L'Histoire d'Évreux

1355 - 1383

L'Histoire d'Évreux où l'on verra entre autres...
Que le comté d'Évreux est un territoire décidément très disputé.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1355


Le 10 septembre 1355

Place forte stratégique que se disputent armées françaises et navarraises, une partie de la ville d'Évreux est en proie aux flammes.


Après le 10 septembre 1355

Après ce nouvel incendie de la ville par les troupes du roi de France, la majorité des hommes d'église se réfugient à Vernon, laissant derrière eux quatre seuls chanoines à la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

Photo

Margelle d'un puits situé autrefois sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, photographie de Camille Enlart, Mémoires APELR001655
© Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP
Voir mentions légales

1356


En 1356

Guillaume de Bréval (ou Bruval) occupe la charge de bailli d’Évreux, représentant judiciaire de l’autorité royale sur des questions d’ordre administratif, fiscal et criminel. Il succède peut-être à Oudart de Montigni.


Le 5 avril 1356

L'intrigant Charles II de Navarre et ses proches, toute comme la noblesse normande, sont conviés par le duc de Normandie à son château de Rouen. En pleine fête, le roi Jean II le Bon, roi de France, fait une irruption inattendue, l'épée à la main, et saisi le comte d'Évreux par l'épaule en le menaçant : « Que nul ne bouge s'il ne veut être mort de cette épée ! ». L'écuyer de ce dernier, Colin Doublet, dégaine un couteau pour défendre son maître, mais le piège s'est déjà refermé sur Charles le Mauvais. Le comte d'Évreux et roi de Navarre, instigateur assumé de l'assassinat, en janvier 1354, de Charles de La Cerda, connétable de France et fidèle du roi, est désormais à la merci de son beau-père.

Photo

L'arrestation de Charles II de Navarre, à Rouen, par le roi de France Jean II le Bon, dans "Chroniques de France" par Jean Froissart
© BNF-Gallica, Département des Manuscrits, NAF 9604
Domaine public


Le même jour (5.4.1356)

Colin Doublet, écuyer du comte d'Évreux et roi de Navarre, Jean V d'Harcourt et trois de ses hommes de main sont décapités au lieu-dit « Champ du Pardon » sur ordre du roi de France, pour leur implication dans l'assassinat de Charles de la Cerda, connétable de France.


Le 7 avril 1356

Instigateur de l'assassinat du connétable Charles de la Cerda en janvier 1354, Charles le Mauvais, roi de Navarre et comte d'Évreux, est emprisonné dans les geôles du palais du Louvre par son beau-père et roi de France, Jean II le Bon. Cet emprisonnement, jugé illégitime par de nombreux barons normands, renforcera la popularité de l'intrigant Navarrais.


En juin 1356

Le roi d'Angleterre Édouard III peut désormais compter sur le soutien de nombreux barons depuis l'emprisonnement de Charles II de Navarre, et lance plusieurs violentes chevauchées à travers la province normande.


Le même mois (6.1356)

L'architecte Nicolas Le Féron entame les travaux de réparations de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, brûlée l'année précédente par les troupes du roi de France Jean II.

1357


En 1357

Jehan Brisebans occupe la charge de vicomte d'Évreux, équivalent normand du prévôt et responsable d'une subdivision du bailliage. Il succède peut-être à Jehan Le Séreurier.


De juillet à septembre 1357

La cité d'Évreux serait de nouveau incendiée lors du siège donné par les troupes du roi de France, lequel reprend l'ascendant sur le roi de Navarre.


En novembre 1357

Les bourgeois ébroïciens Charpillon et Caresme sont exécutés sur une place publique.


Le 9 novembre 1357

Emprisonné par son beau-père Jean II le Bon depuis le printemps 1356, le comte d'Évreux et roi de Navarre, l'intrigant et à peine diminué Charles le Mauvais, est libéré des geôles françaises de la forteresse d'Arleux, dans une mise en scène destinée à apaiser les différents partis.

Photo

Gros blanc d'argent à la couronne frappé à Évreux. Imitation précise des monnaies royales par Charles dit Le Mauvais (roi de Navarre et comte d'Évreux). Seuls le nom et le titre furent remplacés par ceux de Charles, Joconde 07030002327
© RMN-GP / Jean-Pierre Godais
Voir Mentions légales


Vers décembre 1357

Libéré des geôles français, Charles II de Navarre est désormais à la tête d'une armée anglo-navarraise de plusieurs dizaines de milliers d'hommes, et n'entend pas s'effacer devant un roi de France malgré tout fragilisé.

1358


En 1358

Le bourgeois Guillaume Asselin et son épouse Mahault fondent la chapelle de Saint-Fiacre en la cathédrale Notre-Dame d’Évreux.

1360


En 1360

Robert Gillet occupe la charge de vicomte d'Évreux, équivalent normand du prévôt et responsable d'une subdivision du bailliage. Il succède peut-être à Jehan Brisebans.

1361


En 1361

Le bourgeois ébroïcien Gilles de Méresse fonde la chapelle de Saint-Sébastien en la cathédrale Notre-Dame d’Évreux.

1362


En 1362

Honoré Aquillon occupe la charge de bailli d’Évreux, représentant judiciaire de l’autorité royale sur des questions d’ordre administratif, fiscal et criminel. Il succède peut-être à Guillaume de Bréval (ou Bruval).

1363


En 1363

Guérard Malsergeant occupe la charge de bailli d’Évreux, représentant judiciaire de l’autorité royale sur des questions d’ordre administratif, fiscal et criminel. Successeur d'Honoré Aquillon, il sera assassiné en 1371.

1364


Le 14 mai 1364

Captal de Buch sous allégeance anglaise, Johan III de Grailly rassemble à Évreux les troupes navarraises en vue de l’affrontement, près de Cocherel (actuel Hardencourt-Cocherel), avec l’armée conduite par Bertrand du Guesclin, partie de Rouen quelques jours auparavant.

Photo

Miniature représentant Jean de Grailly par William Bruges, dans le "Bruges Garter Book", (1430-1440)
© The British Library, Stowe 594
Voir Mentions légales


Le 16 mai 1364

Après la victoire écrasante, à la bataille de Cocherel (actuel Hardencourt-Cocherel), de Bertrand du Guesclin sur les troupes anglo-navarraises conduites par Johan III de Grailly, la ville d'Évreux se vide des hommes du roi de Navarre qui se refugient sur quelques places fortes en Auvergne. Les chevaliers français félons sont décapités sur ordre du nouveau roi de France, Charles V le Sage.


Vers novembre 1364

L'intrigant et instable Charles le Mauvais, roi de Navarre et comte d'Évreux, perd considérablement le soutien dont il pouvait bénéficier auprès de la baronnie normande et des Anglais. Il n'est désormais plus en capacité d'intervenir dans les affaires de la couronne de France.

1366


Le 31 mars 1366

Naissance à Évreux de Pierre, comte de Mortain et fils puîné du comte d'Évreux Charles le Mauvais.

Photo

Gisant de Pierre de Navarre
© Acoma / CC BY-SA 3.0
Voir mentions légales

1368


Le 11 décembre 1368

L'évêque Robert de Brucourt (ou de Brécourt) assiste à Paris au baptême du dauphin, le futur Charles VI.

1369


Le 9 mai 1369

L'évêque Robert de Brucourt (ou de Brécourt) assiste, à Paris, aux états généraux qui approuvent la guerre contre la couronne d'Angleterre.

1370


Vers 1370

Philippe de Navarre lègue 100 écus d'or par testament à la fabrique de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

1371


En 1371

Sur ordre probable du roi de Navarre Charles II, dit « le Mauvais », et avec la complicité de son conseiller Pierre du Tertre, les dénommés Michilla, Morel et Petit Guillot assassinent, en pleine rue, Guérard Malsergeant, grand-bailli d'Évreux depuis 1363.


La même année

Jehan Bauffes (ou Bausses) occupe la charge de bailli d’Évreux, représentant judiciaire de l’autorité royale sur des questions d’ordre administratif, fiscal et criminel. Il succède à Guérard Malsergeant, assassiné en pleine rue par les hommes de main du roi de Navarre.

1373


Le 3 décembre 1373

Mort à Évreux de Jeanne de France, fille du roi Jean II le Bon, épouse de Charles II dit « le Mauvais », reine consort de Navarre et un temps lieutenant-général de ce royaume en l'absence de son intrigant mari.

1374


Le 24 janvier 1374

Mort à Paris de Robert de Brucourt (ou de Brécourt), évêque d'Évreux depuis 1340. Il est ensuite inhumé près du maître-autel en la cathédrale de son diocèse.


Fin février 1374 ou 1375

Elu évêque d'Évreux, le jeune chanoine rouesnais Guillaume d'Estouteville fait sa promesse devant la chambre apostolique.

1376


En 1376

Laissé vacant au départ de Guillaume d'Estouteville qui y aura passé à peine deux ans, l'évêché d'Évreux tombe en régale et permet au roi de France de bénéficier de ses revenus jusqu'à la nomination d'un nouvel évêque.


La même année

Probablement substitut, François de Chambray est cité comme bailli d'Évreux durant les fonctions de Jehan Bauffes (ou Bausses).


La même année

Robert Delestre (ou De Lettre) occupe la charge de vicomte et receveur d'Évreux, équivalent normand du prévôt et responsable d'une subdivision du bailliage. Il succède probablement à Robert Gillet.


Le 6 mars 1376

Capitaine de la ville et bailli d’Évreux, Johan Banses rédige le vidimus (copie certifiée conforme d'un acte antérieur) d’un acte de février 1257.

1377


Le 2 mars 1377

Chanoine de la ville et élu évêque d'Évreux, Bernard de Caritis fait sa profession devant la chambre apostolique.

Photo

Représentation du sceau de l'évêque Bernard de Caritis, dans "Recueil de pièces, la plupart en copies ou en extraits, avec des dessins de sceaux et de tombeaux, pour servir à l'histoire des archevêques et des évêques de France", par Roger de Gaignières 1650-1700
© BNF-Gallica, département des Manuscrits, Latin 17034
Domaine public


Le 17 juin 1377

Par lettres patentes de Charles II dit « le Mauvais », roi de Navarre, un don de 200 livres d'or est accordé pour la réalisation de stalles destinées au choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

Photo

Détail côté nord de la stalle du choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, stalles exécutées à la suite d'une libéralité établie le 17 juin 1377 par Charles le Mauvais, photographie prise par Charles Hurault en 1945, Mémoire APMH00132598
© Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Centre de recherches sur les Monuments historiques (CRMH), diffusion RMN-GP
Voir mentions légales


Le 12 septembre 1377

L'évêque d'Évreux Bernard de Caritis prête serment devant son prédecesseur, transféré vers le duché de Bourgogne, à Auxerre.

1378


En 1378

La cité d'Évreux est composée de trois territoires distincts et séparés : la ville, le bourg et le château. L'évêché, quant à lui, est borné par les murs et les fossés séparant la vieille ville du bourg.


En avril 1378

Les troupes du roi de France Charles V assiègent la ville, s'en emparent puis l'incendient en partie. Charles III, roi de Navarre et comte d'Évreux, est contraint d'abandonner définitivement toute prétention sur Évreux.

1379


En 1379

Le roi de Navarre retourne à Évreux, endommagée l'année précédente par les troupes du roi de France.


La même année

Aïeul du poète et avocat ébroïcien Hilaire Courtois, Hébert Courtois est chanoine et pénitencier de la cathédrale Notre-Dame d’Évreux.


La même année

Probablement déjà impliqué dans les affaires de la ville, François de Chambray est nommé bailli d'Évreux par le roi Charles V.


La même année

Adam Pinchemond, abbé de Saint-Taurin d'Évreux, quitte ses fonctions qu'il occupait depuis plus de vingt-cinq ans.

1380


Vers 1380

Parmi les nombreux droits, revenus et possessions dont peut jouir Bernard de Caritis, évêque d'Évreux, figurent le moulin à foulon (moulin folerez), un moulin à blé à La Rochette, deux pressoirs ordinaires en ville, le droit de partage en forêt d'Évreux pour ses porcs, deux fagots à Noël, ainsi que le droit de se ravitailler en bois mort pour permettre toute réparation à son manoir ou à la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, à la condition de fournir un déjeuner au verdier.


Le 2 octobre 1380

L'évêque d'Évreux Bernard de Caritis assiste aux états généraux, convoqués pour la désignation du régent du royaume de France.

1381


En 1381

Pierre Le Roy est nommé abbé de Saint-Taurin d'Évreux et succède probablement à Adam Pinchemond.

Photo

Bras de l'Iton qui relevait du domaine abbatial de Saint-Taurin d'Évreux
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site

1383


Le 10 février 1383

Le chapitre cathédral d'Évreux reconnaît devoir annuellement, à l'aumônier de l'abbaye bénédictine de Saint-Taurin, une rente annuelle de dix-huit setiers de grain à la mesure d'Évreux, composés à parts égales de froment, méteil et avoine.


En mai 1383

Le roi de France Charles VI accorde une lettre de rémission à Simon Barroche, détenu à la prison d’Évreux pour sa responsabilité dans la mort d’une femme, près de Pacy (Pacy-sur-Eure).


Le 2 août 1383

Mort de Bernard de Caritis, ancien chanoine et évêque d'Évreux depuis 1376. Il est ensuite inhumé près du maître-autel en la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.


En octobre 1383

Chanoine, chantre de l'église de Paris, conseiller d'Etat et vicaire d'Aimery de Magnac, l'influent Philippe de Moulins est élu évêque d'Évreux.

Photo

Reproduction du blason de l'évêque Philippe de Moulins dans "Recueil de pièces, la plupart en copies ou en extraits, avec des dessins de sceaux et de tombeaux, pour servir à l'histoire des archevêques et des évêques de France", par Roger de Gaignières 1650-1700
© BNF-Gallica, département des Manuscrits, Latin 17034
Domaine public


Le 14 novembre 1383

Élu évêque d'Évreux au mois précédent, le chanoine, conseiller d'Etat et vicaire d'Aimery de Magnac, l'influent Philippe de Moulins, fait sa profession devant la chambre apostolique.

< avant après>