pioche le remorqueur de leur compagnie, arrêté sur la voie en gare d'Évreux.

Le même jour (4.9.1900)
Le poste de receveur rédacteur de 1re classe à l'enregistrement d'Évreux est toujours vacant.

Le 17 septembre 1900
Enquêtant depuis le 20 mai dernier sur un vol avec effraction dont le butin de titres de rente, bijoux de famille, argenterie et objets de culte avoisine les 15 000 francs, le parquet d'Évreux parvient à mettre la main sur Achille Vanclard, Jules Lepretz et la veuve Donnais, tous domiciliés à Paris.

Le 23 septembre 1900
Fidèle lecteur domicilié 24 rue du Dauphin à Évreux, M. Morel apprend qu’il remporte le deuxième prix du Concours du mendiant organisé par le journal satirique Le Pêle-Mêle. Il apprend également qu’il recevra une boîte de couleurs pour son collage jugé ingénieux et original.

Le 25 septembre 1900
Évadé de la colonie pénitentiaire d'Orgeville, fondée vers 1877 par le magistrat parisien Georges Bonjean, et soupçonné d'avoir tenté de faire dérailler un train sur la ligne Paris-Cherbourg, le jeune Auguste Turpin, qui n'a pas encore douze ans, est ramené à Évreux par les gendarmes.

Le 30 septembre 1900
La première pierre du nouveau théâtre à l'italienne d'Évreux dit « théâtre Legendre » est posée aux sons de la fanfare des Enfants de la Risle.

Le même jour (30.9.1900)
Professeur à l’école normale d’instituteurs de la rue Saint-Germain depuis janvier 1868, Désiré-Honoré Lecointe prend sa retraite.

En octobre 1900
Depuis 1874, le coût des travaux de restauration de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux s'élève à 1 301 500 francs.

Le 2 octobre 1900
M. Garrouy, dit « Garnier », se dérobant depuis près de dix ans aux obligations militaires, s'évade dans la nuit de la prison d'Évreux où il attendait sa comparution devant le conseil de guerre du 3e corps d'armée.

Le 4 octobre 1900
Les services de la sûreté mettent la main sur Émile Gahery, ancien clerc de notaire à Évreux qui était inculpé de détournements de titres et de valeurs.

Le 12 octobre 1900
Le Billet de logement, vaudeville d'Antony Mars et Henri Kéroul sur deux veuves ébroïciennes homonymes dont l'une est respectable et l'autre gérante d'une maison close, est créé au théâtre des Folies-Dramatiques à Paris.
Photo

Carton du Billet de logement, vaudeville d'Antony Mars et Henri Kéroul joué au Théâtre des Folies dramatiques
© BNF-Gallica, département Arts du spectacle, 4-ICO THE-1545
Domaine public


Le 15 octobre 1900
Après avoir porté des coups mortels d'une extrême violence à sa femme, au domicile de son beau-frère au Buisson-Hocpin, le maçon Denis-Adrien Hamel se suicide après avoir erré dans la ville d'Évreux puis averti les gendarmes de son crime.

Le 16 octobre 1900
Sur la requête de l'administration des domaines, le tribunal de première instance de la ville ordonne une publication préalable à l'envoi en possession de la succession de Jacques Michel Derouen, jadis tisserand domicilié à Évreux et sans héritier connu.

Le 20 octobre 1900
Deux escadrons du 6e régiment de dragons d'Évreux sont envoyés à Pont-de-l'Arche, en proie à une importante grève ouvrière.

Le même jour (20.10.1900)
Près de 190 hectolitres de pommes à cidre sont vendus au marché d'Évreux au prix de 1,40 à 1,60 francs l'hectolitre.

Le 21 octobre 1900
Les anciens élèves de l’école normale d’instituteurs de la rue Saint-Germain organisent un banquet pour le départ en retraite de Désiré-Honoré Lecointe, directeur de l'établissement depuis janvier 1868. L’inspecteur d’académie Pierre François Alfred Pérot prononce un court discours avant qu’un objet d’art ne soit offert à l’enseignant.

Le 29 octobre 1900
M. Depaigne est nommé avoué auprès du tribunal d'Évreux en remplacement de M. Philippe.

Le 6 novembre 1900
Les mécaniciens et chauffeurs de la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest du dépôt d’Évreux, de Lisieux et de Honfleur déposent auprès de la commission des pétitions du Sénat une requête sur la règlementation de leur temps de repos et la durée journalière de travail.

Le 9 novembre 1900
Plusieurs réservistes du régiment d'infanterie d'Évreux reçoivent une nouvelle affection : le lieutenant Louis Charles Jean Vivet passe au 8e régiment territorial d'infanterie, le sous-lieutenant Désiré Émile Chaize rejoint le 15e, tandis que les lieutenants Alfred Henri Savy et Lucien Charles Lejoindre passent respectivement au 16e et 22e.

Le 13 novembre 1900
Mort incertaine à Évreux de Lucien Louis André Wilfried Noyer, chef de division honoraire à la préfecture de l'Eure.

Le 14 novembre 1900
Minotier, propriétaire terrain, deuxième adjoint au maire et président de la chambre syndicale de la meunerie d'Évreux, Aimé Théodore Doucerain est promu chevalier de la Légion d'honneur.

Le 23 novembre 1900
Le ministre des Travaux publics Pierre Baudin propose de dénommer « Évreux-Embranchement » la gare principale située sur la ligne de Paris à Caen et Cherbourg, et que les transports dits « de petite vitesse » soient dirigés d'office vers celle d'Évreux-Ville lorsque les déclarations d'expédition ne précisent pas laquelle des trois gares d'Évreux est concernée, la troisième étant celle d'Évreux-Navarre.

Le 26 novembre 1900
Alfred Tergeau, maçon ébroïcien écroué qui dormait dans la chambre de sûreté de Bezons, est très violemment agressé dans son sommeil par trois individus aux cris de : « Traître, lâche, on aura ta peau ! ».

Le 28 novembre 1900
De la compagnie de sapeurs-pompiers d'Évreux, le tambour Alexandre Quillet, le caporal Narcisse Philippe, le sergent Eugène Thorel et l'adjudant Ignace Wietzel sont récompensés pour leur 30 ans de services.

Début décembre 1900
Inspecteur départemental du travail à Évreux, M. Quénot est muté à Rodez dans l'Aveyron, tandis que M. Laurent est nommé inspecteur stagiaire dans cette première ville.

Le 6 décembre 1900
Fils d'un pharmacien d'Évreux père de sept enfants, Pierre Joseph Victor Lemeland se voit attribuer une bourse ministérielle de 600 francs pour sa troisième année d'études à la Faculté de médecine de Paris.

Le 19 décembre 1900
Libéré de la prison centrale de Poissy après cinq ans de réclusion pour vol, un certain Paul Delécluse déclare à l'administration pénitentiaire qu'il souhaite se rendre à Évreux et qu'on lui prenne son billet de chemin de fer.

Vers le 20 décembre 1900
M. Cardon est nommé huissier du tribunal d'Évreux.

Le 21 décembre 1900
L'adjudication de travaux d'entretien concernant plusieurs portions des routes nationales 13 et 154 est procédée à la préfecture de l'Eure : 4 500 francs pour la partie comprise entre la limite de la Seine-et-Oise (actuelles Yvelines) et l'origine du pavé d'Évreux, 3 600 francs pour la partie comprise entre ce même pavé et le chemin de grande communication n°121, 4 600 francs pour la partie comprise entre la fin de la route nationale n°12 à Nonancourt et la fin du pavé d'Évreux, ainsi que 2 700 francs pour la partie comprise entre la fin de ce même pavé et la borne kilométrique 165.

Le 27 décembre 1900
Naissance à Évreux d'Albert Désiré Henry, médaillé de la Résistance française pour sa bravoure sous l'Occupation.

Le 29 décembre 1900
Capitaine d’infanterie en retraite du 28e régiment d’infanterie d’Évreux, Jean-Jules Domerc est promu chef de bataillon ou major de réserve par décret présidentiel.

Le 31 décembre 1900
Secrétaire général de la préfecture de l’Eure à Évreux, François Joseph Antoine Canal est fait chevalier du Mérite agricole par le ministre de l’Agriculture, pour son engagement dans la création et le développement des syndicats agricoles, ainsi que pour ses travaux de statistiques concernant le ravitaillement des exploitations.

Le même jour (31.12.1900)
L'asile d'aliénés de Navarre compte 688 pensionnaires dont 368 femmes et 320 hommes.

Le même jour (31.12.1900)
Aide-jardinier et horticulteur depuis 20 ans au jardin botanique d’Évreux (actuel parc François-Mitterrand) et lauréat de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure, Alcide Théophile Nacfert est fait chevalier du Mérite agricole par le ministre de l’Agriculture pour ses 43 années de pratique horticole.

Le même jour (31.12.1900)
Capitaines en retraite du 28e régiment d’infanterie d’Évreux, Auguste Touvenot et Charles Marie Xavier Franciosi sont promus capitaines de réserve par décret présidentiel.

Le même jour (31.12.1900)
Adjudants en retraite du 28e régiment d’infanterie d’Évreux, Auguste Adolphe Lefoulon, Jean Alexandre Charles Louis Carpeaux et Georges Marie de Boisgelin sont promus sous-lieutenants de réserve par décret présidentiel, tandis que Charles Louis Greslebin est promu lieutenant de réserve.

< avant après>